Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il est célébré la nuit du 6 au 7 janvier: C'est déjà Yennayer dans le Mzab
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 01 - 2019

Yennayer est étroitement lié au calendrier agraire, marqué par le rythme des saisons, et évoque une harmonie entre la vie humaine et la vie végétale
Puisant ses sources dans nos traditions multi-séculaires, Yennayer, le nouvel an Amazighe, continue de jalonner le temps dans la région du M'zab (Ghardaia), par des rituels jalousement préservés, qui résistent encore aux mutations des temps modernes. Célébré la nuit du 6 au 7 janvier dans la région du M'zab, Yennayer obéit à un référentiel d'essence agraire, basé sur les différents cycles de végétation, et annonce le début de la saison hivernale et l'année agraire, dans cette contrée au climat aride et sec, selon les notables locaux amazighophones. La célébration, qui coïncide également avec la fin de la cueillette de la production phoenicicole, constitue une étape cruciale pour passer en revue la situation environnementale des palmeraies, et annoncer le début de l'opération de soins et de toilettage des palmiers dattiers productifs, a indiqué à l'APS Hadj Abdallah, propriétaire d'une petite palmeraie à Bounoura. Cette opération consiste à couper à la scie tranchante ou à la hache les palmes sèches, les rémanents et autres arbustes morts, la pousse des rejets, le lif et les restes des hampes florales, pour permettre au sol de conserver l'humidité et les éléments nutritifs afin de réduire les dangers d'incendie, a-t-il expliqué. L'opération de toilettage touche également les séguias et autres réseaux de partage des eaux d'irrigation des palmeraies, a précisé ce connaisseur des travaux saisonniers agricoles. Pour Ammi Omar de Ben-Ghanem, Yennayer est étroitement lié au calendrier agraire, marqué par le rythme des saisons, et évoque une harmonie entre la vie humaine et la vie végétale, soumises aux mêmes lois et aux mêmes vicissitudes de la nature. Pour fêter et accueillir le Nouvel an Amazighe, les familles Amazighophones de la wilaya de Ghardaïa ont recours à une recette typique, composée d'ingrédients aux couleurs blanches, pour préparer un plat ancestral du terroir appelé «Arfis», incontournable lors de la célébration de Yennayer. Chaque année, Yennayer est célébré à la manière des ancêtres avec la même ferveur, le même recueillement et tout le cérémonial habituel autour des plats spéciaux, minutieusement préparés pour la soirée du nouvel an Amazighe, et qui doivent présager une nouvelle année de paix et de bonheur. Réalisé à base de semoule, sucre, lait et oeufs, que la ménagère fait cuire sous forme de galette qui, effritée, est passée à la vapeur avant d'être imbibée de Smen (graisse naturelle), et décoré avec du raisin sec et des oeufs durs, le plat de «Arfis» réunit toute la famille, la nuit du 6 au 7 janvier de chaque année marquant Yennayer, le début de l'année. Les réunions de familles, pendant cette nuit, autour de ce délicieux met accompagné d'un thé, permettent de consolider les liens de parenté, de renforcer les liens familiaux, a fait savoir Ammi Abdallah. Des plats spéciaux sont aussi préparés à cette occasion, tels que chercham, chekhchoukha ou couscous, consommés collectivement dans un même plat, et cela même dans des localités arabophones de Ghardaia, la nuit du 11 au 12 janvier, signale-t-on. Loin d'être un vestige évanescent de l'histoire, Yennayer tend à être plus largement célébré, notamment avec l'officialisation de cette journée nationale par le président de la république, Abdelaziz Bouteflika, et qui s'inscrit également dans le cadre de la réhabilitation de la culture, du patrimoine, des valeurs et des traditions amazighes, qui font partie intégrante de la culture nationale dans toute sa diversité. Plusieurs cérémonies festives ont été programmées dans les différentes structures scolaires de la wilaya de Ghardaia, à l'initiative du ministère de l'Education nationale, pour inculquer aux écoliers, collégiens et lycéens, l'histoire et la culture ancestrale de l'Algérie dans toute sa diversité, ont indiqué les responsables locaux du secteur de l'éducation. Ils ont relevé, également, que l'Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé 2019, Année internationale des langues autochtones, afin de préserver, mettre en valeur et revitaliser les langues parlées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.