Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    L'intimidation n'a pas payé    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Kwiret esselk, du goût et des forces    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Huawei prépare son propre système d'exploitation    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Création d'un comité de surveillance    La candidature de Berraf acceptée    Facebook supprime trois milliards de comptes    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prolongation du 4e mandat du président.. Les enseignants disent non
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 03 - 2019

Désormais, il n'est plus question d'un cinquième mandat mais du départ du président après la fin de son mandat : tels sont les exigences du peuple qui, depuis trois jours, organise des rassemblements pacifiques dans certaines régions du pays.
Les décisions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sur l'annulation de l'élection présidentielle prévue le 18 avril prochain et la prolongation de son quatrième mandat ont provoqué une grande colère parmi le peuple. Désormais, il n'est plus question d'un cinquième mandat mais du départ du président après la fin de son mandat : tels sont les exigences du peuple qui, depuis trois jours, organise des rassemblements pacifiques dans certaines régions du pays. Le secteur de l'éducation, à l'instar des autres secteurs, a été paralysé dès les premières heures de la matinée d'hier. Enseignants, lycéens et administrateurs se sont rassemblés pour scander leur refus du prolongement du 4e mandat. Ces enseignants des trois cycles observent, depuis dimanche dernier, une grève générale paralysant tous les établissements pédagogiques du pays. En adhésion aux mouvements populaires observés depuis plus de trois semaines, les enseignants ont décidé de crier haut et fort leur refus du prolongement du quatrième mandat et l'annulation de la présidentielle.
En effet, dans plusieurs régions du pays, des centaines d'enseignants des trois cycles se sont rassemblés pour rejeter les dernières décisions du chef de l'Etat. Au niveau de la capitale, des enseignants ainsi que des lycéens se sont réunis devant la Grande poste et marché ensuite jusqu'à l'académie. Arborant des tabliers blancs, les enseignants se sont également insurgés contre la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit. Ils ont scandé des slogans hostiles à son encontre, à l'instar de «Benghabrit dégage !». La mobilisation populaire ne faiblit pas. Face à ce mouvement, un renfort de la police antiémeute a été déployé dans les principales rues de la capitale pour sécuriser les lieux et empêcher la foule d'atteindre la présidence de la République. Pancartes et banderoles à la main, ces manifestants sont décidés à faire entendre leur avis en ce qui concerne les décisions politiques du pays. «Djazair houra democratia» scandaient-ils devant un mur de policiers.
A la veille de ces rassemblements, les six syndicats de l'éducation qui forment l'intersyndicale avaient appelé tous les travailleurs de l'éducation à faire grève et à organiser des marches dans les chefs-lieux de wilaya. Soutenant les revendications du peuple, les six syndicats exigent le départ du système politique actuel. Dans un communiqué, ils estiment que les mesures promises par Bouteflika ne répondent pas aux aspirations des Algériens. Cet appel a été largement suivi par les travailleurs du secteur de l'éducation. En effet, à Béjaïa, les enseignants manifestent devant la direction de l'éducation depuis les premières heures de la journée. A Sétif, les enseignants manifestent contre la prolongation du 4e mandat et réclament la satisfaction de leurs revendications socio-professionnelles.
Comme dans de nombreuses villes du pays, les enseignants de Ouargla participent à la contestation. A Mostaganem, les enseignants sont sortis en nombre pour manifester. A Oran, des centaines d'enseignants du primaire, du moyen et du secondaire ont investi la rue pour réclamer un changement du système. Des étudiants ont organisé une marche pour dire non au prolongement du mandat de Bouteflika. Lundi dernier, dans une nouvelle lettre adressée à la nation, le président Bouteflika a annoncé ne pas se présenter à un 5e mandat en sus d'un report de l'élection présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.