Réunion de concertation.. Ghouini et Larbi Ould Khelifa chez Bensalah    Le prochain congrès se tiendra les 21 et 22 juin.. Sidi Saïd quittera l'UGTA plus tôt que prévu    Barrage «El Hamiz».. Un million de m3 mobilisés pour l'irrigation    Conséquence du mouvement populaire.. Des institutions financières changent de main    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Cité 50 logements à Bouaïche (Sidi Bel Abbès).. Les habitants réclament les commodités    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Cour d'appel militaire de Blida : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Baromètre.. En Baisse : Seddik Chihab    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    C'était une spécialiste de l'Algérie.. L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer est morte    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Saisie de 44 kilos de kif traité dans différentes wilayas du pays    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Bekkouche forfait pour la finale du 400 m/haies    Prochainement sur Google traduction    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Début du référendum constitutionnel en Egypte    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un sit-in de commémoration a été tenu    "Trop tard, M.Bensalah..."    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 01 - 2019

Au milieu des années 1980, un de ses tableaux ornait le mur de l'atelier du tisserand feu Mohamed Hamlat au village des artistes à Riadh El Feth. L'œuvre avait été offerte au dernier des maîtres tisserands d'Alger par son ami et voisin de la Casbah d'Alger Mostefa Bendebbagh. On ne sait pas ce qu'est devenue cette œuvre, mais on sait que le grand miniaturiste ne courait pas pour exposer et vendre au plus offrant ses œuvres qui n'ont, pourtant rien à envier à celles des frères Racim ou Mohamed Temmam. Né le 05 septembre 1906, il était reconnu par les initiés comme étant parmi nos plus grands miniaturistes et enlumineurs est resté inconnu par le grand public car comme beaucoup d'artistes, il ne courait pas derrière la célébrité.
Son art lui suffit
Son savoir-faire, sa Casbah et son art lui suffisaient. L'artiste n'a pas eu le droit à la commémoration du centenaire de sa naissance. D'ailleurs, d'après les programmes, rien ne serait prévu pour aujourd'hui, date de son décès. Il faut dire que Mostefa Ben Debbagh n'a jamais eu l'hommage qu'il mérite. Cet homme d'une grande simplicité qui était très respecté par ses voisins de la Casbah d'Alger est considéré parmi nos plus grands miniaturistes aux côtés des frères Omar et Mohamed Racim, Mohamed Temmam, M'hamed Haminoumna, Mohamed Ranem etc… L'école des Beaux arts d'Alger dont il était parmi les premiers professeurs devrait penser à lui rendre hommage. L'artiste était connu pour sa sagesse, sa discrétion et son don de miniaturiste. Il est bien dommage que de tels artistes soient si vite tombés dans l'oubli. A notre connaissance, il n'y aurait aucune institution culturelle, école ou galerie d'art portant le nom de Mostefa Ben Debbagh. L'artiste dont le père était un artisan ciseleur, a appris à dessiner dès son enfance et fut inscrit à l'école des beaux-arts d'Alger en section céramique. Des 1926, il ouvre un atelier de sculpture et de décoration sur cuivre et créé quelque temps plus tard, l'association nord-africaine des arts artisanaux afin de protéger les arts traditionnels et le style arabo-islamique. En 1941, il adhère à l'association des artistes algériens et orientalistes et devient enseignant de décoration et d'arts appliqués à l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger en 1943 qu'il ne quittera qu'en 1982.
Artisan et artiste
Il faut rappeler que ce grand artiste qui a touché à plusieurs métiers d'artisanat dont la céramique et le cuivre a exposé ses œuvres à Marseille en 1922 alors qu'il n'avait que 18 ans. Il exposera en 1929 à Newcastle et en 1933 à Chicago (USA).
Il sera également présent à l'exposition des arts indigènes à Alger en 1937 et au premier salon de l'Union Nationale des Arts Plastiques (UNAP) à Alger en 1964.
Mostefa Ben Debbagh qui avait remplacé le miniaturiste Mohamed Kechkoul en tant que professeur à l'école des Beaux-arts d'Alger avait réalisé des œuvres d'une grande valeur dont la plupart ne se trouvent pas dans les musées.
D'ailleurs, on doit trouver certains de ses tableaux chez ses amis de la Casbah. Mostefa Ben Debbagh tout comme Mohamed Kechkoul, Mohamed Bouakkaz dit Sfaxi, Abderrahmane Sahouli et tant d'autres miniaturistes ne devraient pas tomber dans l'anonymat. Ils ont consacré leur vie à l'art et à la formation.
On devrait leur rendre l'hommage qu'ils méritent. Il ne suffit pas de dédier une exposition pour un tel personnage de notre culture. Une galerie d'art ou un musée d'art au nom de Bendebbagh, c'est l'idéal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.