Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il est célébré la nuit du 6 au 7 janvier: C'est déjà Yennayer dans le Mzab
Publié dans Le Temps d'Algérie le 06 - 01 - 2019

Yennayer est étroitement lié au calendrier agraire, marqué par le rythme des saisons, et évoque une harmonie entre la vie humaine et la vie végétale
Puisant ses sources dans nos traditions multi-séculaires, Yennayer, le nouvel an Amazighe, continue de jalonner le temps dans la région du M'zab (Ghardaia), par des rituels jalousement préservés, qui résistent encore aux mutations des temps modernes. Célébré la nuit du 6 au 7 janvier dans la région du M'zab, Yennayer obéit à un référentiel d'essence agraire, basé sur les différents cycles de végétation, et annonce le début de la saison hivernale et l'année agraire, dans cette contrée au climat aride et sec, selon les notables locaux amazighophones. La célébration, qui coïncide également avec la fin de la cueillette de la production phoenicicole, constitue une étape cruciale pour passer en revue la situation environnementale des palmeraies, et annoncer le début de l'opération de soins et de toilettage des palmiers dattiers productifs, a indiqué à l'APS Hadj Abdallah, propriétaire d'une petite palmeraie à Bounoura. Cette opération consiste à couper à la scie tranchante ou à la hache les palmes sèches, les rémanents et autres arbustes morts, la pousse des rejets, le lif et les restes des hampes florales, pour permettre au sol de conserver l'humidité et les éléments nutritifs afin de réduire les dangers d'incendie, a-t-il expliqué. L'opération de toilettage touche également les séguias et autres réseaux de partage des eaux d'irrigation des palmeraies, a précisé ce connaisseur des travaux saisonniers agricoles. Pour Ammi Omar de Ben-Ghanem, Yennayer est étroitement lié au calendrier agraire, marqué par le rythme des saisons, et évoque une harmonie entre la vie humaine et la vie végétale, soumises aux mêmes lois et aux mêmes vicissitudes de la nature. Pour fêter et accueillir le Nouvel an Amazighe, les familles Amazighophones de la wilaya de Ghardaïa ont recours à une recette typique, composée d'ingrédients aux couleurs blanches, pour préparer un plat ancestral du terroir appelé «Arfis», incontournable lors de la célébration de Yennayer. Chaque année, Yennayer est célébré à la manière des ancêtres avec la même ferveur, le même recueillement et tout le cérémonial habituel autour des plats spéciaux, minutieusement préparés pour la soirée du nouvel an Amazighe, et qui doivent présager une nouvelle année de paix et de bonheur. Réalisé à base de semoule, sucre, lait et oeufs, que la ménagère fait cuire sous forme de galette qui, effritée, est passée à la vapeur avant d'être imbibée de Smen (graisse naturelle), et décoré avec du raisin sec et des oeufs durs, le plat de «Arfis» réunit toute la famille, la nuit du 6 au 7 janvier de chaque année marquant Yennayer, le début de l'année. Les réunions de familles, pendant cette nuit, autour de ce délicieux met accompagné d'un thé, permettent de consolider les liens de parenté, de renforcer les liens familiaux, a fait savoir Ammi Abdallah. Des plats spéciaux sont aussi préparés à cette occasion, tels que chercham, chekhchoukha ou couscous, consommés collectivement dans un même plat, et cela même dans des localités arabophones de Ghardaia, la nuit du 11 au 12 janvier, signale-t-on. Loin d'être un vestige évanescent de l'histoire, Yennayer tend à être plus largement célébré, notamment avec l'officialisation de cette journée nationale par le président de la république, Abdelaziz Bouteflika, et qui s'inscrit également dans le cadre de la réhabilitation de la culture, du patrimoine, des valeurs et des traditions amazighes, qui font partie intégrante de la culture nationale dans toute sa diversité. Plusieurs cérémonies festives ont été programmées dans les différentes structures scolaires de la wilaya de Ghardaia, à l'initiative du ministère de l'Education nationale, pour inculquer aux écoliers, collégiens et lycéens, l'histoire et la culture ancestrale de l'Algérie dans toute sa diversité, ont indiqué les responsables locaux du secteur de l'éducation. Ils ont relevé, également, que l'Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé 2019, Année internationale des langues autochtones, afin de préserver, mettre en valeur et revitaliser les langues parlées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.