TRAFIC DE FORMULAIRES DE SOUSCRIPTION : L'ANIE reconnaît des cas de fraude à Souk-Ahras    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    "Atal ne partira pas l'été prochain"    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les «Verts» face à leur destin    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    Un déficit de 4,68 mds dollars    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«El Meqnine Ezzine : ou le cri de Cheikh Mohamed Badji» d'Abdelkader Bendamèche.. Hommage au poète de la mer
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Paru aux éditions ENAG, «El Meqnine Ezzine : ou le cri de Cheikh Mohamed Badji» d'Abdelkader Bendamèche est un essai biographique consacré à l'immense artiste qu'était Mohamed Badji, dit «Khouya El bez».
En 320 pages, l'auteur de ” El Meqnine Ezzine : ou le cri de Cheikh Mohamed Badji ” paru aux éditions ENAG, Abdelkader Bendamèche retrace le parcours du musicien, du militant et du poète épris de liberté, celui qu'on surnomme “Khouya El Bez”. Préfacé par Lounis Aït Aoudia (président de l'association Les Amis de la rampe Louni Arezki), le livre comporte moult hommages, témoignages, articles de presse, photographies ainsi que le corpus poétique ou le diwan du Cheikh Badji, Mohamed Douibi de son vrai nom. Dans son avant-propos, Abdelkader Bendamèche considère son ouvrage comme un “devoir de mémoire”. “C'est une tranche de vie qui relate les péripéties d'un homme et d'un modèle, d'un fin créateur artistique, poète et mélodiste. C'est aussi celle qui dit l'acharnement d'un militant pour la cause nationale, celle qui a fait battre son cœur jusqu'à la condamnation à mort et sa mise en liberté plus tard, celle qui dit toute sa foi en Dieu le Tout-Puissant, à son prophète Mohammed (Qsssl), et au jour dernier, celle enfin d'un écorché vif qui n'a cessé, sa vie durant, de dire son amertume, d'exprimer sa douleur à l'encontre de toutes les formes d'injustice.” écrit l'auteur dans son livre.
Musique et condamnation
Originaire d'El Eulma ( Hauts plateaux), Mohamed Badji est né Mohamed Douibi en 1933 à Oued Koreich (Bab El Oued) à Alger. Après des études à l'école coranique, il commence à travailler au port d'Alger alors qu'il n'avait que 17 ans. A 18 ans, il se marie et fonde une famille. Il fréquente le cercle des scouts aux côtés d'une icône de la révolution algérienne Didouche Mourad et de là, nourrit sa passion pour l'art en s'imprégnant de musique traditionnelle et de chants populaires qui cultivent en lui à la fois son amour pour la musique et son nationalisme déjà profondément ancré. Aux côtés de Cheikh Baâziz, Chaâbane Madani, Brahim Siket et d'autres, Mohamed Badji rejoint la troupe de Kanoun (Kaddour Abderrahmane), mais c'est auprès de Moussa Boussbâa qu'il apprend la musique.
Un seul compagnon, la mer
Apprenant lui aussi à jouer de la guitare, Badji constitue son propre orchestre avec lequel il anima ” beaucoup de soirées ” note Bendamèche en mettant l''accent sur ” les qualités vocales et instrumentales de l'artiste qui avait une grande connaissance du patrimoine poétique ancien “. Très attaché à la famille mais aussi à sa patrie, Mohamed Badji était aussi un moudjahid qui fut arrêté en 1957 durant la grève des huit jours, par la police française, torturé, jugé et condamné à mort à la prison de Barberousse (Serkadji). Son exécution annnulée, il sort de prion en 1962. Et c'est dans les geôles de Serkadji, que l'illustre poète compose l'un de ses plus beaux titres ” El Meqnine Ezzine “. Pour l'anecdote, Bendamèche rapporte que, lorsqu'il était en prison, ” et en bon religieux qu'il était, Badji faisant chaque matin l'appel à la prière.
Le prévôt de prison lui disait à chaque fois “chante, chante canari”. C'est de cette réflexion qu'il s'est inspiré pour écrire son chef d'œuvre ” Ya El Meqnine Ezzine ” souligne l'auteur. Après sa sortie de prison, Mohamed El Badji se trouve affecté en tant que fonctionnaire au ministère de la justice et se retrouver une deuxième fois mais comme employé à Serkadji. Par la suite, il choisit de poursuivre sa vie dans un endroit calme, une grotte exceptionnelle à Bouharoun où il élut domicile et où il passa le plus clair de son temps. Dans cette modeste demeure, l'artiste donne le dos à l'Algérie en disant ” Hadi masstarfetche bya ana nchouf lebhar ” (ce pays ne me considère pas à ma juste valeur, alos, moi, je regarde la mer) et regarda tout le temps la mer. De cette position et de son parcours, Badji s'inspire pour aiguiser sa fibre artistique. Lorsqu'il perd son ami en mer, Badji lui dédié sa chanson Bahr Ettoufan.
” La mer était devenue son amie, il lui parlait, imaginait des choses qu'il transmettra dans ses poésies. Badji était aussi un grand passionné de la Palestine…” dira Bendamèche. Par ailleurs, Mohamed Badji a composé et écrit plusieurs chansons pour de grands noms comme les regrettés Amar Ezzahi, Boudjemaâ El Ankiss, Ahssen Saïd, Khelifi Ahmed Seloua, Rabah Driassa, et Faïza El Djazaïria ainsi que Aziouz Raïs, Rédha Doumaz ..Parmi les plus connues de ses œuvres, on peut citer “Hadi mouda oua enta ghrib”, “Alik el hana oua edhamane”, “El oueldine”, “Ya kebdi ouldi âlach”… Khoya El-Bez est décédé le 28 juin 2003 à son domicile, à El-Mouradia, à Alger. Il avait 70 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.