Rassemblement de protestation des robes noires : Ils réclament le départ du ministre de la Justice    La révision constitutionnelle a consacré la démocratie participative et le rôle de la société civile dans la prise de décision    L'AI exige du Maroc l'abandon des poursuites injustifiées contre Ibrahim Amrikli    Premier League : Chelsea arrache un point face à WBA    Coronavirus: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Constantine: deux nouveaux chefs de Daïras installés dans leurs fonctions    Arsenal va revenir à la charge pour Aouar    Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Le FFS en rangs dispersés    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Importation: Pas de retour aux licences    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«El Meqnine Ezzine : ou le cri de Cheikh Mohamed Badji» d'Abdelkader Bendamèche.. Hommage au poète de la mer
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 06 - 2019

Paru aux éditions ENAG, «El Meqnine Ezzine : ou le cri de Cheikh Mohamed Badji» d'Abdelkader Bendamèche est un essai biographique consacré à l'immense artiste qu'était Mohamed Badji, dit «Khouya El bez».
En 320 pages, l'auteur de ” El Meqnine Ezzine : ou le cri de Cheikh Mohamed Badji ” paru aux éditions ENAG, Abdelkader Bendamèche retrace le parcours du musicien, du militant et du poète épris de liberté, celui qu'on surnomme “Khouya El Bez”. Préfacé par Lounis Aït Aoudia (président de l'association Les Amis de la rampe Louni Arezki), le livre comporte moult hommages, témoignages, articles de presse, photographies ainsi que le corpus poétique ou le diwan du Cheikh Badji, Mohamed Douibi de son vrai nom. Dans son avant-propos, Abdelkader Bendamèche considère son ouvrage comme un “devoir de mémoire”. “C'est une tranche de vie qui relate les péripéties d'un homme et d'un modèle, d'un fin créateur artistique, poète et mélodiste. C'est aussi celle qui dit l'acharnement d'un militant pour la cause nationale, celle qui a fait battre son cœur jusqu'à la condamnation à mort et sa mise en liberté plus tard, celle qui dit toute sa foi en Dieu le Tout-Puissant, à son prophète Mohammed (Qsssl), et au jour dernier, celle enfin d'un écorché vif qui n'a cessé, sa vie durant, de dire son amertume, d'exprimer sa douleur à l'encontre de toutes les formes d'injustice.” écrit l'auteur dans son livre.
Musique et condamnation
Originaire d'El Eulma ( Hauts plateaux), Mohamed Badji est né Mohamed Douibi en 1933 à Oued Koreich (Bab El Oued) à Alger. Après des études à l'école coranique, il commence à travailler au port d'Alger alors qu'il n'avait que 17 ans. A 18 ans, il se marie et fonde une famille. Il fréquente le cercle des scouts aux côtés d'une icône de la révolution algérienne Didouche Mourad et de là, nourrit sa passion pour l'art en s'imprégnant de musique traditionnelle et de chants populaires qui cultivent en lui à la fois son amour pour la musique et son nationalisme déjà profondément ancré. Aux côtés de Cheikh Baâziz, Chaâbane Madani, Brahim Siket et d'autres, Mohamed Badji rejoint la troupe de Kanoun (Kaddour Abderrahmane), mais c'est auprès de Moussa Boussbâa qu'il apprend la musique.
Un seul compagnon, la mer
Apprenant lui aussi à jouer de la guitare, Badji constitue son propre orchestre avec lequel il anima ” beaucoup de soirées ” note Bendamèche en mettant l''accent sur ” les qualités vocales et instrumentales de l'artiste qui avait une grande connaissance du patrimoine poétique ancien “. Très attaché à la famille mais aussi à sa patrie, Mohamed Badji était aussi un moudjahid qui fut arrêté en 1957 durant la grève des huit jours, par la police française, torturé, jugé et condamné à mort à la prison de Barberousse (Serkadji). Son exécution annnulée, il sort de prion en 1962. Et c'est dans les geôles de Serkadji, que l'illustre poète compose l'un de ses plus beaux titres ” El Meqnine Ezzine “. Pour l'anecdote, Bendamèche rapporte que, lorsqu'il était en prison, ” et en bon religieux qu'il était, Badji faisant chaque matin l'appel à la prière.
Le prévôt de prison lui disait à chaque fois “chante, chante canari”. C'est de cette réflexion qu'il s'est inspiré pour écrire son chef d'œuvre ” Ya El Meqnine Ezzine ” souligne l'auteur. Après sa sortie de prison, Mohamed El Badji se trouve affecté en tant que fonctionnaire au ministère de la justice et se retrouver une deuxième fois mais comme employé à Serkadji. Par la suite, il choisit de poursuivre sa vie dans un endroit calme, une grotte exceptionnelle à Bouharoun où il élut domicile et où il passa le plus clair de son temps. Dans cette modeste demeure, l'artiste donne le dos à l'Algérie en disant ” Hadi masstarfetche bya ana nchouf lebhar ” (ce pays ne me considère pas à ma juste valeur, alos, moi, je regarde la mer) et regarda tout le temps la mer. De cette position et de son parcours, Badji s'inspire pour aiguiser sa fibre artistique. Lorsqu'il perd son ami en mer, Badji lui dédié sa chanson Bahr Ettoufan.
” La mer était devenue son amie, il lui parlait, imaginait des choses qu'il transmettra dans ses poésies. Badji était aussi un grand passionné de la Palestine…” dira Bendamèche. Par ailleurs, Mohamed Badji a composé et écrit plusieurs chansons pour de grands noms comme les regrettés Amar Ezzahi, Boudjemaâ El Ankiss, Ahssen Saïd, Khelifi Ahmed Seloua, Rabah Driassa, et Faïza El Djazaïria ainsi que Aziouz Raïs, Rédha Doumaz ..Parmi les plus connues de ses œuvres, on peut citer “Hadi mouda oua enta ghrib”, “Alik el hana oua edhamane”, “El oueldine”, “Ya kebdi ouldi âlach”… Khoya El-Bez est décédé le 28 juin 2003 à son domicile, à El-Mouradia, à Alger. Il avait 70 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.