La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Efficacité énergétique: En finir avec le volontarisme
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 07 - 2018

La maîtrise de la consommation d'énergie constitue un véritable défi à relever pour l'Algérie. Le pays doit dépasser le stade de la démonstration et du volontarisme et lancer des programmes sur le terrain.
C'est en substance l'idée que défend le directeur général de l'APRUE, Mohamed Salah Bouzriba, qui insiste sur «l'importance de l'instauration d'un contrôle de l'efficacité énergétique dans les différents secteurs». «Nous ne sommes plus au stade de la démonstration et du volontarisme. Maintenant, il faut mettre les bouchées doubles, lancer des programmes d'envergure et mesurer l'impact des actions de l'économie d'énergie», a déclaré hier à l'APS le Directeur général de l'APRUE. Pour acquérir la maîtrise de l'énergie, Mohamed Salah Bouzriba a insisté sur «l'instauration d'un contrôle de l'efficacité énergétique dans les différents secteurs», ajoutant qu'il s'agit aussi de «donner à l'Aprue le rôle qui lui revient de droit». Pour M. Bouzriba, «il faut attribuer à l'APRUE les moyens nécessaires pour qu'elle puisse se déployer sur tout le territoire national à travers des annexes et des agences et pouvoir être la plus proche possible des citoyens». Abordant le contrôle de l'efficacité énergétique, le DG de l'APRUE a signalé que la crédibilité du Programme national de l'efficacité énergétique passe par le contrôle de la qualité des produits consommant peu d'énergie.
M. Bouzriba signalera l'existence de producteurs de lampes vendues comme étant moins énergivores, c'est-à-dire dans la classe A, mais qui ne le sont pas. Si ces fabricants fraudent, c'est parce qu' «ils savent pertinemment qu'il n'y a aucun contrôle», a-t-il relevé. «N'importe quel importateur ou fabricant peut mentionner ce qu'il veut sur l'étiquette sans pouvoir être démenti. Et le mauvais produit finira ainsi par chasser le bon. D'où l'importance de mettre en place un instrument de contrôle des normes sur l'étiquetage, qui permettrait d'éviter l'ouverture aux abus de toutes sortes de pratiques de la part d'entreprises peu scrupuleuses», ont déclaré des experts à l'APS. Dans ce sens, le DG de l'APRUE a estimé que le contrôle est impératif, mais il n'existe pas dans le pays suffisamment de laboratoires pour vérifier la qualité de ces produits. «J'insiste sur l'instauration d'un contrôle de l'efficacité énergétique pour s'assurer de la qualité des produits consommant moins d'énergie. Le contrôle est primordial pour crédibiliser le Programme de l'efficacité énergétique. Sinon, c'est un recul pour ce programme», a ajouté M. Bouzriba. Pour le moment, l'Algérie ne compte que le laboratoire de contrôle de la qualité et de la conformité (Ecolab, sis à Boumerdes) et le laboratoire dont dispose l'Institut algérien de la normalisation (IANOR). «Ce sont, malheureusement, les seuls laboratoires qui existent et qui ne contrôlent, pour le moment, que les lampes économiques LED», a signalé le DG de l'APRUE, qui estime que pour ce qui est de l'investissement dans la création de laboratoires de contrôle, «c'est à l'Etat de s'y mettre d'abord». Le responsable de l'APRUE a rappelé le projet avorté de la création du Laboratoire national d'essais industriels (LNE), qui remonte à 2015. L'échec de ce projet est lié notamment à l'acquisition des équipements et à la budgétisation du laboratoire, mais les deux appels d'offre lancés avaient été déclarés infructueux.
Enfin, à travers le Programme de la promotion de l'efficacité énergétique, qui remonte à 2015, l'Algérie aurait réalisé un gain financier de 42 milliards de dollars à l'horizon 2030, en réduisant de 9% de la consommation globale d'énergie à l'horizon 2030, et permis la création d'environ 180.000 emplois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.