Election présidentielle: Sahli et Belaïd se retirent    Pour solde de tout compte !    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    France : chasse à l'homme après une attaque au colis piégé    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    DE LA LITTERATURE ET DE LA BAIONNETTE    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Des musulmans étrangers conviés à un iftar collectif    Médecine : Un avion hôpital pour former des ophtalmologues tout autour du monde    Le Hirak libère les énergies    Moscou prône le dialogue    Le président Trump effectue une visite au Japon    Les indépendantistes prennent la tête du Congrès    Qui accompagnera l'OM et le DRBT?    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Que faire?    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Sonatrach peut-elle s'en passer?    L'Intérieur dessaisi de l'organisation    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    La Protection civile mobilise39.000 agents    Les premiers responsableslimogés    Des journalistes dénoncent    La contestation annonce une grève générale de deux jours    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    Programme de classification et de restauration    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémorations du 20 avril 1980 et du printemps noir 2001.. Grandiose marche à Tizi-Ouzou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 04 - 2019

Les services de sécurité, qui avaient déployé des véhicules 4X4 de la BRI et de la police judiciaire, pour tenter d'intimider les marcheurs en essayant de bloquer le début de la marche, ont dû céder devant la pression des marcheurs dont les rangs ont grossi à la vitesse de l'éclair. En effet, les véhicules de police stationnés un peu plus haut que le stade du 1er-Novembre, ont été ensuite déployés sur la route de l'université, où les partisans du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie formaient déjà leurs premiers carrés pour marcher. Sur place, nous avions remarqué la présence de Mokrane Aït Larbi, qui donnait des interviews pour des chaînes-télé présentes en force. L'apparition des éléments de la BRI et de la police munis de matraques, a été ressentie comme une provocation. Ils voulaient même former un cordon pour empêcher les marcheurs de s'ébranler. Ces derniers, qui portant des dizaines de drapeaux (celui du MAK) et des portraits de Ferhat Meheni, leurs rendaient la réponse en criant haut et fort : «on n'a pas peur de vos chars !» Eu égard à leurs slogans, ces derniers réclamaient l'indépendance de la Kabylie. Aucun autre slogan commémorant le double anniversaire n'a été scandé par les partisans du MAK.
Entre-temps, les citoyens arrivaient en grand nombre sur les lieux. Très vite, ils ont déployé le drapeau national et le drapeau amazigh en grand nombre. La foule grossissait et les policiers étaient, pour ainsi dire, «noyés». Les marcheurs ont réussi à déjouer leur tentative de brancher, voire même d'en découdre. C'est alors que le premier carré s'est ébranlé aux cris de : «pouvoir assassin !», et «Ulac Smah ulac !». La foule prenait encore de l'ampleur, et les policiers ont dû se retirer et quitter les lieux sous les sifflements des manifestants. D'autres carrés de marcheurs se sont encore formés derrière ceux du Mak, et la marche a eu lieu. Si les partisans du MAK se sont contentés de scander leurs propres slogans tout au long de l'itinéraire, les autres ont rendu des hommages aux martyrs du printemps noir et à tous les militants de l'amazighité, de la liberté et de la démocratie. C'était l'esprit du 20 avril qui avait plané sur la capitale du Djurdjura, qui a arboré les couleurs vert, bleu, jaune et rouge. Des milliers et des milliers de drapeaux amazighs ont «fleuri», hier à Tizi Ouzou.
Arrivés en face de l'hôpital, les marcheurs ont observé une minute de silence, et allumé des bougies à la mémoire des victimes du printemps noir 2001, dont les portraits ont été brandis par les manifestants, ainsi que des banderoles noires. Ils étaient donc plusieurs dizaines de milliers de marcheurs à prendre possession de l'itinéraire habituel, qu'ils empruntent depuis de longues années de lutte et de combat. Nous avons remarqué la présence de certains acteurs du printemps berbère de 1980, comme Mouloud Lounaouci, Arab Aknine, ainsi que Hend Sadi et la veuve du Rebelle, Nadia Maâtoub, qui a marché dans l'avant-dernier carré. Même l'esprit de Maâtoub Lounès était très présent. Des dizaines et des dizaines de portrait du rebelle étaient visibles. En somme, la commémoration de ce 39e anniversaire du double anniversaire du 20 avril 1980 et du printemps noir 2001 a été une grande réussite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.