La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'ombre de l'or noir…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 02 - 2019

Jeudi et vendredi derniers, les prix du pétrole gagnaient 86 malheureux cents de dollar pour atteindre 64,81 dollars, à son plus haut depuis près de trois mois. Pas de quoi réjouir sans doute, outre mesure, notre ministre de l'Energie, vice-président de l'Opep, qui n'exclut pas une seconde baisse de la production des membres de l'Opep et ses alliés, que l'on nomme «Opep élargie», et qui sera débattue en avril à Vienne. D'ici là, beaucoup d'eau aura coulé sous nos ponts, et bien malin qui osera prédire quoi que ce soit avant, entre autres, le rapport d'un machin du nom de «comité de monitoring Opep-non-Opep», se consultant le 18 mars prochain en Azerbaïdjan. D'ailleurs, notre ministre ne fait que nuancer ses propos, quant à l'évolution de ce marché pétrolier où tout le monde se tient par la barbichette. Et comment pourrait-il en être autrement, quand la dictature de l'argent happe tout, au mépris de toute éthique ou littérature humaniste ? Et les exemples abondent, au nez et à la barbe de cette littérature.
En Allemagne, on peut vendre son sang en toute légalité, aux Etats-Unis son plasma, et en Iran un rein. Dans certains pays arabes, membres de l'Opep, des fetwas ont même rendu hallal les greffes d'organes, commerce de la détresse humaine ! Mû par l'argent, ce commerce s'approvisionnerait en organes sains auprès de personnes pauvres d'Afrique, d'Asie, voire même des pays du Maghreb. De cela, personne n'en parlera à Vienne, en Azerbaïdjan, ou bien à Tataouine-les-bains. Rien que nous pour remarquer que cette Opep, née en septembre 1960, et qui compte aujourd'hui l'Algérie, l'Angola, l'Arabie saoudite, le Congo, l'Equateur, le Gabon, la Guinée équatoriale, l'Iran, l'Irak, le Koweït, la Libye, le Nigéria, le Qatar, les Emirats arabes unis et le Vénézuela, n'en a pas fini de déplorer l'attitude de certains producteurs hors Opep. Ils ne respectent pas tous les règles du jeu, et les engagements pris dans le cadre de l'accord qu'ils ont signé, début décembre dernier, avec la même Opep. Selon cet accord, les non-Opep devaient baisser leur production de 400.000 barils par jour, sur une période initiale de six mois. Or, en l'état actuel des choses, le compte n'y est pas, selon le rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie, publié jeudi.
Cette dernière minimise l'impact réel des réductions de production de l'Opep, et celui des sanctions américaines contre le Vénézuela et l'Iran. Elle estime que la baisse des prix et le démarrage de projets pétrochimiques en Chine soutiendront la demande de brut, mais que le ralentissement de la croissance économique aux Etats-Unis, reste aussi aléatoire que la politique d'un Donald Trump, fantasque à souhait. D'ailleurs, 2019 et 2020 sont sous la loupe attentive des analystes de cet or noir. Comment et par qui seront produits les futurs barils, alors que les gisements pétroliers perdent 5% de leur potentiel tous les ans? Il s'agit là d'une question centrale, car les investissements pétroliers se réduisent à travers le monde, et la perspective récente de la Banque of America sur les difficultés qui attendent l'Opep à moyen terme, est aussi glaçante que cet or imagé, mais sans paillette. Les risques géopolitiques liés, bien sûr, au Vénézuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole au monde, l'offre concurrentielle hors Opep et les bas prix, sont des indices peu séduisants, n'en déplaise à certains politiciens, fleur au fusil…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.