LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Collision de deux bus à El Oued : Etat de santé ''stable'' des blessés    M.Beldjoud depuis El-Oued: 96% des accidents sont dus au facteur humain    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Hand/CAN-2020: l'Algérie bat le Maroc 33-30 et termine en tête du Gr D    La Conférence internationale sur la crise libyenne débute à Berlin    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Investissement: mettre en place un système juridique stable et en finir avec l'influence des lobbies    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    Maya    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Une mosquée, et le tour est joué !    Les producteurs de pomme de terre ferment la RN5 et l'autoroute    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    L'entraîneur Yaïche tire la sonnette d'alarme    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de remise en liberté de Hanoune, Bouteflika, Mediène et Tartag.. Le tribunal militaire rejette la requête
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Dans un communiqué rendu public hier, le PT rappelle que Mme Hanoune est emprisonnée pour «des raisons politiqueses » estimant que «Le maintien de Louisa Hanoune en détention est une menace contre tous ceux qui veulent changer le régime».
La Chambre d'accusation près le tribunal militaire de Blida a rejeté hier, la demande de l'annulation de la mise sous mandat de dépôt de la secrétaire générale du parti des travailleurs, Louisa Hanoune, ainsi que celles de l'ex-conseiller à la présidence, Saïd Bouteflika, et des deux anciens généraux, Athmane Tartag dit «Bachir» et Mohamed Mediène dit «Toufik». En effet, une demande de remise en liberté des quatre détenus a été introduite hier, par leurs avocats. S'exprimant à la presse, après une audience qui s'est déroulée dans la matinée, un des avocats de Louisa Hanoune, Mokrane Aït Larbi, a déclaré que «la Chambre d'accusation a étudié l'appel de Mme Hanoune contre l'ordonnance de mandat de dépôt» assurant que «dans notre plaidoyer, nous avons prouvé qu'elle a toutes les garanties pour être maintenue en dehors de la prison, le maximum serait la mise sous contrôle judiciaire». «La Chambre d'accusation a rejeté notre demande», ajoute-t-il. Me Aït Larbi a précisé que la Chambre d'accusation n'argumente pas sa décision.
Pour sa part, Me Boudjemaâ Ghechir, membre du même collectif, a précisé que «les avocats devront attendre un mois avant d'introduire une nouvelle demande de liberté provisoire, pour leurs accusés». Dans un communiqué rendu public hier, le PT rappelle que Mme Hanoune est emprisonnée pour «des raisons politiques», estimant que «Le maintien de Louisa Hanoune en détention est une menace contre tous ceux qui veulent changer le régime». Exigeant la libération de Louisa Hanoune, car «c'est là le moyen pour s'opposer à la répression et aux menaces contre les libertés», le PT appelle les Algériennes et les Algériens, les Partis politiques, les organisations syndicales, les organisations de défense des droits de l'homme, les associations et les militants de défense des libertés et de la démocratie… à intensifier la campagne pour la libération de Louisa Hanoune». Louisa Hanoune, Saïd Bouteflika, et les généraux Mohamed Mediene et Athmane Tartag, sont tous poursuivis dans la même affaire. Ces derniers sont accusés d'«atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat», des faits prévus et punis par les articles 284 du code de justice militaire, et 77 et 78 du code pénal.
Pour ce qui est des peines que peuvent subir les quatre accusés, en détention provisoire, pour l'heure, il est à rappeler que l'article 284 du code de justice militaire stipule que: «tout individu coupable de complot ayant pour but de porter atteinte à l'autorité du commandant d'une formation militaire, d'un bâtiment ou d'un aéronef militaire, ou à la discipline ou à la sécurité de la formation, du bâtiment ou de l'aéronef, est puni de la réclusion criminelle de cinq (05) à dix (10) ans».
Lors de son discours d'hier, Gaid Salah a affirmé à propos des arrestations: «nul doute que les têtes de la discorde, qui ont été démasquées, ainsi que leurs actes criminels et pernicieux néfastes pour l'Algérie, sont aujourd'hui en train de subir la sanction juste et équitable qu'elles méritent par la force de la loi», révélant qu'il y aura d'autres arrestations. «L'enquête dévoilera de nouvelles personnes impliquées dans le complot contre l'Armée et l'Algérie». «Ceux-là même que les enquêtes persévérantes et approfondies en cours, ne manqueront pas de dévoiler dans l'avenir et seront eux aussi sanctionnés de manière juste et équitable par la force de la loi», a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.