FLN: Ould Abbès démissionne    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Le pétrole, toujours    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Devant le durcissement de la grève des mécanos: Air Algérie multiplie les suspensions    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    La commune d'El Kerma peine à établir la liste des bénéficiaires: 216 logements sociaux pour plus de 5.000 demandes déposées    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    En maintenant son budget : L'Italie refuse de plier face à Bruxelles    FLN : Démission de M. Ould Abbes pour des raisons de santé    M. Kamal Aksous : La sous-traitance a été victime de l'économie de rente et des importations à large échelle    Bouteflika convoque le collège électoral    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    La JSK renoue avec la victoire    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Saisie de 144 kg de viande blanche et 1 914 unités de fromages    Projet de réorganisation du baccalauréat: Une campagne d'information lancée en 2018/2019    Journées d'études sur la labellisation des produits artisanaux à Tlemcen: La poterie de Bider et la dinanderie de Constantine retenues    Le Hamas et l'Etat hebreu: Crise politique en Israël    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    FLN : Djamel Ould Abbès démissionne après un malaise    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    Selon Bernaoui «l'organisation a coûté 5 millions de dinars»    Olufadé libéré, Boukari et Gilles Sunu forfait    L'échec programmé de Rome    Donald Trump s'en prend avec virulence à la France et à Emmanuel Macron    Tayeb Louh, publiquement désavoué par Ould Abbès    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 10 - 2018

L'Arabie saoudite a admis formellement, hier, que le journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, avait été tué au consulat du royaume à Istanbul. Le revirement sur un crime d'Etat.
L'Arabie saoudite avait jusqu'alors, toujours affirmé que Jamal Khashoggi, entré au consulat d'Istanbul pour des démarches administratives, en était ressorti, et avait qualifié de sans fondement des accusations de responsables de la Turquie, selon lesquelles le journaliste avait été tué au consulat. Le journaliste opposant saoudien, qui était au consullat d'Arabie saoudite à Istanbul pour des transactions administratives, a disparu. La situation est immédiatement confuse et les scénarii divergent fortement. Ibrahim Kalin, porte-parole du président turc, dit que Jamal Khashoggi serait toujours dans le consulat saoudien. Il a précisé être en contact avec des responsables saoudiens. De son côté, l'ambassade du royaume wahhabite de Washington, assure que les informations, selon lesquelles le journaliste est retenu au consulat, sont fausses.
La mission diplomatique affirme que Jamal Khashoggi s'est rendu au consulat, pour demander des documents. Le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul ajoute, dans la soirée de mercredi, que l'éditorialiste a disparu, après avoir quitté le consulat saoudien, affirmant travailler en coordination avec les autorités locales turques sur cette affaire. L'Arabie saoudite, qui disait que le journaliste opposant saoudien a quitté le consulat, a menti publiquement. Le président américain réclame des explications au sujet de la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, tout en rassurant sur la poursuite des ventes d'armes à Riyad. Les Saoudiens dépensent 110 milliards de dollars en équipements militaires, et sur des choses qui créent des emplois dans ce pays. Je n'aime pas l'idée de mettre fin à un investissement de 110 milliards de dollars aux Etats-Unis, a-t-il dit. L'aveu de l'assassinat du journaliste opposant saoudien, Jamal Khashoggi, a eu lieu après la dénonciation du crime par de nombreux pays. L'éditorialiste est annoncé comme mort à la suite d'une rixe. Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l'ont reçu au consulat saoudien à Istanbul, ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing, avec le citoyen Jamal Khashoggi, ce qui a conduit à sa mort, que son âme repose en paix, a dit le procureur général saoudien, Cheikh al-Mojeb. Khashoggi a été tué au consulat d'Arabie saoudite, et c'est l'aveu de ce pays, qui disait que le journaliste opposant saoudien a quitté le consulat. L'Arabie saoudite, qui est dénoncée par la communauté intrenationale, est boudée pour le crime d'Etat. C'est la raison pour laquelle l'Arabie saoudite a reconnu le crime. La conférence internationale pour l'investissement, qui devait avoir lieu en Arabie saoudite en octobre, est boudée par de nombreux ministres et patrons d'entreprises, pour l'assassinat du journaliste opposant saoudien, Jamal Khashoggi.
Le prince autoritaire
Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a connu une ascension fulgurante, marquée par des réformes économiques, sociales et religieuses inédites, dans ce pays pétrolier ultraconservateur, mais aussi par de nombreux actes de répression, dénoncés comme de l'autoritarisme. Le jeune futur roi de la monarchie la plus puissante du Golfe, veut attirer les investisseurs étrangers, en parlant d'une Arabie saoudite modérée, afin de bâtir une économie moins dépendante du pétrole. Depuis 2015, il a écarté ses rivaux pour consolider son pouvoir, et n'a pas hésité à ordonner des centaines d'arrestations dans les milieux religieux, intellectuels, et économiques, des mesures qualifiées de modernisation de l'autoritarisme par Stéphane Lacroix, spécialiste de l'Arabie saoudite. Hier, le pouvoir à Ryad a admis, 17 jours après la disparition de Jamal Khashoggi, que ce journaliste saoudien avait été tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul. Deux des principaux collaborateurs du prince héritier ont été limogés: le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement saoudien, et Saoud al-Qahtani, conseiller médias à la cour royale. Trois autres responsables du renseignement ont été écartés. En outre, 18 suspects saoudiens ont été arrêtés dans l'affaire Khashoggi. Né le 31 août 1985, Mohammed ben Salmane, homme à la barbe noire et à la calvitie naissante, a été nommé, hier, d'un nouveau comité pour restructurer les services de renseignements, moderniser ses règlements, et définir ses pouvoirs avec précision. Le prince avait écarté son cousin Mohammed ben Nayef, pour devenir, en juin 2017, prince héritier. Depuis qu'il est prince héritier, il n'a pas hésité à réprimer toute contestation militante de la monarchie absolue. En 2017, les ONG Human Rights Watch et Amnesty International, ont fait état de rafles ayant visé des dizaines d'écrivains, journalistes, intellectuels et leaders religieux, dont l'influent cheikh Salmane al-Awda. C'est à cette époque que Jamal Khashoggi, journaliste à la réputation internationale et critique envers le prince, part en exil aux Etats-Unis. 200 personnalités, dont des ministres, ex-ministres, et hommes d'affaires sont arrêtées dans une purge sans précédent, au nom de la lutte anticorruption. Saad Hariri annonce sa démission depuis l'Arabie saoudite, où il a été retenu, apparemment sur ordre du prince. C'est un leader tribal démodé, affirmait M. Khashoggi au magazine Newsweek, qui a diffusé une interview posthume du journaliste saoudien, ce week-end. En 2017, lors de la première édition du forum Future Investment Initiative, qui avait attiré 2.500 décideurs du monde entier, le prince Mohammed avait promis une Arabie tolérante. Jamal Khashoggi a eu des mots très durs à l'encontre du prince héritier. «Il croît en lui-même. Il ne croit en personne d'autre. Il ne consulte pas. Il n'a pas de véritables conseillers, et avance vers une Arabie saoudite qui corresponde à sa vision, une Arabie saoudite selon Mohammed ben Salmane uniquement», est la decription du prince faite par le journaliste opposant, Jamal Khashoggi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.