Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi relatif à la santé: Les failles de la loi sanitaire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 04 - 2018


Présenté comme un projet «consensuel» par le ministre de la Santé, le projet de loi sanitaire n'a pas fait l'unanimité ni auprès des députés ni auprès de la corporation de la santé, et pour cause les détracteurs dénoncent «la fin de la gratuité de la médecine, l'approfondissement des inégalités d'accès aux soins» et la «transformation de la loi sur la santé en code pénal». En effet, le projet de loi sur la santé a été remodelé puisque 14 articles ont été amendés et 35 supprimés. Si le ministre de la Santé a tenté de rassurer les députés au sujet de la gratuité des soins en signalant que «la gratuité des soins est une ligne rouge infranchissable», il n'en demeure pas moins que des doutes subsistent à ce sujet. Pour le président du Snpsp, Lyes Merabet, le texte est confus : «Cela nous mène à nous poser maintes interrogations, sachant que la Constitution a bien déterminé le concept de la gratuité des soins et son champ d'applications.» Au moment où le mouvement des médecins résidents se radicalise, après plus de cinq mois de grève ouverte, la revendication principale des ces derniers, soit l'abrogation du service civil, est passée à la trappe. D'ailleurs, le ministre de la Santé a déclaré qu'«il est hors de question d'abroger le service civil qui reste, selon les lois de la République, une obligation qui garantit l'accès aux soins sur tout le territoire national, mais nous améliorerons encore les conditions d'affectation et d'installation des futurs spécialistes». Concernant la question du financement des soins, les nouvaux articles stipulent qu'ils seront à la charge des collectivités locales. Comment s'opérera ce financement ? D'où proviendront les fonds des collectivités pour financer les structures sanitaires ? Des questions qui restent en suspens pour le moment, car le texte de loi n'apporte aucun élément de réponse à ce sujet. Aussi, les débats au niveau de l'APN ont porté sur le partenariat entre le secteur public et privé. Pour certains députés, c'est, en réalité, le financement du secteur privé à travers les fonds de l'Etat et les deux secteurs sont placés sur un pied d'égalité, rendant les soins un luxe pour de nombreux algériens et détruisant ainsi la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS). Concernant l'épineuse question de l'interruption de grossesse, le nouveau projet de loi sanitaire a supprimé l'article 81, qui permet à la femme d'interrompre sa grossesse si l'embryon ou le fœtus sont atteints d'une maladie, ou d'une malformation grave ne permettant pas son développement viable. Un autre article (82) explique qu'il peut y avoir une interruption thérapeutique de la grossesse si l'équilibre physiologique ou psychologique et mental de la mère est gravement menacé. Estimant que les personnes âgées ont besoin d'une meilleure prise en charge, malgré l'article 91-92 qui porte sur leur protection, le président du Snpsp a encouragé la création d'une spécialité de gériatrie pour leur assurer des soins appropriés. Pour de nombreux élus «le texte est truffé de non-dits. Il doit être carrément retiré et reformulé de fond en comble, et ce, en concertation avec des professionnels de la santé». Enfin, le projet de loi sanitaire va être soumis au vote lundi prochain à l'APN.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.