Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Efficacité énergétique: En finir avec le volontarisme
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 07 - 2018

La maîtrise de la consommation d'énergie constitue un véritable défi à relever pour l'Algérie. Le pays doit dépasser le stade de la démonstration et du volontarisme et lancer des programmes sur le terrain.
C'est en substance l'idée que défend le directeur général de l'APRUE, Mohamed Salah Bouzriba, qui insiste sur «l'importance de l'instauration d'un contrôle de l'efficacité énergétique dans les différents secteurs». «Nous ne sommes plus au stade de la démonstration et du volontarisme. Maintenant, il faut mettre les bouchées doubles, lancer des programmes d'envergure et mesurer l'impact des actions de l'économie d'énergie», a déclaré hier à l'APS le Directeur général de l'APRUE. Pour acquérir la maîtrise de l'énergie, Mohamed Salah Bouzriba a insisté sur «l'instauration d'un contrôle de l'efficacité énergétique dans les différents secteurs», ajoutant qu'il s'agit aussi de «donner à l'Aprue le rôle qui lui revient de droit». Pour M. Bouzriba, «il faut attribuer à l'APRUE les moyens nécessaires pour qu'elle puisse se déployer sur tout le territoire national à travers des annexes et des agences et pouvoir être la plus proche possible des citoyens». Abordant le contrôle de l'efficacité énergétique, le DG de l'APRUE a signalé que la crédibilité du Programme national de l'efficacité énergétique passe par le contrôle de la qualité des produits consommant peu d'énergie.
M. Bouzriba signalera l'existence de producteurs de lampes vendues comme étant moins énergivores, c'est-à-dire dans la classe A, mais qui ne le sont pas. Si ces fabricants fraudent, c'est parce qu' «ils savent pertinemment qu'il n'y a aucun contrôle», a-t-il relevé. «N'importe quel importateur ou fabricant peut mentionner ce qu'il veut sur l'étiquette sans pouvoir être démenti. Et le mauvais produit finira ainsi par chasser le bon. D'où l'importance de mettre en place un instrument de contrôle des normes sur l'étiquetage, qui permettrait d'éviter l'ouverture aux abus de toutes sortes de pratiques de la part d'entreprises peu scrupuleuses», ont déclaré des experts à l'APS. Dans ce sens, le DG de l'APRUE a estimé que le contrôle est impératif, mais il n'existe pas dans le pays suffisamment de laboratoires pour vérifier la qualité de ces produits. «J'insiste sur l'instauration d'un contrôle de l'efficacité énergétique pour s'assurer de la qualité des produits consommant moins d'énergie. Le contrôle est primordial pour crédibiliser le Programme de l'efficacité énergétique. Sinon, c'est un recul pour ce programme», a ajouté M. Bouzriba. Pour le moment, l'Algérie ne compte que le laboratoire de contrôle de la qualité et de la conformité (Ecolab, sis à Boumerdes) et le laboratoire dont dispose l'Institut algérien de la normalisation (IANOR). «Ce sont, malheureusement, les seuls laboratoires qui existent et qui ne contrôlent, pour le moment, que les lampes économiques LED», a signalé le DG de l'APRUE, qui estime que pour ce qui est de l'investissement dans la création de laboratoires de contrôle, «c'est à l'Etat de s'y mettre d'abord». Le responsable de l'APRUE a rappelé le projet avorté de la création du Laboratoire national d'essais industriels (LNE), qui remonte à 2015. L'échec de ce projet est lié notamment à l'acquisition des équipements et à la budgétisation du laboratoire, mais les deux appels d'offre lancés avaient été déclarés infructueux.
Enfin, à travers le Programme de la promotion de l'efficacité énergétique, qui remonte à 2015, l'Algérie aurait réalisé un gain financier de 42 milliards de dollars à l'horizon 2030, en réduisant de 9% de la consommation globale d'énergie à l'horizon 2030, et permis la création d'environ 180.000 emplois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.