Covid-19: Le président Tebboune préside une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    El Tarf: la décision de confinement partiel dans les communes d'El Kala et El Chatt saluée par les citoyens    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la France condamnait les pierres
El hadjra lembassia
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 02 - 2009

A la sortie de la ville de Djelfa, les visiteurs auront remarqué la présence d'un monument pas comme les autres. Il s'agit d'une très grosse pierre entourée d'une chaîne. C'est l'histoire de cette pierre qui est intéressante puisqu'elle reflète la bêtise et l'ignorance des colonialistes français.
En effet, cette pierre dite Lembassia a été réellement condamnée par la justice française. Cette roche qui était tombée sur un Français travaillant dans un chantier avait fait mal à toute la France. Les Français qui avaient réquisitionné les Algériens dans l'opération dite Etteskhira pour les travaux de la route menant de Aïn Maâbed à Djelfa n'avaient pas accepté que l'un des leurs se fasse tuer en Algérie.
Alors que le chantier avançait au niveau de la montagne Haouas, la chute d'un rocher tua sur le coup le chef de chantier qui était un militaire. Comme les Français ne faisaient pas de différence entre les hommes et les pierres et pour montrer que la France ne pardonne à personne, même aux pierres, ils ont décidé de juger la «meurtrière», auteur du crime contre le Français.
Un jugement en bonne et due forme fut alors organisé. Le juge, le procureur et le greffier étaient présents face à un public arabe obligé d'assister au procès et à la sentence. Dans sa plaidoirie, l'avocat a tenté de convaincre le jury en mettant en exergue les circonstances atténuantes pour faire éviter la condamnation à mort à la pierre meurtrière.
Après une longue plaidoirie, l'avocat français a en effet pu toucher les sensibilités du juge, du jury et même du procureur, puisque le rocher a été condamné seulement... à perpétuité. En ce jour mémorable, la France représentée par ses militaires avait réussi l'exploit de condamner la pierre meurtrière. Pour la justice française qui tenait à donner une bonne leçon à la population locale, il fallait que les Arabes de Djelfa et de toute l'Algérie sachent que tout criminel sera puni par le colonialisme, même s'il s'agit d'une pierre.
Donc, juste après le procès, la pierre baptisée El hadjra lembassia (passée par la justice) a été enchaînée par les militaires et exposée pour que tous les Algériens en tirent la leçon. En effet, la leçon a été bien apprise. Juste après le départ forcé des Français en 1962, des jeunes Djelfaouis se sont précipités pour libérer El hadjra lembassia en brisant ses chaînes. En 2005, lors de l'aménagement de la ville, la wilaya de Djelfa a décidé d'exposer des symboles de la ville à chaque rond point.
El hadjra lembassia a donc retrouvé ses chaînes, et sa réplique se trouve actuellement au rond-point face à Hammam El Herfa. Comme les habitants de Djelfa tiennent à garder cette leçon de justice, la pierre restera à jamais enchaînée pour que tout le monde, y compris les touristes français, sache que les soldats qui sont passés par là ont condamné et torturé même les pierres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.