L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Start-up: le Fonds de financement opérationnel dès la semaine prochaine    Pharmacie: le CNOP condamne des manœuvres visant à contrecarrer les réformes du secteur    Réouverture des mosquées: appel au strict respect des mesures sanitaires    L'esprit joyeux et la sincérité de "Ammi Bachir'', les secrets de sa notoriété    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    Sortie de promotions d'officiers de l'ESDAT de Reghaïa    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    CONSTANTINE : Rapatriement de 310 Algériens bloqués en Turquie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Une "bande criminelle" démantelée    Les révélations glaçantes de sa famille    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Mokrane Aït Larbi : Louisa Hanoune accusée de «complot pour changer le régime»
Publié dans El Watan le 15 - 05 - 2019

Dans un communiqué rendu public hier, Me Mokrane Aït Larbi est revenu sur sa constitution pour défendre la secrétaire générale du PT (Parti des travailleurs), placée en détention depuis jeudi dernier, après avoir été convoquée par le tribunal militaire comme témoin dans l'affaire Saïd Bouteflika, frère du Président déchu, et des deux généraux, Mohamed Mediène et Bachir Tartag, poursuivis pour «complot contre l'autorité de l'Etat et de l'armée».
Dans ce communiqué, l'avocat affirme avoir rendu visite à Louisa Hanoune en prison et qu'il l'a trouvée en bonne forme. «De nombreux journalistes et de nombreuses organisations des droits de l'homme m'ont contacté pour s'informer de l'affaire.
C'est normal, L'affaire concerne une militante connue pour son combat avant le pluralisme et après, et la présidente d'un parti politique agréé. Bien plus, son affaire a été liée à celle de Saïd Bouteflika, du général Mediène, dit Toufik, et du général Bachir Tartag, et en tant qu'accusée civile, elle a été déférée devant le tribunal militaire. Tout cela, suscite l'intérêt de l'opinion publique.
J'ai donc uniquement parlé de Louisa Hanoune et pas des autres accusés. En tant qu'avocat, je me retrouve entre la nécessité du respect du secret de l'instruction et les impératives des droits à la défense. Pour préserver les deux nécessités et les relations avec les médias en toute équité (…), il faut faire la différence entre l'enquête sur les faits qui relèvent du secret de l'instruction et la procédure prise à l'encontre de Louisa Hanoune et les charges retenues contre elles.»
L'avocat est revenu sur la compétence du tribunal militaire de Blida, en disant que l'article 25 du code de justice militaire, qui prévoit la comparution d'un civil, précisant avoir appelé, le 11 mars 2012, à la nécessité de supprimer les tribunaux militaires. Pour ce qui est des charges retenues contre Louisa Hanoune, a précisé Me Aït Larbi, «la première est le ‘‘complot dans le but de porter atteinte au commandant d'une compagnie militaire'', puni par l'article 284 du code militaire de 5 à 10 ans de réclusion criminelle.
La seconde inculpation concerne ‘‘le complot pour changer le régime'', puni de par l'article 77 du code pénal à la peine capitale.» Me Mokrane Aït Larbi conclut que ce sont les deux charges retenues contre Louisa Hanoune et «toute autre accusation portée contre elle est considérée comme une atteinte à son droit à la présomption d'innocence et son droit à la défense consacré par la loi. Je reviendrai sur l'affaire après le 20 mai, et je n'ai pas de préjugés quant à la décision qui sera rendue».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.