La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Acte 7 de la mobilisation populaire.. «Partez tous et rendez des comptes !»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 04 - 2019

Deux slogans phares ont été entonnés tout au long de la journée. «Yetnahaw gaa», ou «Ils dégagent tous», et «Ulac smah ulac (pas de pardon»), en réponse à la dernière lettre de Bouteflika.
Vendredi 5 avril. Le septième acte de la mobilisation nationale contre le système politique et toutes ses figures, notamment les trois B (Bensalah-Belaiz-Bedoui) a montré un peuple plus que jamais déterminé, à poursuivre son combat jusqu'au changement radical du système. Hier, c'était le premier vendredi après la démission du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika. Des «crues» humaines se sont déversées de nouveau sur Alger, avec des millions de manifestants qui sont venus de nombreuses wilayas du pays, afin de dire qu'ils restent mobilisés tant que les revendications ne sont pas satisfaites. Deux slogans phares ont été entonnés tout au long de la journée. «Yetnahaw gaa», ou «Ils dégagent tous», et «Ulac smah ulac (pas de pardon»), en réponse à la dernière lettre de Bouteflika. Dès les premières heures de la matinée, des rassemblements ont été constitués sur les principales places de la capitale, notamment la Grande Poste, Audin et 1er Mai, ces trois lieux qui symbolisent désormais les luttes contre le système politique qui a conduit le pays vers la ruine.
Au fil des minutes et des heures, Alger s'est avérée trop exiguë pour contenir toutes les foules. Munis de l'emblème national et de l'étendard amazigh flottant côte à côte, les manifestants ont scandé les slogans habituels qui sont lancés depuis le 22 février, premier vendredi de mobilisation nationale pacifique contre le cinquième mandat. Hier, le peuple a réitéré son mot : «Sa Majesté le peuple veut le départ de toute la bande maffieuse», lit-on sur une banderole déployée à la Grande Poste. «Djeich, chaâb, khaoua khaoua», a été aussi réitéré lors des manifestations qui se sont déroulées sous un ciel brumeux et clément. Les manifestants, qui voient une partie des revendications satisfaites avec le départ de Bouteflika avant la fin de son mandat, ne perdent pas de vue que le départ du chef de l'Etat ne constitue pas la fin du système politique.
Les «trois B» rejetés
Ils exigent un changement radical du système et le départ de toutes ses figures. Un procès a été fait contre tous les partis et organisations qui ont soutenu la candidature de Bouteflika, avant de retourner la veste et saluer la mobilisation populaire et sa démission. Des slogans ont été lancés contre le FLN, le RND, l'UGTA et autres courtisans. Après l'application de l'article 102 de la constitution, consacrée par le départ de Bouteflika, les Algériens veulent désormais appliquer l'article 7 de la loi fondamentale, qui accorde le pouvoir au peuple. «Ils doivent tous dégager», ont lancé à tue-tête les millions de manifestants.
Ces derniers refusent que la transition soit menée par les figures du système Bouteflika, plus précisément les personnes désignées par l'ex-Président, ou par les forces non constitutionnelles qui se sont emparées des rênes du pays, dénoncées il y a plusieurs années par les partis de l'opposition, et tout récemment par le RND, qui était le deuxième parti de l'alliance présidentielle, mais aussi par l'ANP, qui a parlé ouvertement d'entités non constitutionnelles. Les manifestants s'opposent donc à ce que le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, remplace Bouteflika à la tête de l'Etat pour organiser l'élection présidentielle. Ils s'opposent aussi au Premier ministre, Noureddine Bedoui, nommé par Bouteflika, et qui était ministre de l'Intérieur lors des dernières élections entachées par la fraude. Ils disent non également au président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, installé par l'ex-Président dans l'objectif de valider le cinquième mandat.
Ces trois personnages rejetés massivement par le peuple, sont au centre du dispositif de fraude mis en place par Bouteflika, afin d'assurer son maintien à la tête du pays. Les manifestants exigent en outre, que la justice soit appliquée contre tous ceux qui ont participé à la dilapidation des richesses du pays. «Vous avez construit des prisons, vous allez y séjourner», lançaient les manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.