Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    Crouch : "Klopp doit absolument arrêter ce cycle horrible"    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "Nous reprenons confiance"    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président américain attaque l'Allemagne, la Turquie en colére: Les pays de l'Otan en litige
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 07 - 2018

Le président américain met en désaccord les pays de l'Otan. Hier, il s'est attaqué à l'Allemagne.
Elu président, le républicain Donald Trump a dénoncé l'OTAN, et menacé de retirer son pays de l'organisation. Le président américain qui a procédé à l'instauration de taxes douanières contre de nombreux pays européens et de l'OTAN, a attaqué, hier, l'Allemagne, au premier jour des travaux de l'Otan. Très remonté, le président américain est resté sourd aux tentatives d'explications du secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg qu'il a rencontré avant l'ouverture officielle du sommet à Bruxelles. «Elle paie des milliards de dollars à la Russie pour ses approvisionnements en énergie et nous devons payer pour la protéger contre la Russie. Comment expliquer cela ?. Ce n'est pas juste», a-t-il encore asséné. L'Allemagne prend ses décisions de manière indépendante, a rétorqué hier la chancelière allemande Angela Merkel. Donald Trump a attaqué frontalement l'Allemagne, à Bruxelles, l'accusant de ne pas contribuer suffisamment aux efforts militaires de l'Otan contre la Russie. Donald Trump a, notamment, dénoncé à plusieurs reprises le projet du gazoduc Nord Stream reliant directement la Russie à l'Allemagne et exige son abandon. Le chef de l'Otan a reconnu que le président américain avait utilisé un langage très direct mais a assuré que les Alliés étaient d'accord sur les dossier cruciaux : la nécessité de renforcer la résilience de l'Organisation, la lutte antiterroriste et le partage plus équitable du fardeau financier. Au cours de son entrevue avec le Président américain ce mercredi, Emmanuel Macron a annoncé ne pas être d'accord avec ses propos selon lesquels Berlin était dépendant de Moscou, rapporte Reuters. Il y a le litige diplomatique qui oppose la Turquie aux pays de l'Otan pour les achats par Ankara d'armes russes. Le ministre turc des Affaires étrangères Mavlut Cavusoglu a tenu à justifier la position de son gouvernement suite à l'achatd'armes russes. «La Turquie est un Etat souverain qui doit prendre toutes les mesures nécessaires pour maintenir ses frontières», a déclaré le ministre. Le secrétaire général de l'OTAN n'est pas en accord avce le président américain et dit que la Turquie a le droit d'acheter des armes. Dans un reportage accordé à l'agence de presse russe juste avant le sommet de l'OTAN les 11 et 12 juillet à Bruxelles, le secrétaire général de l'OTAN a affirmé que la Turquie avait le droit de se procurer le système de missiles russes. Les pays membres de l'OTAN ont le droit de décider eux-mêmes des armes qu'ils vont acheter. L'accord trouvé entre Athènes et Skopje sur le nom de l'ex-république yougoslave, qui devrait s'appeler République de Macédoine du Nord.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.