Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil constitutionnel a constaté et confirmé la démission de Bouteflika.. L'Algérie officiellement sans Président
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 04 - 2019

Le Conseil constitutionnel dit avoir constaté «la vacance définitive de la Présidence de la République», en application de l'article 102, alinéa 4 de la Constitution», informé le Parlement de «l'acte de déclaration de la vacance définitive», et fait état de la publication de ladite déclaration au «Journal Officiel».
Le poste de président de la république est officiellement vacant. Le Conseil constitutionnel l'a constaté, hier, à l'occasion d'une réunion tenue sous la présidence de Tayeb Belaiz. Au lendemain de la démission d'Abdelaziz Bouteflika, sous la pression d'un mouvement populaire inédit pour le départ du système en place, l'institution en question s'est réunie pour confirmer ce constat, et le notifier au Parlement. Dans un communiqué publié, le Conseil constitutionnel dit avoir constaté « la vacance définitive de la Présidence de la République, en application de l'article 102, alinéa 4 de la Constitution », informé le Parlement de «l'acte de déclaration de la vacance définitive», et fait état de la publication de ladite déclaration au « Journal Officiel ». Par cet acte, la voie est désormais balisée pour l'application de l'article 102 de la Loi fondamentale, comme demandée par le chef d'Etat-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah. Mardi 2 avril, le chef de l'Etat a notifié officiellement sa démission au Conseil constitutionnel.
Dans sa lettre, Bouteflika a dit avoir pris cette décision «en mon âme et conscience», destinée «à contribuer à l'apaisement des cœurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement», a-t-il expliqué. Pourtant, c'est loin d'être gagné, lorsque l'on sait que c'est désormais Abdelkader Bensalah qui prend l'intérim du chef de l'Etat pendant trois mois. L'article 102 de la Constitution dispose qu'après avoir été notifié du constat de vacance, «le Parlement se réunit de plein droit», et que «Le président du Conseil de la nation assume la charge de chef de l'Etat pour une durée de quatre-vingt-dix (90) jours au maximum, au cours de laquelle des élections présidentielles sont organisées». En d'autres circonstances, ce processus ne devrait rencontrer aucun obstacle. Cependant, il se trouve que Bensalah est contesté et discrédité par le peuple et les manifestations de la rue. Pour avoir été un des symboles de ce système que les algériens veulent chasser définitivement, et avoir soutenu Bouteflika durant tous ses mandats, le cinquième qui était en plan compris, le deuxième homme de l'Etat ne jouit d'aucune crédibilité. Les citoyens ne sont pas tranquilles à l'idée de voir leur destin et celui de leur «révolution», laissé entre les mains de quelqu'un qui a soutenu pendant des années ce régime.
Il n'est pas le seul, d'ailleurs. Même le gouvernement de Noureddine Bedoui, nommé par Bouteflika trois jours avant sa démission, est rejeté. Le slogan «Yetnahhaw Gaâ» (Qu'ils partent tous), n'est pas une simple phrase pour se défouler. Il reflète si besoin est, la détermination des algériens à déboulonner tous ceux qui veulent se recycler, et surfer sur la vague du mouvement du 22 février pour rester au pouvoir, voire revenir quelques mois après. Hélas, l'activation de ce processus constitutionnel bloque tout, même pour le gouvernement en fonction qui, selon l'article 104 de la Constitution, «ne peut être démis ou remanié jusqu'à l'entrée en fonction du nouveau Président de la République».
«Yetnahhaw Gaâ» !
Bensalah ne disposant pas des mêmes prérogatives qu'un président, il ne pourra pas non plus dissoudre l'APN. D'où l'impasse à laquelle est confrontée l'Algérie, au lendemain de la démission du président de la république, après un règne sans partage durant 20 longues années. En instaurant un système politique quasiment présidentialiste, Bouteflika s'est entouré de gens qui, aujourd'hui, devraient partir avec lui. Face à cette situation, l'armée et son chef d'Etat-major se trouvent devant une responsabilité historique.
Celle de redonner au peuple sa souveraineté, en application de l'article 7 de la Constitution. « Nous estimons qu'il n'y plus lieu de perdre davantage de temps, et qu'il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, à savoir la mise en application des articles 7, 8 et 102, et entamer le processus garantissant la gestion des affaires de l'Etat dans le cadre de la légitimité constitutionnelle », a déclaré Gaïd Salah mardi, lors de la réunion de l'Etat-major de l'ANP. Redonner la parole au peuple suppose le respect de sa volonté dans un changement radical, avec le départ de tous les symboles du régime, Bensalah, Belaiz et Bedoui compris.
Ce qui nous emmènera à la recherche d'une solution politique, qui proviendra d'un consensus entre l'armée et les têtes que dégagera le mouvement populaire, sachant que la classe politique est dans sa majorité discréditée aussi. En attendant les marches de ce 7e vendredi, où le peuple donnera sa réponse à la nouvelle donne, on est dans le Wait and see…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.