Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Saisie de plus de 10 quintaux de kif traité à Naâma (MDN)    Bordj Bou Arreridj: alimentation en eau potable avant l'été de 30 communes    CAN à Laâyoune occupée: appel à préserver le sport de l'instrumentalisation politique    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Ce que propose le PAD    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Ligue 1 - Mise à jour: Le PAC sur ses gardes face au CSC    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Restitution des cranes des résistants algériens.. Le débat refait surface en France
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Le débat sur les crânes des résistants algériens refait surface en France.
Alain Froment, qui a dirigé pendant dix ans les collections d'anatomie du Musée de l'Homme de Paris, estime qu'ils doivent être restitués à leur pays d'origine, soulignant le symbole que représentent ces résistants algériens. «Bien sûr, on voit le symbole que représentent ces résistants algériens. Nous en avons hérité pour des raisons historiques, mais il faut évidemment les rendre, il n'y a aucun débat là-dessus», a affirmé ce docteur en anthropologie biologique, chargé de la gestion du dossier de la restitution des crânes à Algérie, dans une interview à l'hebdomadaire Le Journal des arts, paru vendredi. Il a indiqué que le musée «n'a pas la main» pour la restitution, en raison des modalités du véhicule juridique qui restent «en suspens». «C'est la raison de cette commission franco-algérienne», a-t-il expliqué, précisant dans ce cadre que «la politique est distincte selon que les restes sont nommés ou anonymes».
Il a ajouté que la commission, dirigée par le médecin légiste le professeur Belhadj, fait en quelque sorte un «travail d'identification judiciaire». «Ensemble, nous examinons les cadavres un à un pour déterminer leur âge, leur sexe. Ce travail collectif est salutaire puisqu'il nous a permis de documenter de manière approfondie nos collections», a-t-il souligné, indiquant que des archivistes algériens «étudient par ailleurs les archives coloniales à Aix», qui ont déjà trouvé des éléments que «nous n'avions pas ici et qui permettent d'identifier des crânes». «Nous avons un mandat de la présidence, puisque Emmanuel Macron a dit que nous restituerons les crânes des résistants algériens. Et il a bien dit ‘résistants'», a-t-il tenu à souligner en réponse à une question sur la restitution des autres restes d'Algériens conservés en France. Il a précisé que la plupart des crânes sont «anonymes» et qui «ne rentrent pas dans la négociation». «Si c'est un anonyme documenté comme victime d'une exaction, il est possible de discuter : il rentre dans un fait de résistance ou d'exaction, donc il y a réparation», a-t-il expliqué, indiquant qu'il y a «381 crânes algériens, dont la grande majorité proviennent des fouilles archéologiques».
Par ailleurs, il a fait savoir que toute procédure de restitution est encadrée par des circuits juridiques «complexes» que sont chargés de démêler les membres de la commission franco-algérienne en lien avec les autorités des deux pays. Dans une interview à l'APS, en avril 2018, le chercheur algérien Ali Farid Belkadi, à l'origine de la découverte au Musée de l'Homme de Paris des crânes des résistants algériens, avait indiqué, rappelle-t-on, que «parmi les 536 restes mortuaires d'Algériens recensés, il y a 70 crânes appartenant aux résistants de Zaâtcha (Biskra)». «Les 70 crânes de Biskra, sont bel et bien ceux de résistants de Zaâtcha, qui furent décapités à la fin du siège de l'oasis par les soldats du corps expéditionnaire français», avait précisé ce chercheur en histoire et anthropologie, soulignant que certains ossements concernent la préhistoire. «La présence de ces crânes et de divers ossements en provenance d'Algérie est bel et bien établie et vérifiée dans la base de données du musée où figurent les ‘spécimens' informatisés et non l'intégralité des collections qui restent encore à repérer et à cataloguer», avait-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.