Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Transition : la mort de l'article 102    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Le président Trump effectue une visite au Japon    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Sonatrach peut-elle s'en passer?    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Que faire?    Le Hirak libère les énergies    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Signature imminente de Fékir?    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appels au départ du système.. Le mouvement se renforce
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 03 - 2019

Dans plusieurs wilayas, étudiants, agents de la Protection civile, fils de chouhada, architectes, agriculteurs, journalistes et travailleurs des Assemblées Populaires Communales (APC) ont tenu hier, des rassemblements…
Depuis le 22 février dernier, le mouvement populaire ne semble pas s'affaiblir. Dans plusieurs wilayas du pays, étudiants, agents de la Protection civile, fils de chouhada, architectes, agriculteurs, journalistes et travailleurs des Assemblées Populaires Communales (APC) ont tenu hier, des rassemblements pour scander le départ du système actuel. «Système dégage !». Par le choix de ce slogan, chacun des manifestants est conscient que désormais, il n'est plus question d'un cinquième mandat ou du prolongement du quatrième mandat, mais du départ de tous les corrompus qui tiennent les rênes du pays. En effet, depuis plus de six semaines, plusieurs centaines de personnes activant dans divers secteurs se regroupent en des endroits différents pour soutenir le mouvement populaire ainsi que les magistrats, blâmés après avoir rejoint ce mouvement.
A Relizane, les citoyens ont appréhendé la décision de suspendre les magistrats qui ont rejoint le mouvement populaire, assurant que ce comportement est inacceptable. Armés de banderoles, les citoyens ont réitéré leur soutien aux magistrats suspendus, à travers des slogans marquants. Ils dénonçaient, à ce propos, la hogra exercée dans plusieurs domaines et qui pourrit la vie des gens. Ce phénomène qui prend de l'ampleur est aussi dénoncé par les agents de la Protection civile. A l'instar des autres régions du pays, la capitale a vibré dès les premières heures de la journée d'hier, sous les clameurs des éléments de la Protection civile. Soutenant le mouvement populaire, ces agents se sont rassemblés pour dénoncer le comportement inadmissible de certains responsables, mais aussi exiger le départ du système.
Des dizaines d'agents de la Protection civile ont entamé leur marche dans plusieurs communes telles qu'El-Harrach, Hydra… brandissant des pancartes sur lesquelles l'on pouvait notamment lire : «La Protection civile n'est pas une monarchie»; ils ont poursuivi leur marche dans ces communes en scandant des slogans contre la hogra et réclamant le départ du directeur de wilaya. Rejoignant le mouvement populaire, les fils de chouhada aussi se sont rassemblés pour scander le départ du système politique et exiger le changement radical des réformes. «Après 57 ans de mépris et d'humiliation, basta», «Les âmes des chouhada ne se sont pas reposées encore», sont des slogans inscrits sur les pancartes et banderoles brandies. Outre les enfants de chouhada, les membres du syndicat national des ingénieurs agréés en génie civil et bâtiment, agriculteurs et architectes étaient aussi présents sur les lieux pour scander le changement de ce système.
Les étudiants poursuivent leur mouvement
Depuis le début du hirak, la présence des étudiants était marquante. Plusieurs centaines d'étudiants se sont rassemblés et ont marché dans les rues pour scander des slogans hostiles à la prolongation du mandat de Bouteflika. Maintenir la pression autour du pouvoir est l'objectif principal de leur mouvement. Fortement mobilisée, la communauté universitaire semble décidée à maintenir le cap jusqu'à l'aboutissement des revendications du mouvement populaire, c'est-à-dire le départ du système. A travers tout le territoire national, la mobilisation des étudiants était forte, mais surtout pacifique.
A Alger, une grande concentration de la famille universitaire était constatée. Etudiants, enseignants universitaires, chercheurs et personnel se sont rassemblés pour accompagner l'élan populaire en faveur d'une nouvelle République. De la place Audin à la Grande Poste, en passant par l'avenue Pasteur, des milliers d'étudiants et d'enseignants ont manifesté et exprimé leur rejet de la prolongation du mandat présidentiel de Bouteflika, sa feuille de route pour une transition politique et sa désignation du tandem Bedoui-Lamamra pour la conduite des affaires du pays jusqu'à la future élection présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.