Cours de justice: Mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Tlemcen: 20 communes sans eau suite à un incident à la station de dessalement de Honaine    Quatre avions et un navire d'aides algériennes pour le Liban    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Les feux de forêts mobilisent    RELATIVE OFFICIALITE    Des dégâts matériels enregistrés: Deux forts séismes sèment la panique à Mila    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Djerrar opéré avec succès    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Deux Algériens légèrement blessés    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés ?
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 10 - 2018

L'Arabie saoudite a limogé samedi deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane après avoir admis que le journaliste Jamal Khashoggi avait été tué dans son consulat d'Istanbul.
Le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement saoudien, et Saoud al-Qahtani, conseiller «médias» à la cour royale, faisaient tous deux partie du cercle rapproché du prince Mohammed Ben Salmane, surnommé MBS. Leur limogeage s'est accompagné de l'arrestation de 18 suspects saoudiens.
Ahmed al-Assiri
Agé d'une soixantaine d'années, le général Assiri était un conseiller de haut rang proche de la cour royale et assistait souvent aux réunions à huis clos du prince héritier avec des dignitaires étrangers en visite dans le royaume. Avant d'être promu chef adjoint du Renseignement général en 2017, le général Assiri était le porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen depuis 2015 contre les rebelles Houthis soutenus par l'Iran. Parlant couramment le français, l'anglais et l'arabe, il avait acquis à l'étranger la réputation de harceler les journalistes dont les articles critiquaient les «bavures» saoudiennes au Yémen. Au printemps 2017, il avait été la cible d'un jet d'oeuf lors d'une conférence à Londres et le gouvernement britannique s'était excusé pour cette “agression”. Le quotidien panarabe à capitaux saoudiens Al-Hayat a qualifié le général Assiri –formé à la prestigieuse école militaire française Saint-Cyr– de «pilote saoudien le plus connu au monde». Avant son limogeage samedi, le New York Times avait rapporté que l'Arabie saoudite attribuerait la responsabilité de la disparition de Khashoggi au général Assiri pour tenter de dédouaner MBS.
Saoud al-Qahtani
Homme-clé de l'entourage du prince héritier, Saoud al-Qahtani était jusqu'à samedi conseiller «médias» à la cour royale. Il a organisé des interviews avec MBS pour des journalistes étrangers et a également dirigé le «Centre d'études et d'affaires médiatiques», une unité opérant au sein de la cour royale. Selon des sources saoudiennes, M. Qahtani, 40 ans, a animé des campagnes de propagande en ligne contre les adversaires du royaume, comme le Qatar et l'Iran. Avec 1,3 million d'adeptes sur Twitter, ce haut responsable était connu pour ses messages hostiles aux dissidents et à ses rivaux.
Dans un article paru dans le Washington Post au début de l'année, Jamal Khashoggi affirmait que Qahtani entretenait une «liste noire» pour les journalistes critiques du royaume et qu'il était connu pour les intimider. Dans une interview posthume publiée vendredi par le magazine Newsweek, Khashoggi a qualifié M. Qahtani et un autre haut responsable saoudien, Turki al-Cheikh, de «voyous».
«Les gens les craignent. Vous les défiez, vous risquez de finir en prison, et c'est ce qui s'est passé», a déclaré feu Jamal Khashoggi. Il a qualifié M. Qahtani d' «homme le plus important dans les médias», affirmant qu'il contrôlait les activités de relations publiques du gouvernement saoudien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.