OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    Sonelgaz menace    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Demande de remise en liberté de Hanoune, Bouteflika, Mediène et Tartag.. Le tribunal militaire rejette la requête
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 05 - 2019

Dans un communiqué rendu public hier, le PT rappelle que Mme Hanoune est emprisonnée pour «des raisons politiqueses » estimant que «Le maintien de Louisa Hanoune en détention est une menace contre tous ceux qui veulent changer le régime».
La Chambre d'accusation près le tribunal militaire de Blida a rejeté hier, la demande de l'annulation de la mise sous mandat de dépôt de la secrétaire générale du parti des travailleurs, Louisa Hanoune, ainsi que celles de l'ex-conseiller à la présidence, Saïd Bouteflika, et des deux anciens généraux, Athmane Tartag dit «Bachir» et Mohamed Mediène dit «Toufik». En effet, une demande de remise en liberté des quatre détenus a été introduite hier, par leurs avocats. S'exprimant à la presse, après une audience qui s'est déroulée dans la matinée, un des avocats de Louisa Hanoune, Mokrane Aït Larbi, a déclaré que «la Chambre d'accusation a étudié l'appel de Mme Hanoune contre l'ordonnance de mandat de dépôt» assurant que «dans notre plaidoyer, nous avons prouvé qu'elle a toutes les garanties pour être maintenue en dehors de la prison, le maximum serait la mise sous contrôle judiciaire». «La Chambre d'accusation a rejeté notre demande», ajoute-t-il. Me Aït Larbi a précisé que la Chambre d'accusation n'argumente pas sa décision.
Pour sa part, Me Boudjemaâ Ghechir, membre du même collectif, a précisé que «les avocats devront attendre un mois avant d'introduire une nouvelle demande de liberté provisoire, pour leurs accusés». Dans un communiqué rendu public hier, le PT rappelle que Mme Hanoune est emprisonnée pour «des raisons politiques», estimant que «Le maintien de Louisa Hanoune en détention est une menace contre tous ceux qui veulent changer le régime». Exigeant la libération de Louisa Hanoune, car «c'est là le moyen pour s'opposer à la répression et aux menaces contre les libertés», le PT appelle les Algériennes et les Algériens, les Partis politiques, les organisations syndicales, les organisations de défense des droits de l'homme, les associations et les militants de défense des libertés et de la démocratie… à intensifier la campagne pour la libération de Louisa Hanoune». Louisa Hanoune, Saïd Bouteflika, et les généraux Mohamed Mediene et Athmane Tartag, sont tous poursuivis dans la même affaire. Ces derniers sont accusés d'«atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat», des faits prévus et punis par les articles 284 du code de justice militaire, et 77 et 78 du code pénal.
Pour ce qui est des peines que peuvent subir les quatre accusés, en détention provisoire, pour l'heure, il est à rappeler que l'article 284 du code de justice militaire stipule que: «tout individu coupable de complot ayant pour but de porter atteinte à l'autorité du commandant d'une formation militaire, d'un bâtiment ou d'un aéronef militaire, ou à la discipline ou à la sécurité de la formation, du bâtiment ou de l'aéronef, est puni de la réclusion criminelle de cinq (05) à dix (10) ans».
Lors de son discours d'hier, Gaid Salah a affirmé à propos des arrestations: «nul doute que les têtes de la discorde, qui ont été démasquées, ainsi que leurs actes criminels et pernicieux néfastes pour l'Algérie, sont aujourd'hui en train de subir la sanction juste et équitable qu'elles méritent par la force de la loi», révélant qu'il y aura d'autres arrestations. «L'enquête dévoilera de nouvelles personnes impliquées dans le complot contre l'Armée et l'Algérie». «Ceux-là même que les enquêtes persévérantes et approfondies en cours, ne manqueront pas de dévoiler dans l'avenir et seront eux aussi sanctionnés de manière juste et équitable par la force de la loi», a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.