Tajine malsouka au poulet    Les organes anti-corruption aux abonnés absents    En bref…    L'USMA a son destin en main    Sport et tourisme : Signature d'une convention de partenariat aujourd'hui    Réunion EPTV-FAF : Les droits TV au menu    Le temps de plus en plus compté    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    CROYANCES ET CONVICTIONS    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    L'alternative de la dernière chance    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Le déclic    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Les étudiants ont marché    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il tente de reconstituer le «puzzle»: FLN Rude mission pour Bouchareb
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 12 - 2018

Le coordonnateur de l'instance dirigeante du parti FLN, Mouad Bouchareb, s'attaque au chantier le plus dur de sa mission à deux volets : réunifier les rangs d'abord, et organiser un congrès extraordinaire rassembleur ensuite.
Il s'est mis au premier chantier, sur lequel ont échoué les deux derniers secrétaires généraux du parti, depuis avant-hier. Il a reçu le meneur du Mouvement de redressement qui active depuis 2013, Abdelkrim Abada. «Cette rencontre s'inscrit dans le cadre du rétablissement de la cohésion au sein du FLN, à travers un nouveau départ basé sur les fondements du respect. L'objectif est l'édification du parti sur des bases saines, suivant le critère du militantisme», a-t-il déclaré. «Tous les enfants du parti sont les bienvenus sans exclusion aucune, ni marginalisation», a encore lancé le nouvel homme fort du parti majoritaire. Dans le cadre de la réunification de rangs, Mouad Bouchareb a rencontré également Salah Goudjil et Saliha Djeffal. Il a fait savoir qu'il rencontrerait d'autres dirigeants, à l'image du meneur de la direction unifiée, Abderrahmane Belayat, et de l'ancien secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, qui comptent toujours des nombreux partisans au sein du parti. Le chantier est difficile surtout que les anciens secrétaires généraux, Amar Saadani et Djamel Ould Abbès, ont échoué à réaliser l'objectif. Mais il n'est pas impossible. Pour le moment, Bouchareb semble faire l'unanimité, et personne n'ose s'opposer à lui. «Il y a urgence à rétablir la situation au sein du parti. Nous allons rencontrer Mouad Bouchareb sans aucune condition, pour ne pas retomber dans la même crise», a indiqué Abderrahmane Belayat. Contacté hier par nos soins, M. Belayat a affirmé qu'il est «mandaté par les membres de son mouvement pour aller rencontrer la nouvelle direction, afin d'apporter notre point de vue et faire part de nos propositions pour sortir le parti, de sa crise». Précisant qu'il appartient à Bouchareb de fixer une date pour la rencontre, notre interlocuteur a ajouté qu'il a accepté de dialoguer pour marquer «notre satisfaction de la décision du Président de mettre fin à la situation calamiteuse du parti». Le président de l'APN bénéficie du soutien des cadres du FLN, et aucun n'a affiché d'opposition. «Il était urgent d'enclencher une nouvelle dynamique au parti. Le FLN vivait une situation de blocage qui ne pouvait pas durer. La première formation politique du pays était devenue un corps sans âme, où plus rien n'était entrepris. Il fallait opérer un déclic, et cela passait par le départ de l'ancienne direction et l'arrivée d'une nouvelle équipe, chargée de rassembler tous les militants, sans exclusion», a déclaré le ministre Mahdjoub Bedda, qui a initié l'association des anciens élus. Dans une déclaration médiatique, le ministre a estimé que «l'arrivée à la tête du FLN d'un jeune militant au parcours exemplaire comme Mouad Bouchareb, est de nature à redynamiser notre formation politique», exprimant le soutien de l'association des anciens élus à la nouvelle direction. Bouchareb s'attèlera donc à recoller les morceaux déchiquetés du vieux parti. Le Mouvement de redressement est lancé en 2012 contre l'ancien secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem. Après l'éviction de ce dernier, il a poursuivi sa «lutte» contre Amar Saâdani. La tentative de Djamel Ould Abbès d'engager le dialogue avec le mouvement a échoué, en raison de la tendance affichée par l'ex-secrétaire général à conduire le parti de manière unilatérale, en mettant à l'écart les instances du parti, surtout le Comité central, qui ne s'est jamais réunir durant le court règne de deux ans d'Ould Abbès. Mouad Bouchareb réussira-t-il ce que les trois derniers SG ont échoué à faire ? La direction unifiée est lancée juste après l'installation d'Amar Saâdani, sous la conduite d'Abderrahmane Belayat. Ce dernier a mené une fronde contre Saâdani, puis contre Djamel Ould Abbès, après l'échec de réconcilitation pour les mêmes raisons de l'échec avec le Mouvement de redressement. Salah Goudjil était un membre très actif dans le mouvement de redressement contre Belkhadem. Il s'est retiré avec la venue de Saâdani, et sa nomination comme sénateur du tiers présidentiel. Quand à Belkhadem, il a été renvoyé du gouvernement et des instances du parti, et ce pour avoir essayé de débarquer Amar Saâdani. Bouchareb réussira-t-il à fédérer tout ce monde ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.