Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvelle parution : «l'enfant fruitier de Jean Sénac» Nostalgie quand tu nous tiens !
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 04 - 2018

Edité par «El kalima» dans la collection ‘Djib', avec une présentation de Guy Dugas, le recueil de poèmes «L'enfant fruitier» de Jean Sénac évoque la douleur de la séparation, l'exil, l'amour, l'amour maternel, la vie et la nostalgie.
Ce sont de charmants et subtils petits poèmes qui content la vie, la souffrance et l'amour. Il est mentionné en quatrième de couverture que «des nombreux inédits laissés par Jean Sénac, l'enfant fruitier était considéré par Hamid Nacer-Khodja comme devant bénéficier en priorité d'une publication. Ces poèmes des années 1950/1952 montrent en effet un tournant essentiel dans l'inspiration du jeune poète qui quitte pour la première fois sa mère et l'Algérie : la révélation de l'intime précédant de quelques mois seulement la prise de conscience politique.
Ce recueil pathétique raconte cette terre d'Algérie, sa mère et ces tous petits riens qui font le quotidien et tissent la vie. «Tous ces poèmes ont été composés à Versailles ou Paris entre septembre 1950 et fin août 1952. L'éloignement, la mise à distance d'avec le pays natal et les proches créent une homogénéité certaine et la possibilité d'un dévoilement. La majorité d'entre eux étant précisément datés, nous avons choisi de les présenter selon l'ordre chronologique de leur écriture», rappela Hamid Nacer-khodja en préface. Tout au long de ces odes, l'auteur plaide pour ce Paris aux amours interdites où il affiche ouvertement son homosexualité et l'exubérance de cette belle capitale. En outre, il fait un clin d'œil à Oran et son éventuel retour.
En témoignent ces propos de la préface : «Un salut à la capitale et les euphories qu'elle réserve à ceux qui viennent y grandir, Paris de juillet au petit matin, les bars où l'on parle poésie et révolution, la découverte de la bohème à Montmartre et Saint Germain des Prés ; les trois cents stations du métro, les compagnons d'un soir, les amours d'une nuit...Puis comme en contrepoint, le souvenir toujours vif des frères d'Algérie, camarades des hautes luttes quittés sur la promesse d'un retour prochain et l'image d'Oran maintenue vivace par les lettres d'une mère omniprésente...
si bien qu'au terme d'une paire d'années de misère et d'exaltation, le poète laisse Paris derrière lui et le recueil se clôt : «Au revoir Paris, Bonjour Oran».
Ce sont des vers touchants empreints d'une sensibilité à fleur de peau qui content une tranche de vie et des états d'âme. Dans cette collection Djib, ces petits inédits maghrébins dont ce recueil fait partie et se circonscrit, l'auteur de la préface Hamid Nacer-Khodja a tenté de remettre au goût du jour ces magnifiques poèmes. A lire avec délectation ! Plaisir assuré !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.