Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Bouchareb tente de reprendre la main    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'ombre de l'or noir…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2019

Jeudi et vendredi derniers, les prix du pétrole gagnaient 86 malheureux cents de dollar pour atteindre 64,81 dollars, à son plus haut depuis près de trois mois. Pas de quoi réjouir sans doute, outre mesure, notre ministre de l'Energie, vice-président de l'Opep, qui n'exclut pas une seconde baisse de la production des membres de l'Opep et ses alliés, que l'on nomme «Opep élargie», et qui sera débattue en avril à Vienne. D'ici là, beaucoup d'eau aura coulé sous nos ponts, et bien malin qui osera prédire quoi que ce soit avant, entre autres, le rapport d'un machin du nom de «comité de monitoring Opep-non-Opep», se consultant le 18 mars prochain en Azerbaïdjan. D'ailleurs, notre ministre ne fait que nuancer ses propos, quant à l'évolution de ce marché pétrolier où tout le monde se tient par la barbichette. Et comment pourrait-il en être autrement, quand la dictature de l'argent happe tout, au mépris de toute éthique ou littérature humaniste ? Et les exemples abondent, au nez et à la barbe de cette littérature.
En Allemagne, on peut vendre son sang en toute légalité, aux Etats-Unis son plasma, et en Iran un rein. Dans certains pays arabes, membres de l'Opep, des fetwas ont même rendu hallal les greffes d'organes, commerce de la détresse humaine ! Mû par l'argent, ce commerce s'approvisionnerait en organes sains auprès de personnes pauvres d'Afrique, d'Asie, voire même des pays du Maghreb. De cela, personne n'en parlera à Vienne, en Azerbaïdjan, ou bien à Tataouine-les-bains. Rien que nous pour remarquer que cette Opep, née en septembre 1960, et qui compte aujourd'hui l'Algérie, l'Angola, l'Arabie saoudite, le Congo, l'Equateur, le Gabon, la Guinée équatoriale, l'Iran, l'Irak, le Koweït, la Libye, le Nigéria, le Qatar, les Emirats arabes unis et le Vénézuela, n'en a pas fini de déplorer l'attitude de certains producteurs hors Opep. Ils ne respectent pas tous les règles du jeu, et les engagements pris dans le cadre de l'accord qu'ils ont signé, début décembre dernier, avec la même Opep. Selon cet accord, les non-Opep devaient baisser leur production de 400.000 barils par jour, sur une période initiale de six mois. Or, en l'état actuel des choses, le compte n'y est pas, selon le rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie, publié jeudi.
Cette dernière minimise l'impact réel des réductions de production de l'Opep, et celui des sanctions américaines contre le Vénézuela et l'Iran. Elle estime que la baisse des prix et le démarrage de projets pétrochimiques en Chine soutiendront la demande de brut, mais que le ralentissement de la croissance économique aux Etats-Unis, reste aussi aléatoire que la politique d'un Donald Trump, fantasque à souhait. D'ailleurs, 2019 et 2020 sont sous la loupe attentive des analystes de cet or noir. Comment et par qui seront produits les futurs barils, alors que les gisements pétroliers perdent 5% de leur potentiel tous les ans? Il s'agit là d'une question centrale, car les investissements pétroliers se réduisent à travers le monde, et la perspective récente de la Banque of America sur les difficultés qui attendent l'Opep à moyen terme, est aussi glaçante que cet or imagé, mais sans paillette. Les risques géopolitiques liés, bien sûr, au Vénézuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole au monde, l'offre concurrentielle hors Opep et les bas prix, sont des indices peu séduisants, n'en déplaise à certains politiciens, fleur au fusil…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.