Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche à Boumerdès.. La conférence de dialogue rejetée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 04 - 2019

«Non aux manœuvres, non aux consultations de Bensalah, vous dégagez tous », lit-on sur une banderole brandie par des manifestants à Boumerdès, pour le neuvième vendredi de contestation pacifique populaire contre le système au pouvoir. Sur une pancarte, on lit également: « celui qui part aux consultations de lundi n'est qu'un traître et un agent de la France». Les manifestants ont tiré à boulets rouges contre Abdelaziz Belaid, président du parti El Mustakbel, et contre Ziari, qui se sont rendus à la présidence pour des consultations avec le président intérimaire, Bensalah.
Un message fort du peuple qui rejette le pouvoir en place, ainsi que tous ses plans et manœuvres qui visent à protéger la mafia, et de s'éterniser.
Sur une autre pancarte, un jeune a écrit: «eux, ils ont un seul plan, celui de sauver le pouvoir, nous le peuple, on veut sauver l'Algérie qui est dans nos cœurs ». «Ils sont illégitimes, ils n'ont laissé que désolation et désordre, en agressant le Constitution et les lois de la République. La solution se trouve ailleurs, dans le peuple, et pas dans leurs salons et les agents de la France», nous dira un manifestant. «Manach Mlah, Nehou Leaissaba Nwoulou labass (Nous ne sommes pas bien, dégagez la mafia nous serions mieux)», «Pouvoir assassin», «système dégage», « le restant des B dégage», «Ni Gaid Ni Bensalah, on veut un président Salih», «Gaid, emporte avec toi ton histoire contre Médiene, et laissez nous construire notre avenir», tels sont les quelques slogans scandés par des milliers de citoyens, qui ont déferlé dans les rues de l'ex-rocher noir, pour «dégager» le système et sauver l'Algérie.
Hier, la ville de Boumerdès a tonné des slogans anti-pouvoir, notamment «pouvoir assassin», «Bensalah dégage». Plusieurs manifestants ont été emballés sous des emblèmes Amazigh et des couleurs nationales, pour rendre un vibrant hommage aux victimes du printemps noir de 2001 et le printemps berbère de 1980. Des jeunes manifestants ont appelé à l'observation d'une minute de silence, en commémoration des 128 martyrs de la démocratie, tués par des gendarmes en 2001. L'un des manifestants lance en direction des manifestants: «n'oublions pas ce qu'avait fait le pouvoir en place en Kabylie, en tirant à balles réelles contres des manifestants qui ne réclamaient que la démocratie». «Nous allons faire face aux plans de la division testés par le pouvoir en place, qui veut casser notre détermination à le chasser.
Ils ont réussi à le faire en 2001, mais pas maintenant, le peuple est comme un seul homme, preuve en est sa mobilisation pour un neuvième vendredi, dans un pacifisme qui a ému le monde entier», lance Redouane, un militant du parti de Mohcen Belabbas. Des manifestants qui scandaient «djeich echaab khawa khawa», demandent à Gaid Salah de ne pas s'immiscer dans la politique. «Nous avons espéré qu'il fera beaucoup de choses pour l'Algérie, mais il continue d'esquiver à la volonté populaire qui réclame l'application des articles 07 et 08 de la Constitution», lance l'un d'entre eux. La mobilisation était intacte, car plusieurs marches ont eu lieu, notamment à Naciria, Bordj Ménaeil et Issers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.