Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tennis.. Youcef Rihane sauvera-t-il les meubles ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 04 - 2019

Cette discipline porteuse de médailles a du mal à convaincre.
Youcef Rihane vient de remporter le Tournoi international juniors de Cap-d'Ail, clôturé samedi dans les Alpes-Maritimes (France), après son succès en finale devant le Roumain Nicholas David Ionel par deux sets à zéro. Rihane, vice-champion d'Afrique en titre, a remporté le premier set 6-3 avant de dominer le second 6-2, en 1 heure et 30 minutes de jeu. Il faut dire que depuis l'épopée des Bounab, Batiche, ‘'Feu'' Mahmoudi, Yassine Amier, Halim Azzi, Noudjeim Hakimi, Harrad, Abdelhak Hameurlaine, Assia Halo, Warda Bouchabou, Saida Harrad, Sihem Ben Youcef, Feriel Seghir, Samira Takorabet, Lamia Hameurlaine, ou encore Slimane Saoudi, Lamine Ouahab, Eddy Chala, et Samira Medjadi, le tennis algérien n'arrive pas à sortir du contexte arabe ou maghrébin. Cette discipline porteuse de médailles a du mal à convaincre. Des spécialistes mettent souvent cela sur le dos de l'infrastructure, de la prise en charge des athlètes ou sur celle des sparring-partners qui manquent terriblement. Le départ de Lamine Ouahab naturalisé marocain, et selon quelques acteurs de cette pratique sportive, nous a porté préjudice.
Ce dernier nous a valu des satisfactions sur le plan continental, seul à avoir relevé le défi ; aucun n'a eu ce prestige d'aller bousculer la hiérarchie sur le plan mondial. Combien de tennismen ont quitté prématurément des tournois souvent officiels sans arriver à atteindre le podium. Pour sa part, le jeune Rihane Youcef vient d'assurer et de bénéficier de 160 points dans le prochain classement ITF juniors qui sera publié lundi par la Fédération internationale de tennis (ITF), il aura de grandes chances de jouer le tableau final de Roland-Garros fin mai prochain, après Lamine Ouahab.
Les médailles se comptent sur le bout des doigts
Peut-on compter les médailles remportées par cette pratique sportive ? Pas grand-chose, selon le nombre de compétitions enregistrées depuis sa création. Même sur le plan mondial et hormis toujours Lamine Ouahab qui a réussi à atteindre les demi-finales (juniors) d'un tournoi de Roland Garros en France, aucun autre Algérien n'a pu réaliser cet exploit. Pourtant, le tennis peut se targuer de disposer d'assez de courts de tennis pour espérer convaincre au plan mondial. L'on se rappelle que lorsque les moyens étaient rares, seuls Feu Mahmoudi, Bounab ou encore Batiche ont pu atteindre un niveau intéressant ; beaucoup d'autres se sont plutôt contentés de matchs leur permettant d'être classés sur le plan national.
Coupe Davis : l'Algérie loin du compte
L'épreuve de la Coupe Davis est l'une des plus célèbres dans le monde, à laquelle participent plus de 160 pays, dont l'Algérie depuis 1975. Notre pays en revanche reste muet dans ce genre d'épreuves, et n'a pu atteindre le moindre classement mondial ; c'est Davis Dwight Davis (1879-1946), un étudiant de Harvard, qui en est le fondateur. Pour l'histoire, la première Coupe Davis s'est déroulé les 8, 9 et 10 août 1900 sur les courts en gazon du Longwood Cricket Club de Boston. Les Etats-Unis avaient battu les Iles Britanniques 5-0. Le trophée est un Saladier d'argent fondu chez l'orfèvre le plus célèbre de Boston, Schreve.
Les grands chelems, une opportunité
Les grands chelems ont été créés pour redonner plus de crédibilité à la discipline. Pour cela, il en existe quatre : il s'agit de l'Open d'Australie à Melbourne (surface : dur «Plexicushion») qui généralement débute la troisième semaine de janvier. Les Internationaux de France de tennis (ou «Roland-Garros») à Paris (surface en terre battue) qui commencent la dernière semaine de mai. Wimbledon à Londres (surface sur du gazon) commence la dernière semaine de juin. Et enfin, l'US Open à New York (surface sur du dur «Decoturf») commence la dernière semaine d'août.
Seul Lamine Ouahab…
Lamine Ouahab, lui, a été le seul Algérien à avoir passé le cap des quarts de finales d'une compétition comme celle d'un grand chelem en allant titiller les grands de la discipline. C'était lors du tournoi de Roland Garros, où il a eu à rencontrer un certain Rafael Nadal, lors des demi-finales. Depuis… rien. Les participations sur le plan continental de l'Algérie et en tennis se comptent sur le bout des doigts, et les résultats sont plutôt maigres. L'on ne se souvient pas d'une grande consécration, notamment sur le plan individuel. Qui d'un Mahmoudi, d'un Halim Azzz, d'un Slimane Saoudi et d'un Lamine Ouahab, pour ne citer que ceux-là, a été sacré champions d'Afrique ? Cette position que conserve l'Algérie en tennis est en réalité loin d'être sa place, elle se doit d'être meilleure.
Des nations comme le Zimbabwe, l'Afrique du Sud, l'Egypte, la Tunisie ou encore le Maroc se targuent de posséder des champions continentaux avec moins de moyens. Celles-ci disposent d'une meilleure organisation sur le plan de la gestion. Le tennis algérien devrait sortir de ce carcan, des querelles intestines ou encore de la mauvaise gestion administrative qui l'en ont empêché. L'aspect infrastructurel semble être aussi la cause d'une réaction qui tarde à se dessiner. Cela dit, et avec la venue d'un ministre fraîchement installé, le tennis national, à sa tête ses deux fers de lance, Lynda Benkaddour et Youcef Rihane, saura comment chambouler la donne, en allant, pourquoi pas, déranger les plus grands.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.