Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouvel album de Harrouche
Dahv am sari
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2013

Dahv am sari, ou «De l'or tel quel», est le nouvel album, de 8 titres, que vient de déposer, chez les disquaires de Kabylie, le chanteur, Ahcène Harrouche, distribué par les éditions Miracle.
Dans Dahv am sari, on peut écouter encore sept autres titres dans lesquels on ne manquera pas d'apprécier la synchronisation des timbres vocaux du duo, comme dans Tin hamlagh (Celle que j'aime), Dhissin anchenou, (A deux, nous chantons), Yeb-ded wa awal (C'est le moment de la décision), etc. Tout au long de l'écoute des huit chansons, l'auditeur aura le plaisir de «savourer» le rythme musical et la voix limpide du chanteur et surtout la douceur de la belle voix féminine de Gigi, suivant merveilleusement dans chaque chanson, sauf dans Yesvar wul (Le cœur en patience) où la voix du chanteur émerge.
Concernant les textes, notre artiste a beaucoup apporté pour donner un tonus à ses compositions, afin de mettre au diapason les chaudes et mélodieuses voix du duo aux paroles, pour être, en quelque sorte, dans l'air du temps. En écoutant cet album d'Ahcène Harrouche, on est certes vite emporté par l'harmonie des rythmes musicaux, mais pour les textes, le chanteur semble favoriser la répétition en rime d'une seule strophe pour certains titres, dont les paroles sont composées très simplement, voire banalement.
Et cela plaît, dans des occasions, telles que les fêtes de mariage et autres circonstances joyeuses. Les débuts d'Ahcène Harrouche dans la musique remontent aux années 1980, nous dira-t-il, alors qu'il était lycéen à Tizi Ouzou. Il compte 17 autres chansons inscrites dans les registres de l'Onda (Office national des droits d'auteur) et enregistrées à la Chaîne II de la Radio nationale. Parmi ces œuvres figure un tube apprécié par le public, Yellis n taddart iw (Ô fille de mon village !) et qui a été repris par d'autres chanteurs.
Les précédentes œuvres d'Ahcène Harrouche ont été éditées chez Nabil Hamzaoui (Editions Irath). Avant de replonger dans le chant et les galas, comme récemment à Akaoudj (Ouaguenoun), notre chanteur s'est éclipsé pendant plus de 20 ans, pour des raisons «diverses», avouera-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.