Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés ?
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 10 - 2018

L'Arabie saoudite a limogé samedi deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane après avoir admis que le journaliste Jamal Khashoggi avait été tué dans son consulat d'Istanbul.
Le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement saoudien, et Saoud al-Qahtani, conseiller «médias» à la cour royale, faisaient tous deux partie du cercle rapproché du prince Mohammed Ben Salmane, surnommé MBS. Leur limogeage s'est accompagné de l'arrestation de 18 suspects saoudiens.
Ahmed al-Assiri
Agé d'une soixantaine d'années, le général Assiri était un conseiller de haut rang proche de la cour royale et assistait souvent aux réunions à huis clos du prince héritier avec des dignitaires étrangers en visite dans le royaume. Avant d'être promu chef adjoint du Renseignement général en 2017, le général Assiri était le porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen depuis 2015 contre les rebelles Houthis soutenus par l'Iran. Parlant couramment le français, l'anglais et l'arabe, il avait acquis à l'étranger la réputation de harceler les journalistes dont les articles critiquaient les «bavures» saoudiennes au Yémen. Au printemps 2017, il avait été la cible d'un jet d'oeuf lors d'une conférence à Londres et le gouvernement britannique s'était excusé pour cette “agression”. Le quotidien panarabe à capitaux saoudiens Al-Hayat a qualifié le général Assiri –formé à la prestigieuse école militaire française Saint-Cyr– de «pilote saoudien le plus connu au monde». Avant son limogeage samedi, le New York Times avait rapporté que l'Arabie saoudite attribuerait la responsabilité de la disparition de Khashoggi au général Assiri pour tenter de dédouaner MBS.
Saoud al-Qahtani
Homme-clé de l'entourage du prince héritier, Saoud al-Qahtani était jusqu'à samedi conseiller «médias» à la cour royale. Il a organisé des interviews avec MBS pour des journalistes étrangers et a également dirigé le «Centre d'études et d'affaires médiatiques», une unité opérant au sein de la cour royale. Selon des sources saoudiennes, M. Qahtani, 40 ans, a animé des campagnes de propagande en ligne contre les adversaires du royaume, comme le Qatar et l'Iran. Avec 1,3 million d'adeptes sur Twitter, ce haut responsable était connu pour ses messages hostiles aux dissidents et à ses rivaux.
Dans un article paru dans le Washington Post au début de l'année, Jamal Khashoggi affirmait que Qahtani entretenait une «liste noire» pour les journalistes critiques du royaume et qu'il était connu pour les intimider. Dans une interview posthume publiée vendredi par le magazine Newsweek, Khashoggi a qualifié M. Qahtani et un autre haut responsable saoudien, Turki al-Cheikh, de «voyous».
«Les gens les craignent. Vous les défiez, vous risquez de finir en prison, et c'est ce qui s'est passé», a déclaré feu Jamal Khashoggi. Il a qualifié M. Qahtani d' «homme le plus important dans les médias», affirmant qu'il contrôlait les activités de relations publiques du gouvernement saoudien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.