Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il revient et décline les «axes» de redressement du FLN: Quel rôle pour Belkhadem ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 12 - 2018

Au siège du parti à Hydra, Abdelaziz Belkhadem est accueilli par une foule de militants et de cadres.
Après quatre longues années, l'ancien secrétaire général du Front de libération nationale (FLN – 2005-2013) revient sur le devant de la scène politique à quatre mois de l'élection présidentielle 2019. Reçu par Mouad Bouchareb, coordinateur de l'instance dirigeante du FLN, Belkhadem est désormais réhabilité. Homme de premier plan, il serait difficile de croire que l'ancien chef de gouvernement (2006-2008) va se contenter d'un simple rôle dans la nouvelle feuille de route assignée par le président Abdelaziz Bouteflika à Bouchareb. D'emblée, Abdelaziz Belkhadem remerciera le chef de l'Etat d'avoir «levé l'injustice» sur les militants et décidé de «redresser la ligne du parti» en chargeant Mouad Bouchareb, avant de décliner les priorités à même de permettre au FLN de retrouver sa santé. «Ce qui devrait être au cœur du travail, à mon sens, c'est d'abord de vider le parti des intrus», a déclaré l'ancien SG du FLN, lors d'un point de presse commun improvisé avec le coordinateur de l'instance dirigeante, appelant, d'autre part, à «combattre la corruption et à mettre fin à l'achat des consciences». Le FLN, a soutenu Belkhadem, «n'est pas une société par actions ou une usine. Il n'est ni à vendre ni à louer». À l'entendre, on dirait que l'ancien ministre d'Etat, conseiller de Bouteflika, trace les grandes lignes de ce que devra être le FLN à l'avenir. S'agit-il de conseils destinés à Bouchareb ou d'une mission qu'il veut exécuter en personne ? En d'autres termes, Belkhadem serait-il tenté de reprendre les rênes du FLN ? À cette question, il se montrera, certes prudent, tout en laissant une brèche qui prête à beaucoup d'insinuations. Pour Abdelaziz Belkhadem, «il faut enraciner la pratique démocratique au sein du FLN et laisser les militants choisir leurs représentants de la kasma jusqu'au secrétaire général». Comprendre que si les militants le portent à la tête du parti, il ne s'opposerait pas.
Pourtant, en 2014, Abdelaziz Belkhadem avait été excommunié, de la manière la plus humiliante, des rangs du parti par le président de la République et à travers une dépêche de l'agence officielle APS. «Le président Bouteflika a pris un décret en vertu duquel il a mis fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem en qualité de ministre d'Etat, conseiller spécial à la présidence de la République, ainsi qu'à toutes ses activités en relation avec l'ensemble des structures de l'Etat», avait à l'époque précisé une source relevant de la présidence, ajoutant que «contact a été pris avec M. le secrétaire général du Parti du Front de libération nationale (FLN) à l'effet de prendre les mesures nécessaires afin de mettre fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem au sein du parti et interdire sa participation aux activités de l'ensemble de ses structures». C'est dire qu'après un tel renvoi, Belkhadem n'aurait jamais été réhabilité par Bouchareb sans l'accord préalable du président Bouteflika. En l'appelant à la rescousse dans ce moment précis qui précède l'organisation d'un congrès extraordinaire rassembleur, c'est qu'il est fort probable de le voir de nouveau aux commandes. Bien qu'il se montre disposé à «aider» Bouchareb dans sa mission, Belkhadem sait bien à qui il a affaire. Mouad Bouchareb, de par sa qualité de président de l'APN, serait incapable de gérer et la Chambre basse du Parlement et le parti. L'ancien SG a, dans ce cas, de fortes chances de reprendre le poste d'où il a été destitué en janvier 2013. A l'approche de l'élection présidentielle 2019, le pouvoir n'a pas intérêt à maintenir le premier parti majoritaire déstabilisé. Un homme qui ferait consensus et surtout capable de vendre un meilleur discours que celui auquel nous ont habitués Amar Saâdani puis Djamel Ould Abbès, est tout ce dont il a besoin. En prévision de ce rendez-vous, Belkhadem, interrogé sur la possibilité de se voir candidat, s'est contenté de dire qu'«il est toujours sur sa position, laquelle est connue de 1999 à 2004, à 2009 et à 2014».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.