Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la France condamnait les pierres
El hadjra lembassia
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 02 - 2009

A la sortie de la ville de Djelfa, les visiteurs auront remarqué la présence d'un monument pas comme les autres. Il s'agit d'une très grosse pierre entourée d'une chaîne. C'est l'histoire de cette pierre qui est intéressante puisqu'elle reflète la bêtise et l'ignorance des colonialistes français.
En effet, cette pierre dite Lembassia a été réellement condamnée par la justice française. Cette roche qui était tombée sur un Français travaillant dans un chantier avait fait mal à toute la France. Les Français qui avaient réquisitionné les Algériens dans l'opération dite Etteskhira pour les travaux de la route menant de Aïn Maâbed à Djelfa n'avaient pas accepté que l'un des leurs se fasse tuer en Algérie.
Alors que le chantier avançait au niveau de la montagne Haouas, la chute d'un rocher tua sur le coup le chef de chantier qui était un militaire. Comme les Français ne faisaient pas de différence entre les hommes et les pierres et pour montrer que la France ne pardonne à personne, même aux pierres, ils ont décidé de juger la «meurtrière», auteur du crime contre le Français.
Un jugement en bonne et due forme fut alors organisé. Le juge, le procureur et le greffier étaient présents face à un public arabe obligé d'assister au procès et à la sentence. Dans sa plaidoirie, l'avocat a tenté de convaincre le jury en mettant en exergue les circonstances atténuantes pour faire éviter la condamnation à mort à la pierre meurtrière.
Après une longue plaidoirie, l'avocat français a en effet pu toucher les sensibilités du juge, du jury et même du procureur, puisque le rocher a été condamné seulement... à perpétuité. En ce jour mémorable, la France représentée par ses militaires avait réussi l'exploit de condamner la pierre meurtrière. Pour la justice française qui tenait à donner une bonne leçon à la population locale, il fallait que les Arabes de Djelfa et de toute l'Algérie sachent que tout criminel sera puni par le colonialisme, même s'il s'agit d'une pierre.
Donc, juste après le procès, la pierre baptisée El hadjra lembassia (passée par la justice) a été enchaînée par les militaires et exposée pour que tous les Algériens en tirent la leçon. En effet, la leçon a été bien apprise. Juste après le départ forcé des Français en 1962, des jeunes Djelfaouis se sont précipités pour libérer El hadjra lembassia en brisant ses chaînes. En 2005, lors de l'aménagement de la ville, la wilaya de Djelfa a décidé d'exposer des symboles de la ville à chaque rond point.
El hadjra lembassia a donc retrouvé ses chaînes, et sa réplique se trouve actuellement au rond-point face à Hammam El Herfa. Comme les habitants de Djelfa tiennent à garder cette leçon de justice, la pierre restera à jamais enchaînée pour que tout le monde, y compris les touristes français, sache que les soldats qui sont passés par là ont condamné et torturé même les pierres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.