REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la France condamnait les pierres
El hadjra lembassia
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 02 - 2009

A la sortie de la ville de Djelfa, les visiteurs auront remarqué la présence d'un monument pas comme les autres. Il s'agit d'une très grosse pierre entourée d'une chaîne. C'est l'histoire de cette pierre qui est intéressante puisqu'elle reflète la bêtise et l'ignorance des colonialistes français.
En effet, cette pierre dite Lembassia a été réellement condamnée par la justice française. Cette roche qui était tombée sur un Français travaillant dans un chantier avait fait mal à toute la France. Les Français qui avaient réquisitionné les Algériens dans l'opération dite Etteskhira pour les travaux de la route menant de Aïn Maâbed à Djelfa n'avaient pas accepté que l'un des leurs se fasse tuer en Algérie.
Alors que le chantier avançait au niveau de la montagne Haouas, la chute d'un rocher tua sur le coup le chef de chantier qui était un militaire. Comme les Français ne faisaient pas de différence entre les hommes et les pierres et pour montrer que la France ne pardonne à personne, même aux pierres, ils ont décidé de juger la «meurtrière», auteur du crime contre le Français.
Un jugement en bonne et due forme fut alors organisé. Le juge, le procureur et le greffier étaient présents face à un public arabe obligé d'assister au procès et à la sentence. Dans sa plaidoirie, l'avocat a tenté de convaincre le jury en mettant en exergue les circonstances atténuantes pour faire éviter la condamnation à mort à la pierre meurtrière.
Après une longue plaidoirie, l'avocat français a en effet pu toucher les sensibilités du juge, du jury et même du procureur, puisque le rocher a été condamné seulement... à perpétuité. En ce jour mémorable, la France représentée par ses militaires avait réussi l'exploit de condamner la pierre meurtrière. Pour la justice française qui tenait à donner une bonne leçon à la population locale, il fallait que les Arabes de Djelfa et de toute l'Algérie sachent que tout criminel sera puni par le colonialisme, même s'il s'agit d'une pierre.
Donc, juste après le procès, la pierre baptisée El hadjra lembassia (passée par la justice) a été enchaînée par les militaires et exposée pour que tous les Algériens en tirent la leçon. En effet, la leçon a été bien apprise. Juste après le départ forcé des Français en 1962, des jeunes Djelfaouis se sont précipités pour libérer El hadjra lembassia en brisant ses chaînes. En 2005, lors de l'aménagement de la ville, la wilaya de Djelfa a décidé d'exposer des symboles de la ville à chaque rond point.
El hadjra lembassia a donc retrouvé ses chaînes, et sa réplique se trouve actuellement au rond-point face à Hammam El Herfa. Comme les habitants de Djelfa tiennent à garder cette leçon de justice, la pierre restera à jamais enchaînée pour que tout le monde, y compris les touristes français, sache que les soldats qui sont passés par là ont condamné et torturé même les pierres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.