L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nostalgique de la torture, d'après les médias: Un nouveau président au Brésil
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 10 - 2018

Une partie du Brésil est sonnée après l'élection du candidat nationaliste, Jair Bolsonaro, accusé d'être à la fois raciste, misogyne et anti-écologiste. D'autres ont laissé éclater leur joie, à l'image des parades de nombreux militaires.
Le candidat nationaliste Jair Bolsonaro a été élu, hier, président du Brésil, devant le candidat Fernando Haddad, à l'issue d'une campagne qui a coupé en deux le plus grand pays latino-américain. L'accession au pouvoir de la droite dure, plus de 30 ans après la fin de la dictature, a donné lieu à des scènes contrastées dans ce pays de 208 millions d'habitants. Les partisans de celui qui a été député pendant 27 ans, ont laissé éclater leur joie dans les rues de Brasilia. A Rio de Janeiro, la deuxième plus grande ville du Brésil en termes d'habitants, des scènes de liesse ont également été captées par les caméras de télévision. Selon Maud Chirio, une historienne spécialiste du Brésil, des membres de l'armée ont paradé dans les rues de Neteroi, qui fait face à Rio de Janeiro. Dans des scènes, on peut voir de nombreux supporters du socialiste Haddad, candidat malheureux du second tour, fondre en larmes et s'en prendre vivement aux partisans de Bolsonaro. Le nouveau président est présenté par les médias comme admirateur de la dictature. L'élection de Jair Bolsonaro a eu lieu après la détention de l'ancien président, Lula, accusé de corruption et condamné à 12 ans de prison. Il a appelé dans une lettre, ses partisans à élire Fernando Haddad. La lettre à la fois testamentaire, où l'ancien chef d'Etat renonce, après des mois de vaine bataille judiciaire, à se présenter. Et une consécration pour son héritier. «S'ils veulent nous faire taire et faire échouer notre projet pour le pays, ils se trompent», écrit Lula, ajoutant : «Je veux demander, du fond de mon cœur, à tous ceux qui auraient voté pour moi, qu'ils votent pour notre camarade Haddad». Après cette lecture, Fernando Haddad s'est lancé dans son premier discours officiel, promettant de revenir à ce temps où le passeport brésilien était prestigieux. Empêché d'être candidat à l'élection présidentielle, Lula était présenté comme favori, et aujourd'hui, c'est un président nationaliste qui est élu. Il est dénoncé par nombre de politiciens pour sa politique. Au Brésil, la destitution de la présidente, Dilma Rousseff, en août 2016, la condamnation de son prédécesseur, Lula, en juillet 2017, puis son emprisonnement en avril 2018, et son interdiction de briguer un nouveau mandat, sont autant d'événements qui s'inscrivent dans le contexte d'une droitisation marquée du plus grand pays d'Amérique du Sud. Elu député dès 1991, Jair Bolsonaro est, ensuite, accusé d'avoir tenté d'organiser des attentats, afin d'attirer l'attention sur la faiblesse des salaires des militaires, ce qui lui vaut de passer quinze jours en prison, écrit le journal Le Monde. En 1999, il regrette que la dictature n'ait pas exécuté 30.000 personnes corrompues supplémentaires, dont le président de l'époque, Fernando Henrique Cardoso.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.