Corruption: la Cour d'Alger retient des charges contre d'anciens responsables    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Le Président Tebboune assure que le Hirak est un phénomène salutaire et met en garde contre toute tentative d'infiltration    Arkab reçoit une délégation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    FC Barcelone: Braithwaite, c'est signé (officiel)    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    «Le foot ne se gère pas avec un casse-croûte»    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Une expulsion et des interrogations    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémorations du 20 avril 1980 et du printemps noir 2001.. Grandiose marche à Tizi-Ouzou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 04 - 2019

Les services de sécurité, qui avaient déployé des véhicules 4X4 de la BRI et de la police judiciaire, pour tenter d'intimider les marcheurs en essayant de bloquer le début de la marche, ont dû céder devant la pression des marcheurs dont les rangs ont grossi à la vitesse de l'éclair. En effet, les véhicules de police stationnés un peu plus haut que le stade du 1er-Novembre, ont été ensuite déployés sur la route de l'université, où les partisans du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie formaient déjà leurs premiers carrés pour marcher. Sur place, nous avions remarqué la présence de Mokrane Aït Larbi, qui donnait des interviews pour des chaînes-télé présentes en force. L'apparition des éléments de la BRI et de la police munis de matraques, a été ressentie comme une provocation. Ils voulaient même former un cordon pour empêcher les marcheurs de s'ébranler. Ces derniers, qui portant des dizaines de drapeaux (celui du MAK) et des portraits de Ferhat Meheni, leurs rendaient la réponse en criant haut et fort : «on n'a pas peur de vos chars !» Eu égard à leurs slogans, ces derniers réclamaient l'indépendance de la Kabylie. Aucun autre slogan commémorant le double anniversaire n'a été scandé par les partisans du MAK.
Entre-temps, les citoyens arrivaient en grand nombre sur les lieux. Très vite, ils ont déployé le drapeau national et le drapeau amazigh en grand nombre. La foule grossissait et les policiers étaient, pour ainsi dire, «noyés». Les marcheurs ont réussi à déjouer leur tentative de brancher, voire même d'en découdre. C'est alors que le premier carré s'est ébranlé aux cris de : «pouvoir assassin !», et «Ulac Smah ulac !». La foule prenait encore de l'ampleur, et les policiers ont dû se retirer et quitter les lieux sous les sifflements des manifestants. D'autres carrés de marcheurs se sont encore formés derrière ceux du Mak, et la marche a eu lieu. Si les partisans du MAK se sont contentés de scander leurs propres slogans tout au long de l'itinéraire, les autres ont rendu des hommages aux martyrs du printemps noir et à tous les militants de l'amazighité, de la liberté et de la démocratie. C'était l'esprit du 20 avril qui avait plané sur la capitale du Djurdjura, qui a arboré les couleurs vert, bleu, jaune et rouge. Des milliers et des milliers de drapeaux amazighs ont «fleuri», hier à Tizi Ouzou.
Arrivés en face de l'hôpital, les marcheurs ont observé une minute de silence, et allumé des bougies à la mémoire des victimes du printemps noir 2001, dont les portraits ont été brandis par les manifestants, ainsi que des banderoles noires. Ils étaient donc plusieurs dizaines de milliers de marcheurs à prendre possession de l'itinéraire habituel, qu'ils empruntent depuis de longues années de lutte et de combat. Nous avons remarqué la présence de certains acteurs du printemps berbère de 1980, comme Mouloud Lounaouci, Arab Aknine, ainsi que Hend Sadi et la veuve du Rebelle, Nadia Maâtoub, qui a marché dans l'avant-dernier carré. Même l'esprit de Maâtoub Lounès était très présent. Des dizaines et des dizaines de portrait du rebelle étaient visibles. En somme, la commémoration de ce 39e anniversaire du double anniversaire du 20 avril 1980 et du printemps noir 2001 a été une grande réussite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.