Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Fin du délai de dépôt des candidatures aujourd'hui    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    MCO - Mekkaoui: «Prendre au sérieux ce match du NAHD»    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    CSC - El Amri: «Face à l'USMA, on respectera l'éthique»    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    Annaba : Le wali interdit un iftar collectif en présence de maître Bouchachi    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Houhou d'Azazga.. Le chanteur est de retour
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 04 - 2019

A Azazga (Tizi Ouzou), tout le monde connaît Houhou. Ce chanteur qui avait fait parler de lui dans la région a décidé de faire un grand retour dans le monde artistique après une absence qui a duré vingt longues années.
Houhou d'Azazga a toujours fait de la musique sa deuxième vie et un refuge loin de tous les maux de la société. «J'ai toujours aimé la chanson depuis l'enfance, et dans les années 1980, plus exactement en 1987, j'ai commencé à participer à l'animation des fêtes en Kabylie», nous déclaré Houhou lors d'une entrevue autour d'un café dans les arcanes de la ville d'Azazga. Le chanteur nous apprendra qu'il a côtoyé beaucoup de grands artistes au niveau de la région d'Azazga, tels Ouzaid, Mohand Tahir, Kaci Abderrahmane… et quelques autres amateurs.
En 1994, il s'est présenté à la radio Chaîne II où il se produisit dans l'émission Ighenayen ouzekka de M'Djahed Hamid en interprétant une chanson sociale Amek aaranakhdem di thmurth agui (Qu'allons-nous faire dans ce pays?).
Déception
Pendant l'année 1995, il a préparé et enregistré un album qui fut son premier produit au niveau du studio de Ali Ait Ghobri (Belmellat), un enregistrement réalisé avec l'aide de Djamel Mensous au mandole, Mohand Tahir au Synthétiseur et Rabah et Samir de Tizi Ouzou, respectivement aux percussions et au bendir. «Je suis allé proposer mon produit à quelques éditeurs de Tizi Ouzou, mais je n'ai pas réussi à décrocher un contrat d'édition vu la concurrence, alors qu'ailleurs, les éditeurs me demandaient de financer l'édition, ce que je ne pouvais pas», a-t-il déclaré. Ce qui l'a poussé à arrêter la musique et à se retirer du monde artistique parce qu'il était père de famille et s'occupait de l'éducation de ses enfants. Au sujet de ses 20 ans passés en dehors du monde artistique, Houhou d'Azazga ou d'Ighil Bouzel, son quartier natal, a indiqué avec regret : «J'ai perdu le goût du chant et je ne faisais qu'éduquer mes enfants».
Il passa cette période en retrait jusqu'en 2018 où il rencontra Ghiles Goudjil qui l'a poussé à remonter sur scène pendant les soirées ramadhanesques organisées au niveau de l'auberge du Centre sportif de proximité (CSP) d'Azazga, et en participant à des galas à Fréha en compagnie de Kamel Igman à Ait Aicha. «C'est là que j'ai fait un petit retour et que les observateurs m'ont dit ‘'tu es bon pour la chanson''», nous
a-t-il avoué. «Je me rappelle avoir animé avec Ghiles Goudjil une fête à Maâtkas au village Tiberqouqine. C'est ainsi que je suis revenu à la scène», a-t-il ajouté. C'est là que Houhou d'Azazga a repris l'album qu'il avait enregistré en 1995, alors qu'il devait refaire l'enregistrement. Dans cet album, on trouve six chansons dont A yellis taddarthiw (La fille de mon village), Hamlagh adazhugh yidem (j'aime rire avec toi) et Isli mi-idyefegh suvernus melloul (le marié quand il sort avec un burnous blanc). Il faut préciser que la sixième œuvre de cet album est un instrumental folklorique.
A la recherche d'un bon éditeur
C'est ainsi que Houhou voudrait relancer cet album, et qu'il a quelques chansons à y rajouter. Au sujet du niveau de la chanson kabyle en général, il nous confia que «cette chanson avance et ça me plaît… Mais le problème, c'est le manque d'éditeurs, alors que par ailleurs, je dirai que la chanson kabyle ne traite pas quelques sujets qui sont tabous chez nous». Houhou tient à faire son retour dans le monde de la chanson en ressuscitant son album, à condition de trouver un éditeur qui le finance. Guettant le temps à l'affût de la moindre éclaircie sous les cieux de sa vie artistique, Houhou nous apprendra par ailleurs, que dorénavant, il ne vit que dans l'art et pour l'art, à travers la chanson où il compte s'exprimer davantage et de plus belle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.