Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    REHABILITATION DU RESEAU ROUTIER A ORAN : 46 milliards de centimes pour la maintenance technique    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    BOUMERDES : Démantèlement d'un réseau criminel    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    On vous le dit    Chlef : L'APC envisage de fermer le marché des fruits et légumes    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Monopolisation des produits et augmentation des prix, des "péchés" blâmables    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La communauté médicale retient son souffle    Un vaccin contre le coronavirus pour l'été    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    Biskra : Des cours on-line pour les élèves du primaire    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Tiaret: Reprise des cours à distance à l'université    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    Entrèe en vigueur des sanctions pènales et pècuniaires    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'ombre de l'or noir…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2019

Jeudi et vendredi derniers, les prix du pétrole gagnaient 86 malheureux cents de dollar pour atteindre 64,81 dollars, à son plus haut depuis près de trois mois. Pas de quoi réjouir sans doute, outre mesure, notre ministre de l'Energie, vice-président de l'Opep, qui n'exclut pas une seconde baisse de la production des membres de l'Opep et ses alliés, que l'on nomme «Opep élargie», et qui sera débattue en avril à Vienne. D'ici là, beaucoup d'eau aura coulé sous nos ponts, et bien malin qui osera prédire quoi que ce soit avant, entre autres, le rapport d'un machin du nom de «comité de monitoring Opep-non-Opep», se consultant le 18 mars prochain en Azerbaïdjan. D'ailleurs, notre ministre ne fait que nuancer ses propos, quant à l'évolution de ce marché pétrolier où tout le monde se tient par la barbichette. Et comment pourrait-il en être autrement, quand la dictature de l'argent happe tout, au mépris de toute éthique ou littérature humaniste ? Et les exemples abondent, au nez et à la barbe de cette littérature.
En Allemagne, on peut vendre son sang en toute légalité, aux Etats-Unis son plasma, et en Iran un rein. Dans certains pays arabes, membres de l'Opep, des fetwas ont même rendu hallal les greffes d'organes, commerce de la détresse humaine ! Mû par l'argent, ce commerce s'approvisionnerait en organes sains auprès de personnes pauvres d'Afrique, d'Asie, voire même des pays du Maghreb. De cela, personne n'en parlera à Vienne, en Azerbaïdjan, ou bien à Tataouine-les-bains. Rien que nous pour remarquer que cette Opep, née en septembre 1960, et qui compte aujourd'hui l'Algérie, l'Angola, l'Arabie saoudite, le Congo, l'Equateur, le Gabon, la Guinée équatoriale, l'Iran, l'Irak, le Koweït, la Libye, le Nigéria, le Qatar, les Emirats arabes unis et le Vénézuela, n'en a pas fini de déplorer l'attitude de certains producteurs hors Opep. Ils ne respectent pas tous les règles du jeu, et les engagements pris dans le cadre de l'accord qu'ils ont signé, début décembre dernier, avec la même Opep. Selon cet accord, les non-Opep devaient baisser leur production de 400.000 barils par jour, sur une période initiale de six mois. Or, en l'état actuel des choses, le compte n'y est pas, selon le rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie, publié jeudi.
Cette dernière minimise l'impact réel des réductions de production de l'Opep, et celui des sanctions américaines contre le Vénézuela et l'Iran. Elle estime que la baisse des prix et le démarrage de projets pétrochimiques en Chine soutiendront la demande de brut, mais que le ralentissement de la croissance économique aux Etats-Unis, reste aussi aléatoire que la politique d'un Donald Trump, fantasque à souhait. D'ailleurs, 2019 et 2020 sont sous la loupe attentive des analystes de cet or noir. Comment et par qui seront produits les futurs barils, alors que les gisements pétroliers perdent 5% de leur potentiel tous les ans? Il s'agit là d'une question centrale, car les investissements pétroliers se réduisent à travers le monde, et la perspective récente de la Banque of America sur les difficultés qui attendent l'Opep à moyen terme, est aussi glaçante que cet or imagé, mais sans paillette. Les risques géopolitiques liés, bien sûr, au Vénézuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole au monde, l'offre concurrentielle hors Opep et les bas prix, sont des indices peu séduisants, n'en déplaise à certains politiciens, fleur au fusil…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.