Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Covid-19 : Saïdal entame la production davantage de quantités d'Hydroxychloroquine    Covid-19 : les piscines non concernées par la réouverture progressive    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    DISTORSIONS    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stabilisation des marchés pétroliers
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 01 - 2017

La place importante qu'a eue l'Algérie dans les négociations, pour baisser la production pétrolière, et qu'elle continue d'avoir, a été encensée par les pays membres de l'Opep et non-Opep, jeudi à Abu-Dhabi.
En marge de l'Atlantic Council Global Energy, un forum qui s'est déroulé dans la capitale émiratie, le ministre de l'Energie, Nouredine Bouterfa s'est entretenu avec ses homologues de l'Arabie-Saoudite, de l'Irak et du Koweït, ainsi que le Secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). «Dans le cadre de ces entretiens, toutes les parties ont mis en avant le rôle clé qu'a joué l'Algérie pour stabiliser le marché pétrolier», a-t-on appris auprès du ministère de l'Energie. « L'Algérie poursuit ses efforts pour maintenir la dynamique impulsée en septembre à Alger et arriver, à terme, à la stabilisation des marchés pétroliers autour de prix justes qui conviennent à la fois aux pays producteurs et aux pays consommateurs», a-t-on souligné de même source. Le ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa, et ses homologues de l'Arabie Saoudite, de l'Irak et du Koweït ainsi que le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) se sont réunis jeudi à Abu Dhabi. Ces entretiens, tenus en marge de l'Atlantic Council Global Energy, Forum qui se déroule dans la capitale émiratie, ont porté sur « l'évolution des marchés pétroliers et de la démarche d'implantation du mécanisme de suivi en vue de la réunion du haut comité de monitoring prévue le 22 janvier à Vienne», a indiqué cette source. A cet effet, ces ministres se sont dits «satisfaits des premiers éléments de réduction de l'offre suite au dernier accord Opep non Opep», a-t-on ajouté. Pour rappel, en approbation de la proposition algérienne pour mettre en oeuvre l'accord d'Alger, l'Opep a décidé de réduire sa production de 1,2 million de barils par jour (bj) à partir du 1er janvier 2017, pour porter son plafond à 32,5 millions de barils par jour, et ce, tout en imposant des quotas précis aux différents pays avec la mise en place d'un comité de surveillance. Les plus fortes baisses de production sont supportées par l'Arabie saoudite (-486.000 b/j), l'Irak (-210.000), les Emirats arabes unis (-139.000) et le Koweit (-131.000). Par contre, l'Iran a obtenu gain de cause et peut augmenter sa production de 90.000 b/j, alors que la Libye et le Nigeria sont exemptés des limitations en raison des conflits auxquels ils font face, et de leur impact sur leurs finances, tandis que l'Indonésie, qui a refusé de souscrire à l'accord, a vu son adhésion à l'Opep gelée. Quelques jours après cet accord, onze (11) pays producteurs non-membres de l'Opep, se sont également engagés, lors d'une réunion avec les membres de cette organisation, à réduire leur production d'environ 558.000 barils/jour à compter du 1er janvier 2017. L'Opep et les onze producteurs non membres ont ainsi conclu un accord, le premier du genre depuis une quinzaine d'années, pour agir ensemble en réduisant leur production d'un total avoisinant 1,8 mbj à partir de janvier 2017. Les onze pays hors-Opep, qui se sont engagés à cette décision sont l'Azerbaïdjan, Brunei, Bahreïn, Guinée équatoriale, Kazakhstan, Malaisie, Mexique, Oman, Russie, Soudan et Sud Soudan. Un Comité ministériel de suivi de l'accord a été constitué pour suivre la mise en oeuvre de ce deal. Il est composé de représentants de l'Algérie, du Koweït et du Venezuela et de deux représentants de pays non-Opep (Russie et Oman).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.