Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la corruption: Un nouveau mécanisme pour de grands défis
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 12 - 2018

Ce projet de loi, adopté jeudi en Conseil des ministres, réuni sous la présidence du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, prévoit ce pôle financier qui sera rattaché au tribunal d'Alger – Sidi M'Hamed
Nul n'ignore que la corruption a gangrené la société algérienne ces dernières années. Surfacturations, détournements, fuites de capitaux, délivrance de documents administratifs contre pot-de-vin, attribution de marchés publics contre commissions, achats de matchs de football, achat des voix lors des élections… le phénomène a pris des proportions alarmantes. Toutes les lois et mécanismes mis ont été impuissants face à l'ampleur de ce fléau et n'ont pu l'endiguer. Pour affronter avec plus d'efficacité le phénomène, un pôle pénal financier à compétence nationale chargé des affaires financières complexes sera créé dans le cadre d'un projet de loi qui complète la loi de 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption. Ce projet de loi, adopté jeudi en Conseil des ministres, réuni sous la présidence du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, prévoit ce pôle financier qui sera rattaché à la Cour d'Alger – Sidi M'Hamed. Il permettra, selon le communiqué du Conseil des ministres, de mettre la législation en concordance avec la Constitution révisée en 2016, tout en codifiant les missions de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC). Ce projet de loi explicite et conforte les missions et attributions de cet organe, et prend également en charge les recommandations faites par l'instance spécialisée des Nations unies à la suite de l'évaluation qualifiée de positive de la politique algérienne de prévention et de lutte contre la corruption. Le texte garantit la protection légale des dénonciateurs de faits de corruption y compris au niveau de leur environnement professionnel. Les pouvoirs publics ont entrepris plusieurs actions de lutte contre la corruption, mais le phénomène n'a pas cessé de progresser. Les scandales à répétition en sont la preuve. Avec ce nouveau projet de loi, les autorités espèrent au moins réduire l'impact du phénomène. C'est un moyen supplémentaire de lutte contre la corruption et qui sera mis en œuvre en même temps que les cadres gestionnaires demeureront protégés par les dispositions du Code de procédure pénal qui subordonne l'ouverture de toute information judiciaire au dépôt d'une plainte par les organes sociaux de l'entreprise ou de l'administration ayant subi le dommage. Le texte prévoit, en outre, la création d'une Agence nationale de gestion des avoirs issus des infractions de corruption. Ce mécanisme permettra la conservation des avoirs liés aux affaires de corruption qui sont placés sous séquestre judiciaire en attendant le jugement ou qui sont saisis par décision de justice, explique le communiqué du Conseil des ministres. A l'issue de l'adoption du projet de loi, le Président Bouteflika a invité tous les acteurs de la société à concourir à la politique de prévention de la corruption en rapportant ces faits lorsqu'ils sont établis, de sorte à permettre à la justice d'intervenir avec les moyens efficaces mis à sa disposition pour appliquer la loi qui réprime sévèrement ce fléau. Le Président a salué «ce renforcement de la législation de prévention et de lutte contre la corruption, un fléau universel qui n'épargne pas notre pays» et noté «avec satisfaction que la revue consacrée par les instances compétentes des Nations unies à la politique algérienne de lutte contre la corruption a débouché sur le constat que notre pays se situe parmi les Etats les plus engagés dans ce domaine». Dans ses derniers messages, le chef de l'Etat a souvent abordé ce phénomène, appelant à une lutte implacable contre ce fléau. L'éradication du phénomène est une tâche difficile mais pas impossible.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.