Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'après Oxfam.. Le Maroc paradis fiscal
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 03 - 2019

Le Maroc pourrait être ajouté à la liste noire des paradis fiscaux établie par l'UE, selon Oxfam. Dans un rapport baptisé «Tirés d'affaire», publié le 7 mars, l'ONG estime que le royaume fait partie des 18 pays qui devraient s'ajouter aux 5 pays figurant actuellement sur la liste noire de l'UE (qui compterait donc 23 pays), «en raison de leur manque de volonté à réformer leurs politiques fiscales». Actuellement sur la «liste grise» des paradis fiscaux établie en décembre 2017 par l'UE, le Maroc pourrait ainsi être rétrogradé s'il ne prend pas les engagements nécessaires pour réformer sa politique fiscale, notamment en matière de transparence fiscale, de taxation équitable et de mesures anti-BEPS (érosion de la base d'imposition et transfert de bénéfices), trois critères sur lesquels l'UE se base pour établir ces listes.
Selon les modalités prévues en 2017, les autorités marocaines ont jusqu'à fin 2019 pour signer et ratifier la Convention multilatérale de l'OCDE, concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale, ou au moins mettre en place un réseau d'accords couvrant tous les Etats membres de l'UE. Le Maroc devra également rejoindre le cadre inclusif BEPS, ou mettre en œuvre la norme minimale dans le même délai. Selon Oxfam, le Maroc fait cependant, également partie des pays qui devraient figurer sur la liste grise des paradis fiscaux. L'ONG précise que certains pays peuvent figurer sur les deux listes, notamment parce qu'ils ont jusqu'à fin 2019 pour se conformer au critères de «bonne conduite» fiscale demandés par l'UE. Oxfam prend l'exemple du Cap-Vert, «qui n'est pas parvenu à réformer ses pratiques fiscales dommageables avant fin décembre 2018, mais a jusqu'à décembre 2019 pour se conformer au critère de transparence».
Le texte d'Oxfam est publié quelques jours avant la première révision annuelle de la liste noire et de la liste grise de l'UE par les ministres européens des Finances, qui doivent se réunir mardi 12 mars à Bruxelles pour en discuter. «Dans cette perspective, Oxfam a évalué les pays qui devraient apparaître ou rester sur ces listes», indique l'ONG dans son rapport. «Dans le cadre de cet exercice, Oxfam ne fait que suivre les directives procédurales et les critères de l'UE actuellement appliqués. L'évaluation s'appuie sur des informations publiques», souligne-t-elle. En 2018, la liste noire comptait 13 paradis fiscaux, et Oxfam prédit la sortie de neuf d'entre eux en 2019.
«Les Bahamas, les Bermudes, Guernesey, Hong Kong, l'île de Man, les îles Caïman, les îles Vierges britanniques, Jersey et le Panama sont susceptibles d'être radiés de cette liste par l'Union européenne», indique l'ONG, déplorant que certains de ces pays et territoires soient pourtant «au centre des scandales fiscaux récemment mis en lumière par les affaires des Paradise Papers et des Panama Papers». L'ONG estime également que l'UE appliquait ses propres critères à ses Etats membres, dont Chypre, l'Irlande, le Luxembourg, Malte et Hollande.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.