Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ammar Bouras présente «1990-1995, Algérie, chronique photographique».. Quand l'art se met au service de l'histoire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 03 - 2019

Paru récemment aux éditions Barzakh, «1990-1995, Algérie, chronique photographique», est un beau livre de photos inédites que Ammar Bouras, plasticien et photographe a partagé la richesse avant-hier lors d'une rencontre tenue à la librairie «L'Arbre à dire» de Sidi Yahia à Alger.
Bien plus que des images et au-delà des clichés, «1990-1995, Algérie, chronique photographique», est un récit qui dévoile en des œuvres inédites, des faits ayant marqué une époque sombre, ou dite rouge de l'histoire de l'Algérie. Des photos que l'artiste-plasticien et photographe a sorti de ses tiroirs pour en partager et immortaliser la richesse. En 237 pages, à travers des photos en noir et blanc, l'auteur revient sur des faits saillants de l'actualité algérienne entre 1990 et 1995, et dont il a été témoin. Entre manifestations, marches, meetings, grèves ou encore des évènements sportifs et culturels, Bouras entame son livre avec l'année 1990. De cette année, il a choisi de mettre des clichés de la marche organisée au mois de mai à Alger par le Front des forces sociales (FFS) et le retour en Algérie de Hocine Aït Ahmed, d'immortaliser la visite à Alger de Nelson Mandela trois mois après sa libération des geôles de l'apartheid, ou encore montrer la foule venue accueillir l'ancien président de la République, Ahmed Ben Bella. Plusieurs clichés, pris pour le compte du journal Alger Républicain où il travaillait, sont dédiés aux différents évènements (conférences et marches organisées en 1991 en soutien à l'Irak lors de la première guerre du Golfe) et autres meetings de partis politiques activant à l'époque.
L'éloquence du noir et blanc
D'autres photographies prises la même année montrent des compétitions sportives, des galas artistiques ainsi que des portraits d'artistes, de sportifs et de journalistes dont Mohamed Fellag, Noureddine Morceli et Saïd Mekbel. L'année suivante (1992) est, pour sa part, dominée par les clichés du Président Mohamed-Boudiaf réalisés lors de sa dernière sortie à Annaba le jour de son assassinat, et des portraits de personnalités du monde de la Culture comme l'écrivain Rachid Boudjedra, la comédienne Sonia et autre Khaled Hadj Brahim. Une autre série de photographies, prises en 1993, montrent le début des violences terroristes avec des images fixant l'enterrement de l'universitaire Djillali-Liabes et celles d'une marche contre la violence organisée par l'Ugta (Union générale des travailleurs algériens).
Ammar Bouras publie également dans ce livre des photos atypiques prises dans son domicile, à Alger en 1995, pour immortaliser une émission de télévision, «Iîtirafat Irhabi», diffusée à une heure de grande écoute et que l'auteur juge d'une extrême violence en raison de la scène des aveux de terroristes racontant par le menu leurs crimes face à la caméra.
Riche débat
Par ailleurs, lors de la rencontre tenue à la librairie «L'Arbre à dire» de Sidi Yahia, Ammar Bouras ému, s'est dit très heureux d'avoir pu réaliser ce livre qui a séduit un grand nombre de personnes. Et ce n'est pas la foule présente à cette rencontre qui dira le contraire. En effet, le nombre de personnes était tel que les organisateurs qui ne s'attendaient pas à une telle affluence, ont dû changer de salle de conférence pour accueillir tout ce monde. Plus qu'une causerie littéraire, les participants à cette rencontre ont débattu autour de moult questions concernant la période (1990-1995) photographiée par l'auteur. Les intervenants se sont, entre autre, questionnés sur le réservoir de références identitaires et symboliques que peut représenter cette période – pour ceux qui ne l'ont pas connu -, tout en s'interrogeant sur la mémoire visuelle des années 1990 et la place qu'occupe le photographe dans un moment historique. Préfacé par l'historienne et chercheur à l'Institut d'histoire du temps présent, Cnrs, à Paris (France) Malika Rahal, l'ouvrage comprend aussi un entretien avec Adlène Meddi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.