RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prolongation du 4e mandat du président.. Les enseignants disent non
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 03 - 2019

Désormais, il n'est plus question d'un cinquième mandat mais du départ du président après la fin de son mandat : tels sont les exigences du peuple qui, depuis trois jours, organise des rassemblements pacifiques dans certaines régions du pays.
Les décisions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sur l'annulation de l'élection présidentielle prévue le 18 avril prochain et la prolongation de son quatrième mandat ont provoqué une grande colère parmi le peuple. Désormais, il n'est plus question d'un cinquième mandat mais du départ du président après la fin de son mandat : tels sont les exigences du peuple qui, depuis trois jours, organise des rassemblements pacifiques dans certaines régions du pays. Le secteur de l'éducation, à l'instar des autres secteurs, a été paralysé dès les premières heures de la matinée d'hier. Enseignants, lycéens et administrateurs se sont rassemblés pour scander leur refus du prolongement du 4e mandat. Ces enseignants des trois cycles observent, depuis dimanche dernier, une grève générale paralysant tous les établissements pédagogiques du pays. En adhésion aux mouvements populaires observés depuis plus de trois semaines, les enseignants ont décidé de crier haut et fort leur refus du prolongement du quatrième mandat et l'annulation de la présidentielle.
En effet, dans plusieurs régions du pays, des centaines d'enseignants des trois cycles se sont rassemblés pour rejeter les dernières décisions du chef de l'Etat. Au niveau de la capitale, des enseignants ainsi que des lycéens se sont réunis devant la Grande poste et marché ensuite jusqu'à l'académie. Arborant des tabliers blancs, les enseignants se sont également insurgés contre la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit. Ils ont scandé des slogans hostiles à son encontre, à l'instar de «Benghabrit dégage !». La mobilisation populaire ne faiblit pas. Face à ce mouvement, un renfort de la police antiémeute a été déployé dans les principales rues de la capitale pour sécuriser les lieux et empêcher la foule d'atteindre la présidence de la République. Pancartes et banderoles à la main, ces manifestants sont décidés à faire entendre leur avis en ce qui concerne les décisions politiques du pays. «Djazair houra democratia» scandaient-ils devant un mur de policiers.
A la veille de ces rassemblements, les six syndicats de l'éducation qui forment l'intersyndicale avaient appelé tous les travailleurs de l'éducation à faire grève et à organiser des marches dans les chefs-lieux de wilaya. Soutenant les revendications du peuple, les six syndicats exigent le départ du système politique actuel. Dans un communiqué, ils estiment que les mesures promises par Bouteflika ne répondent pas aux aspirations des Algériens. Cet appel a été largement suivi par les travailleurs du secteur de l'éducation. En effet, à Béjaïa, les enseignants manifestent devant la direction de l'éducation depuis les premières heures de la journée. A Sétif, les enseignants manifestent contre la prolongation du 4e mandat et réclament la satisfaction de leurs revendications socio-professionnelles.
Comme dans de nombreuses villes du pays, les enseignants de Ouargla participent à la contestation. A Mostaganem, les enseignants sont sortis en nombre pour manifester. A Oran, des centaines d'enseignants du primaire, du moyen et du secondaire ont investi la rue pour réclamer un changement du système. Des étudiants ont organisé une marche pour dire non au prolongement du mandat de Bouteflika. Lundi dernier, dans une nouvelle lettre adressée à la nation, le président Bouteflika a annoncé ne pas se présenter à un 5e mandat en sus d'un report de l'élection présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.