Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le maréchal n'a pas accepté l'accalmie.. Haftar en Egypte
Publié dans Le Temps d'Algérie le 14 - 04 - 2019

Les appels lancés par la communauté mondiale pour l'annulation de l'attaque lancée par le maréchal Haftar, n'ont pas été respectés.
L'attaque lancée par le maréchal Haftar contre Tripoli continue, tandis que 121 personnes sont mortes pendant les combats. La guerre lancée par le maréchal Haftar fait de nombreux morts, tandis que les civils fuient les combats par milliers. Les appels lancés par la communauté mondiale pour l'annulation de l'attaque lancée par le maréchal Haftar, n'ont pas été respectés. Le Président égyptien a reçu à son palais le maréchal Khalifa Haftar, dont les forces poursuivent leur offensive contre les troupes fidèles au gouvernement de Tripoli.
L'homme fort de l'est libyen, qui mène une opération pour arracher Tripoli au gouvernement de concorde nationale, GNA, le maréchal Khalifa Haftar, a été reçu au Caire par le Président Abdel Fattah al-Sissi, relate Reuters, relayant un porte-parole du chef d'Etat. Selon les médias officiels, les deux hommes ont discuté au palais présidentiel «des derniers développements en Libye». Aucun détail concernant la rencontre n'est disponible pour l'heure. Jusqu'ici, les troupes fidèles au gouvernement d'union nationale de Fayez el-Serraj sont parvenues à tenir celles d'Haftar à distance, mais de violents combats ont eu lieu aux abords de l'aéroport de Tripoli. Les hostilités survenues près de Tripoli ont fait 121 morts. Plus tôt au mois d'avril, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, avait averti que le conflit libyen ne pourrait être résolu par des moyens militaires.
Le président du parlement de l'est libyen a annoncé que les forces du maréchal Khalifa Haftar poursuivraient leur offensive sur Tripoli, malgré les nombreux appels à cesser des combats, qui ont déjà fait au moins 121 morts. L'ANL du maréchal Haftar mène depuis le 4 avril, une offensive pour tenter de s'emparer de la capitale. Celui-ci espère étendre son emprise sur l'ouest de ce pays pétrolier, alors qu'il contrôle déjà l'est et une grande partie du sud, mais il se heurte aux forces loyales au Gouvernement nationale, issu d'un accord politique interlibyen parrainé par l'ONU et soutenu par la communauté internationale depuis 2015. L'attaque lancée par le maréchal Haftar contre Tripoli est dénoncée par la communauté mondiale. Le maréchal Haftar, qui occupe une superficie de la Libye dont des champs de pétrole, était engagé, au même titre que le premier ministre, pour les élections.
Dans une rencontre qui a eu lieu en 2018, en France, le maréchal Haftar et le premier ministre étaient en accord pour des élections en 2018. Les élections n'ont pas eu lieu. Un nouvel engagement a été pris pour les élections en 2019. Les élerctions ne peuvent pas avoir lieu dans les conditions de guerre. L'attaque lancée par le maréchal Haftar a eu lieu, au moment où l'ONU prépare une conférence pour la réconciliation. L'attaque lancée par le maréchal Haftar est en contradiction avec les efforts de paix de la communauté mondiale, d'où les interrogations pour savoir pour quelle raison le maréchal opte pour la guerre. Le maréchal Haftar pourrait être soutenu dans la guerre par nombre de pays occidentaux et arabes, disent des politiciens, qui accusent les Emirats arabes, la France, et Washington de cautionner le maréchal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.