Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    DISTORSIONS    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Farès fonce vers le Lazio    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de pétrole en 2018: L'AIE revoit ses prévisions à la baisse
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2018

L'Agence internationale de l'énergie a annoncé hier qu'un déficit d'approvisionnement potentiel de l'Iran et du Venezuela pourrait constituer un défi majeur pour les producteurs de pétrole s'ils veulent repousser les hausses de prix et réitérer leur volonté d'agir. L'AIE a également indiqué que les stocks pétroliers de l'OCDE étaient tombés en dessous du niveau moyen quinquennal pour la première fois en mars, de 1 million de barils, ce qui constitue une référence pour le succès des baisses de production de l'OPEP/non-OPEP. Dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier, l'AIE a abaissé son estimation de la croissance de la demande mondiale de pétrole cette année à 1,4 million barils/jour, contre 1,5 million barils/jour en raison de la hausse des prix du pétrole.
Le rapport de l'Agence a estimé que la demande pour le pétrole brut de l'OPEP serait de 580 000 barils/jour, au-dessus de la production réelle du cartel en avril pour le reste de cette année. L'Iran étant confronté à des obstacles à l'exportation suite à la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord sur le nucléaire, arraché de haute lutte à vienne le 14 juillet 2015 et la production du Venezuela pourrait baisser de plusieurs centaines de milliers de barils par jour cette année. «Les producteurs ont tendance à repousser la forte hausse des prix et à combler l'écart, non seulement en termes de nombre de barils mais aussi en termes de qualité du pétrole», indique le rapport.
Par ailleurs, l'AIE estime que la demande pour le pétrole brut de l'OPEP sera en moyenne de 32,25 millions de barils/jour pour le reste de l'année 2018, contre une production de 32,12 millions de barils/jour en avril, a indiqué ce mercredi l'agence Reuters. La crise économique a conduit la production vénézuélienne à son niveau le plus bas depuis des années. L'AIE, qui conseille les gouvernements occidentaux en matière de politique énergétique, prévoit une augmentation de 1,87 million de barils/jour de l'offre non-OPEP en 2018, contre une prévision antérieure de 1,8 million de barils/jour. L'Iran, qui produit environ 3,8 millions de barils/jour et est le troisième plus grand fournisseur de l'OPEP derrière l'Arabie saoudite et l'Irak, pourrait être confronté à une grave perturbation de ses exportations. L'AIE a déclaré que le précédent cycle de sanctions, qui avait été levé début 2016, a réduit les exportations de pétrole brut de l'Iran de plus de 1 million de barils/jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.