REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    REVISION CONSTITUTIONNELLE : Début du vote dans les bureaux itinérants à Nâama    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    La pandémie a fait plus de 1.182.000 décès dans le monde    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il revient et décline les «axes» de redressement du FLN: Quel rôle pour Belkhadem ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 12 - 2018

Au siège du parti à Hydra, Abdelaziz Belkhadem est accueilli par une foule de militants et de cadres.
Après quatre longues années, l'ancien secrétaire général du Front de libération nationale (FLN – 2005-2013) revient sur le devant de la scène politique à quatre mois de l'élection présidentielle 2019. Reçu par Mouad Bouchareb, coordinateur de l'instance dirigeante du FLN, Belkhadem est désormais réhabilité. Homme de premier plan, il serait difficile de croire que l'ancien chef de gouvernement (2006-2008) va se contenter d'un simple rôle dans la nouvelle feuille de route assignée par le président Abdelaziz Bouteflika à Bouchareb. D'emblée, Abdelaziz Belkhadem remerciera le chef de l'Etat d'avoir «levé l'injustice» sur les militants et décidé de «redresser la ligne du parti» en chargeant Mouad Bouchareb, avant de décliner les priorités à même de permettre au FLN de retrouver sa santé. «Ce qui devrait être au cœur du travail, à mon sens, c'est d'abord de vider le parti des intrus», a déclaré l'ancien SG du FLN, lors d'un point de presse commun improvisé avec le coordinateur de l'instance dirigeante, appelant, d'autre part, à «combattre la corruption et à mettre fin à l'achat des consciences». Le FLN, a soutenu Belkhadem, «n'est pas une société par actions ou une usine. Il n'est ni à vendre ni à louer». À l'entendre, on dirait que l'ancien ministre d'Etat, conseiller de Bouteflika, trace les grandes lignes de ce que devra être le FLN à l'avenir. S'agit-il de conseils destinés à Bouchareb ou d'une mission qu'il veut exécuter en personne ? En d'autres termes, Belkhadem serait-il tenté de reprendre les rênes du FLN ? À cette question, il se montrera, certes prudent, tout en laissant une brèche qui prête à beaucoup d'insinuations. Pour Abdelaziz Belkhadem, «il faut enraciner la pratique démocratique au sein du FLN et laisser les militants choisir leurs représentants de la kasma jusqu'au secrétaire général». Comprendre que si les militants le portent à la tête du parti, il ne s'opposerait pas.
Pourtant, en 2014, Abdelaziz Belkhadem avait été excommunié, de la manière la plus humiliante, des rangs du parti par le président de la République et à travers une dépêche de l'agence officielle APS. «Le président Bouteflika a pris un décret en vertu duquel il a mis fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem en qualité de ministre d'Etat, conseiller spécial à la présidence de la République, ainsi qu'à toutes ses activités en relation avec l'ensemble des structures de l'Etat», avait à l'époque précisé une source relevant de la présidence, ajoutant que «contact a été pris avec M. le secrétaire général du Parti du Front de libération nationale (FLN) à l'effet de prendre les mesures nécessaires afin de mettre fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem au sein du parti et interdire sa participation aux activités de l'ensemble de ses structures». C'est dire qu'après un tel renvoi, Belkhadem n'aurait jamais été réhabilité par Bouchareb sans l'accord préalable du président Bouteflika. En l'appelant à la rescousse dans ce moment précis qui précède l'organisation d'un congrès extraordinaire rassembleur, c'est qu'il est fort probable de le voir de nouveau aux commandes. Bien qu'il se montre disposé à «aider» Bouchareb dans sa mission, Belkhadem sait bien à qui il a affaire. Mouad Bouchareb, de par sa qualité de président de l'APN, serait incapable de gérer et la Chambre basse du Parlement et le parti. L'ancien SG a, dans ce cas, de fortes chances de reprendre le poste d'où il a été destitué en janvier 2013. A l'approche de l'élection présidentielle 2019, le pouvoir n'a pas intérêt à maintenir le premier parti majoritaire déstabilisé. Un homme qui ferait consensus et surtout capable de vendre un meilleur discours que celui auquel nous ont habitués Amar Saâdani puis Djamel Ould Abbès, est tout ce dont il a besoin. En prévision de ce rendez-vous, Belkhadem, interrogé sur la possibilité de se voir candidat, s'est contenté de dire qu'«il est toujours sur sa position, laquelle est connue de 1999 à 2004, à 2009 et à 2014».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.