Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grande marche et grèves à Boumerdès.. Le peuple réclame le départ de la mafia
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 04 - 2019

«Rien ne va arrêter le peuple», tel est le slogan brandi par les marcheurs à Boumerdès, pour déloger le système en place et contre l'installation de Bensalah à la présidence de la République pour gérer la transition.
«Le Peuple est la source de tout pouvoir», scandent des milliers de manifestants qui ont battu le pavé dans les rues de l'ex-rocher noir, contre la mafia qui a squatté le pouvoir depuis 1962. «Le tenants du pouvoir en place provoquent le peuple par leur désignation d'un président intérimaire, narguant tout un peuple qui réclame depuis près de deux mois, le départ pure et simple de la mafia», lance un manifestant qui brandissait une pancarte sur laquelle est écrit «Yetnaha Ga3». Les marcheurs sont déterminés à poursuivre leur mouvement de contestation, et donnent rendez-vous demain vendredi pour déloger Bensalah.
«Nous n'avons rien compris, ils viennent de commettre un coup d'Etat contre la volonté populaire en installant un homme qui n'a rien avoir avec l'Algérie, et qui cumule des défaillances multiples depuis 1997 où il a occupé des postes de hautes responsabilités par la fraude», lance un militant des droits de l'homme. Et un autre d'ajouter : «il est primordial d'appliquer toute la Constitution, et non un seul article qui permet de sauver la mafia et non l'Algérie.»
Les manifestants ont sillonné toutes les routes principales de Boumerdès en scandant : «Bensalah dégage !», «Djeich Echaâb khawa khawa !». Ils ont dénoncé le gouvernement Bédoui, qui a maté la manif des étudiants mardi, à Alger, et les tentatives de réprimer celles d'hier, notamment à Alger-centre, la grande poste et la placette Mouritani. «Bensalah est illégitime, il veut prendre le pouvoir au détriment des manifestants que Bédoui veut réprimer».
Pour certains manifestants, Bensalah est le cadeau empoisonné de Bouteflika déchu. La marche s'est déroulée sans heurts avec les forces de l'ordre déployées sur place. Des sit-in ont été observés, par ailleurs, par des greffiers au niveau de la Cour de justice de Boumerdès, à Sonelgaz et dans d'autres administrations publiques, pour réclamer le départ de système en place qui tente un retour forcé aux commandes du pays. La grève également, a été largement suivie dans toutes les administrations publiques, les APC, les établissements scolaires et dans des entreprises publiques de taille, notamment à Socothyd. Z. Mohamed


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.