Le projet alternatif à la mascarade électorale.    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 01 - 2019

Au milieu des années 1980, un de ses tableaux ornait le mur de l'atelier du tisserand feu Mohamed Hamlat au village des artistes à Riadh El Feth. L'œuvre avait été offerte au dernier des maîtres tisserands d'Alger par son ami et voisin de la Casbah d'Alger Mostefa Bendebbagh. On ne sait pas ce qu'est devenue cette œuvre, mais on sait que le grand miniaturiste ne courait pas pour exposer et vendre au plus offrant ses œuvres qui n'ont, pourtant rien à envier à celles des frères Racim ou Mohamed Temmam. Né le 05 septembre 1906, il était reconnu par les initiés comme étant parmi nos plus grands miniaturistes et enlumineurs est resté inconnu par le grand public car comme beaucoup d'artistes, il ne courait pas derrière la célébrité.
Son art lui suffit
Son savoir-faire, sa Casbah et son art lui suffisaient. L'artiste n'a pas eu le droit à la commémoration du centenaire de sa naissance. D'ailleurs, d'après les programmes, rien ne serait prévu pour aujourd'hui, date de son décès. Il faut dire que Mostefa Ben Debbagh n'a jamais eu l'hommage qu'il mérite. Cet homme d'une grande simplicité qui était très respecté par ses voisins de la Casbah d'Alger est considéré parmi nos plus grands miniaturistes aux côtés des frères Omar et Mohamed Racim, Mohamed Temmam, M'hamed Haminoumna, Mohamed Ranem etc… L'école des Beaux arts d'Alger dont il était parmi les premiers professeurs devrait penser à lui rendre hommage. L'artiste était connu pour sa sagesse, sa discrétion et son don de miniaturiste. Il est bien dommage que de tels artistes soient si vite tombés dans l'oubli. A notre connaissance, il n'y aurait aucune institution culturelle, école ou galerie d'art portant le nom de Mostefa Ben Debbagh. L'artiste dont le père était un artisan ciseleur, a appris à dessiner dès son enfance et fut inscrit à l'école des beaux-arts d'Alger en section céramique. Des 1926, il ouvre un atelier de sculpture et de décoration sur cuivre et créé quelque temps plus tard, l'association nord-africaine des arts artisanaux afin de protéger les arts traditionnels et le style arabo-islamique. En 1941, il adhère à l'association des artistes algériens et orientalistes et devient enseignant de décoration et d'arts appliqués à l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger en 1943 qu'il ne quittera qu'en 1982.
Artisan et artiste
Il faut rappeler que ce grand artiste qui a touché à plusieurs métiers d'artisanat dont la céramique et le cuivre a exposé ses œuvres à Marseille en 1922 alors qu'il n'avait que 18 ans. Il exposera en 1929 à Newcastle et en 1933 à Chicago (USA).
Il sera également présent à l'exposition des arts indigènes à Alger en 1937 et au premier salon de l'Union Nationale des Arts Plastiques (UNAP) à Alger en 1964.
Mostefa Ben Debbagh qui avait remplacé le miniaturiste Mohamed Kechkoul en tant que professeur à l'école des Beaux-arts d'Alger avait réalisé des œuvres d'une grande valeur dont la plupart ne se trouvent pas dans les musées.
D'ailleurs, on doit trouver certains de ses tableaux chez ses amis de la Casbah. Mostefa Ben Debbagh tout comme Mohamed Kechkoul, Mohamed Bouakkaz dit Sfaxi, Abderrahmane Sahouli et tant d'autres miniaturistes ne devraient pas tomber dans l'anonymat. Ils ont consacré leur vie à l'art et à la formation.
On devrait leur rendre l'hommage qu'ils méritent. Il ne suffit pas de dédier une exposition pour un tel personnage de notre culture. Une galerie d'art ou un musée d'art au nom de Bendebbagh, c'est l'idéal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.