Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouvements de protestations dans les universités.. Le spectre de l'année blanche ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 04 - 2019

Le mouvement de protestation se poursuit et paralyse plusieurs secteurs clés, dont l'Education et l'Enseignement supérieur. En plus des mouvements de protestation enregistrés depuis le 22 février dernier, la grève observée par les étudiants durant cette semaine risque de déteindre négativement sur le calendrier des cours. Le spectre d'une année universitaire blanche plane sur les universités. Hier encore, dans l'enceinte de plusieurs établissements universitaires, les étudiants ont répondu massivement à l'appel à des manifestations, pour soutenir le mouvement populaire qui exige le départ du système politique, ainsi que toutes ses figures. Depuis deux jours déjà, les étudiants de l'Université des sciences et technologies de Bab Ezzouar (USTHB) et ceux des facultés, la fac centrale à Alger et de médecine à Ben Aknoun, sont en grève générale. Lancé par les organisations estudiantines, ce mouvement de débrayage prévu tout au long de cette semaine, a été fortement suivi dans plusieurs campus du pays. Soutenant le mouvement populaire, les étudiants marcheront aussi à l'intérieur de leurs universités.
Lors des marches enregistrées, les étudiants ont brandi des banderoles géantes et des pancartes contre les « 4B » (Bensalah, Belaïz, Bedoui et Bouchareb). Ils ont scandé des slogans contre le pouvoir en place et ses symboles. Les revendications de milliers d'étudiants sont celles de millions d'Algériens qui exigent le départ de tout le système. Ils ont appelé dans ce sens, à l'application de l'article 7 de la Constitution, qui stipule que le peuple est la source de tout pouvoir. Des cris séditieux ont été poussés par les manifestants, demandant au président par intérim de partir. «Bensalah dégage !». Pendant cette période décisive pour l'Algérie, les étudiants ont décidé de poursuivre leur mouvement, et ce jusqu'à la concrétisation des revendications de tout le peuple. Très conscients des grands risques qui peuvent être engendrés par ces mouvements répétés, dont l'annulation de cette année universitaire, les étudiants ont décidé de maintenir le cap pour soutenir le « Hirak ».
Pour les enseignants du supérieur, le mouvement entrepris par ces étudiants est légitime, car il soutient une cause noble qui concerne tous les Algériens. Contacté par nos soins, Abdelmalek Azzi, coordinateur national du Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), a affirmé qu'«à ce jour, il n'y a aucun risque d'une année blanche». Cependant, a-t-il enchaîné, «si le mouvement continue avec cette succession rapide des évènements, tout risquerait de changer, et l'année risquerait d'être annulée». Pour lui, «les étudiants sont libres de prendre leurs propres décisions en ce qui concerne leur mouvement de protestation». Et d'ajouter: «à travers ces protestations, ces étudiants ne cherchent pas à faire entendre leurs propres revendications, mais celles de tous les Algériens.
Désormais, il s'agit de l'avenir de notre pays et tout le monde est impliqué». S'agissant de la présence des enseignants, lors des marches organisées par les étudiants, Azzi a expliqué que «compte tenu des évènements que connaît l'Algérie, la présence des enseignants est un signe de soutien au mouvement populaire», soulignant, que «pendant un mouvement de débrayage, les enseignants, ainsi que les étudiants, sont tenus de rester à l'intérieur de l'établissement et de ne pas quitter les lieux». Depuis le 22 février, début du mouvement populaire, la mobilisation des étudiants ne fait que se renforcer. A travers des marches ou des rassemblements, ces jeunes, décidés à changer l'avenir de l'Algérie, sont prêts à aller jusqu'au bout pour la concrétisation de leurs revendications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.