Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 03 - 2019

Les blouses blanches (le personnel médical et paramédical) ont investi, hier, les rues dans plusieurs wilayas du pays pour dire «non à la prolongation du 4e mandat présidentiel», «oui à une rupture totale avec la gestion actuelle des affaires du pays», et «oui à la concrétisation des aspirations du peuple algérien». A Alger, la corporation de la Santé s'est donnée rendez-vous à l'hôpital Mustapha Pacha, avant de se rassembler à la place du 1er Mai et se rendre ensuite à la place qui est devenue l'endroit symbolique de ce mouvement populaire, la place de «la Grande Poste d'Alger». Les étudiants, pour leur part, se sont rassemblés aux environs de 10h, à la place Maurice Audin, et ont rejoint après les médecins à la Grande Poste d'Alger. Les revendications des universitaires sont les mêmes que celles du corps médical : le départ du système et l'édification d'un Etat de droit.
Les blouses blanches se sont en fait, distinguées avec des slogans qu'on peut qualifier de «médicaux». Sur des banderoles on pouvait lire «On ne peut pas guérir l'Algérie avec des médicaments périmés» ou «Ni le système, Ni le générique, dégagez». Parmi cette foule de protestataires, il y avait les représentants d'autres corps, l'on cite certains éléments de la protection civile sans la tenue officielle, certains ont brandi une pancarte sur laquelle il était écrit «la protection civile est issue du peuple, et elle est avec les aspirations du peuple, pour une deuxième République». Toutes les personnes rassemblées hier se sont dit unies pour la même cause «un changement radical et l'édification d'un Etat de droit». Il y avait aussi cette détermination pour que ce mouvement populaire demeurera soudé. Des drapeaux algériens et amazighes, collés l'un à l'autre, pour dire non à toute sorte de manipulation de l'opinion publique ou contre toute tentative qui vise à semer la division.
Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) qu'on a rencontré sur place, a estimé que le peuple « est sur la bonne voie, il y a tout de même des réactions, le retrait de la candidature de Bouteflika , mais on veut plus, une résolution à la hauteur des aspirations de notre jeunesse et de notre peuple, il y a eu des propositions mais qui n'arrivent toujours pas à calmer les esprits». Il dira que la mobilisation ne faiblit pas, «le vendredi passé, on a été très nombreux, ce vendredi on sera beaucoup plus nombreux car on n'est pas d'accord avec eux, on veut un changement réel, pas de bricolage, on veut une période de transition avec des gens qu'on connaît, des gens dignes de confiance, des gens qui n'ont pas été dans la gestion des affaires de ce pays». Et de poursuivre «quelqu'un qui a été à l'origine du problème ne peut pas être un élément de la solution». Lotfi Benbahmed, président du Conseil national de l'ordre des pharmaciens, a affirmé que cette manifestation du corps médical coïncide avec le 19 mars «une date symbolique de la victoire de l'Algérie, la corporation médicale, toute entière : médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes ,ainsi que les vétérinaires sont là, humblement, en tant que faction de la population algérienne pour relayer les aspirations du peuple algériens et vivre dans un Etat démocratique avec des élections libres et transparentes». Il dira en outre que sa corporation est pour une Algérie libre et une République renouvelée avec du nouveau. Il conclut «nous sommes persuadés qu'avec cette jeunesse mature, l'Algérie prendra son envol et prendra la place qu'elle mérite dans ce monde avec toutes les dimensions et les potentialités dont elle dispose». Les protestataires, blouses blanches et étudiants préviennent : «Nous sommes unis, vous êtes finis», sur une grande banderole on pouvait lire «nul ne peut arrêter un peuple sur le chemin de son destin».
Rassemblements et marches dans plusieurs wilayas
A Oran, les blouses blanches ont été nombreuses à sillonner les rues de la ville, scandant des slogans revendiquant le changement et dénonçant l'allongement du quatrième mandat. A Tiaret, des dizaines de praticiens de santé du secteur public et privé ont battu le pavé pour exprimer leur «entière solidarité avec le mouvement populaire national et pacifique». A Bouira, médecins, paramédicaux, travailleurs des APC, de différentes administrations locales, de la fonction publique, de l'Algérienne des eaux, de Sonelgaz, des postes... etc., ont scandé des slogans demandant le départ du système et fustigeant ceux qui se sont rendu responsables du chaos et de la situation de grande désolation qui prévaut dans le pays.
Constantine, des étudiants et des personnels de la Santé ont organisé, hier, des rassemblements au chef-lieu de wilaya, pour manifester leur rejet du report de l'élection présidentielle. L'adhésion à ces rassemblements, notamment celui initié par les étudiants, n'était pas massive, certainement en raison du fait que la plupart des étudiants étaient en vacances et se trouvaient chez eux, hors wilaya pour un grand nombre d'entre eux. Les blouses blanches de Skikda, en compagnie de paramédicaux, de pharmaciens et de vétérinaires ont marché hier, pour manifester leur opposition à la prolongation du 4e mandat et dénoncer les violations de la Constitution. Ils étaient plusieurs dizaines à tenir un sit-in devant le siège de la direction de la Santé, au pôle administratif, avant de se diriger, ans une longue procession en direction de la place du 1er Novembre 1954. Les forces de l'ordre ont tenté de stopper la marche à hauteur de l'Avenue Bachir Boukadoum mais c'était sans compter la détermination des marcheurs qui réussissent à se défaire, sans heurts, de l'étau policier pour rejoindre l'Avenue des Allées du 20 Août 1955 où ils continueront à «battre le pavé», salués par les badauds.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.