Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CAN 2019: Forces et faiblesses de l'Afrique du Sud et de l'Egypte
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 12 - 2018

L'Afrique du Sud et l'Egypte sont donc les deux candidats à l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations 2019 de football. Voici certaines forces et faiblesses des deux postulants. Depuis la fin de l'Apartheid, l'Afrique du Sud a organisé une Coupe du monde de rugby à XV (1995), les Jeux Africains 1999, une Coupe du monde de football (2010), deux Coupes d'Afrique des nations de foot (1996 et 2013), ainsi qu'un Championnat d'Afrique des nations (2014). La «nation arc-en-ciel» est donc une valeur sûre, en matière d'organisation de grands événements sportifs.
L'Afrique du Sud dispose des dix stades hérités de la Coupe du monde 2010, sans parler de toutes les infrastructures nécessaires (aéroports, routes, hôtels, etc.). Certaines enceintes sont régulièrement exploitées, comme celles de Johannesburg ou de Durban, quand d'autres attendent de l'être davantage.
En juin/juillet, ce sera l'hiver austral. Il peut faire vraiment froid à Johannesburg. Mais, globalement, le climat est plutôt doux dans des villes côtières comme Le Cap, Durban ou Port-Elizabeth. Des températures certes peu agréables pour le public, mais moins pesantes pour les organismes de joueurs fatigués après une longue saison, en clubs.
Un enthousiasme modéré
La CAN 2013 et le CHAN 2014 n'ont pas laissé un souvenir impérissable en matière de ferveur. Le public sud-africain est-il blasé, après avoir vu défiler autant de grands tournois à domicile en deux décennies ?
L'Afrique du Sud s'est, par ailleurs, attiré les foudres en votant en faveur du trio Etats-Unis – Canada – Mexique, plutôt que pour le Maroc, lors de l'attribution de la Coupe du monde 2026. Le président de la Fédération sud-africaine, Danny Jordaan, n'est, par ailleurs, pas le dirigeant le plus populaire au sein de la Confédération africaine de football. En témoigne sa lourde défaite face au Malawien, Walter Nyamilandu, lors d'une élection pour désigner le représentant anglophone de la CAF au sein de la Fédération internationale de football (FIFA).Si la ministre des Sports, Tokozile Xasa, s'est montrée plutôt favorable à l'organisation de la CAN 2019, le gouvernement sud-africain n'a pas encore apporté un soutien franc et massif à cette candidature. Celui-ci attend des clarifications sur le coût du tournoi, notamment, selon la presse locale. Et il ne peut pas faire n'importe quoi, à quelques mois des élections générales 2019. Ce manque d'ardeur risque-t-il de refroidir le Comité exécutif de la CAF, qui désignera le pays hôte le 9 janvier à Dakar ?
L'Egypte, pour sa part, fait partie des fédérations les plus influentes à la CAF, dont le siège se situe d'ailleurs au Caire. Le président de l'Egyptian Football Association (EFA), Hany Abo Rida, a par ailleurs été un des soutiens les plus précieux à Ahmad pour battre Issa Hayatou, lors de l'élection du président de la Confédération africaine de football.
L'Egypte dispose aussi d'au moins une douzaine de stades à plus de 20.000 places, dont le Borg El Arab Stadium (86.000 places) et le Cairo International Stadium (75.000 places), où évolue généralement l'équipe nationale égyptienne. Avec quatre grandes enceintes au Caire, deux à Alexandrie et deux à Suez, le pays serait quasiment en mesure d'organiser la CAN 2019 dans trois villes seulement. L'Egypte est un pays de football. La passion pour le ballon rond y est exceptionnelle – au point de parfois dégénérer – même si la CAN 2006 n'avait pas déchaîné les foules. Sauf, évidemment, lors des matches des «Pharaons».
La sécurité, la maillon faible
Depuis la Révolution égyptienne, le secteur touristique a beaucoup souffert et a perdu des milliards d'euros. Le pays est très loin des quelques 12 milliards générés par le tourisme en 2010. Or, dans un pays où au moins une personne par foyer travaille directement ou indirectement pour cette industrie, l'enjeu est crucial. La CAN 2019 ne devrait pas booster cette économie. Toutefois, elle devrait rassurer sur la capacité de l'Egypte à garantir la sécurité des visiteurs. D'où un soutien clair à l'organisation du tournoi de la part du gouvernement. Justement, la sécurité est le point négatif du dossier égyptien. Le pays a fait face à plusieurs attentats sanglants ces dernières années.
La menace terroriste est, certes, de plus en plus circonscrite à certaines zones du territoire. Mais l'Egypte doit également composer avec un souci majeur : la violence récurrente dans ses stades. Suite au drame de Port-Saïd, qui avait fait plus de 70 morts, le public avait été en grande partie interdit lors des matches de championnat, de 2012 à 2018. En organisant la CAN en juin/juillet plutôt qu'en janvier/février, la CAF savait qu'elle exposerait les joueurs à une forte chaleur dans certains pays. L'Egypte ne fait pas exception, avec une température moyenne de 27 degrés en juin/juillet au Caire, et qui peut aller à 34 degrés en moyenne certains étés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.