AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    La production de la fraise en net recul à Jijel    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'après Oxfam.. Le Maroc paradis fiscal
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 03 - 2019

Le Maroc pourrait être ajouté à la liste noire des paradis fiscaux établie par l'UE, selon Oxfam. Dans un rapport baptisé «Tirés d'affaire», publié le 7 mars, l'ONG estime que le royaume fait partie des 18 pays qui devraient s'ajouter aux 5 pays figurant actuellement sur la liste noire de l'UE (qui compterait donc 23 pays), «en raison de leur manque de volonté à réformer leurs politiques fiscales». Actuellement sur la «liste grise» des paradis fiscaux établie en décembre 2017 par l'UE, le Maroc pourrait ainsi être rétrogradé s'il ne prend pas les engagements nécessaires pour réformer sa politique fiscale, notamment en matière de transparence fiscale, de taxation équitable et de mesures anti-BEPS (érosion de la base d'imposition et transfert de bénéfices), trois critères sur lesquels l'UE se base pour établir ces listes.
Selon les modalités prévues en 2017, les autorités marocaines ont jusqu'à fin 2019 pour signer et ratifier la Convention multilatérale de l'OCDE, concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale, ou au moins mettre en place un réseau d'accords couvrant tous les Etats membres de l'UE. Le Maroc devra également rejoindre le cadre inclusif BEPS, ou mettre en œuvre la norme minimale dans le même délai. Selon Oxfam, le Maroc fait cependant, également partie des pays qui devraient figurer sur la liste grise des paradis fiscaux. L'ONG précise que certains pays peuvent figurer sur les deux listes, notamment parce qu'ils ont jusqu'à fin 2019 pour se conformer au critères de «bonne conduite» fiscale demandés par l'UE. Oxfam prend l'exemple du Cap-Vert, «qui n'est pas parvenu à réformer ses pratiques fiscales dommageables avant fin décembre 2018, mais a jusqu'à décembre 2019 pour se conformer au critère de transparence».
Le texte d'Oxfam est publié quelques jours avant la première révision annuelle de la liste noire et de la liste grise de l'UE par les ministres européens des Finances, qui doivent se réunir mardi 12 mars à Bruxelles pour en discuter. «Dans cette perspective, Oxfam a évalué les pays qui devraient apparaître ou rester sur ces listes», indique l'ONG dans son rapport. «Dans le cadre de cet exercice, Oxfam ne fait que suivre les directives procédurales et les critères de l'UE actuellement appliqués. L'évaluation s'appuie sur des informations publiques», souligne-t-elle. En 2018, la liste noire comptait 13 paradis fiscaux, et Oxfam prédit la sortie de neuf d'entre eux en 2019.
«Les Bahamas, les Bermudes, Guernesey, Hong Kong, l'île de Man, les îles Caïman, les îles Vierges britanniques, Jersey et le Panama sont susceptibles d'être radiés de cette liste par l'Union européenne», indique l'ONG, déplorant que certains de ces pays et territoires soient pourtant «au centre des scandales fiscaux récemment mis en lumière par les affaires des Paradise Papers et des Panama Papers». L'ONG estime également que l'UE appliquait ses propres critères à ses Etats membres, dont Chypre, l'Irlande, le Luxembourg, Malte et Hollande.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.