Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des anonymes animent des pages Facebook et affichent dans les quartiers.. Qui veut récupérer le Hirak ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 04 - 2019

Profitant de la conjoncture actuelle du pays et du refus des Algériens de toutes les solutions proposées par le pouvoir, ces pages essayent, à travers leurs publications, de promouvoir certaines figures de l'ancien pouvoir au rang de «sauveurs» du pays, et seule solution qui reste à l'Algérie pour sortir de la crise.
Depuis quelques jours, des appels provenant de pages Facebook gérées par des personnes anonymes font rage. Après avoir envahi les réseaux sociaux, avec leurs publications et leurs appels contre le pouvoir, ces facebookeurs sont allés jusqu'à placarder de grandes affiches sur les murs de certains quartiers de la capitale. Appelant à l'organisation du mouvement populaire, ils se sont de fait auto-désignés porte-parole du Hirak, et refusent toute solution proposée par les partis et personnalités politiques nationales. Pour eux, même l'opposition n'a pas droit de cité. Ils affirment à cet effet, être «l'unique représentant officiel des jeunes du mouvement populaire». Portant le nom de «Mouvement des jeunes du 22 février», cette page appelle à l'organisation de marches, sans dévoiler le nom de ses initiateurs.
Les personnes dont l'identité reste inconnue aux yeux du peuple s'estiment être les seules capables d'«animer» le Hirak que connaît le pays depuis le 22 février dernier. Ces pages, qui veulent marquer leur présence dans la dynamique populaire, affirment vouloir faire vaciller les tenants du régime. Sur cette page Facebook, une liste détaillée de revendications du peuple a été élaborée. Qui sont réellement les animateurs de ces pages ? Quels sont leurs véritables objectifs ? Dans ce moment décisif pour l'Algérie, le lancement de ce genre de pages laisse entrevoir plusieurs scénarios. Car, pour un peuple qui appelle à l'application des articles 07 et 08 de la Constitution, son refus pour désigner un représentant officiel sera inévitable. Désormais, toutes les initiatives doivent d'abord être approuvées par le peuple avant leur application sur le terrain. Profitant de la conjoncture actuelle du pays et du refus des Algériens de toutes les solutions proposées par le pouvoir, ces pages essayent, à travers leurs publications, de promouvoir certaines figures de l'ancien pouvoir au rang de «sauveurs» du pays, et seule solution qui reste à l'Algérie pour sortir de la crise.
Dans toute cette histoire, ces personnes essayent par tous les moyens de dérouter l'opinion publique. Le temps des mises en scène et des plans du gouvernement est révolu. Aujourd'hui, le peuple ne croit plus en les promesses faussées d'un pouvoir corrompu. Le mouvement populaire a des revendications claires : il exige le départ de tout le pouvoir, dont les grandes figures de l'ancien président, Abdelaziz Bouteflika. La marche du 22 février a marqué le début d'un mouvement citoyen engagé contre un régime archaïque, avec sa présidence à vie, sa cour de pseudo-partis, de ses syndicats, ses administrations bureaucratiques, son appareil sécuritaire et son système médiatique. Pour réussir, la transition démocratique doit faire face à des défis qui sont à la fois politiques, sociaux et économiques. Le lancement d'un véritable chantier de refondation de l'Etat, du modèle socio-économique et du fonctionnement de la société civile paraît nécessaire, voire inévitable. Les débats déjà lancés, notamment grâce aux différents forums initiés par les jeunes, constituent la meilleure voie pour aboutir à un consensus sur ces questions, qui détermineront le modèle de société que nous souhaitons pour l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.