Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Restitution des cranes des résistants algériens.. Le débat refait surface en France
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Le débat sur les crânes des résistants algériens refait surface en France.
Alain Froment, qui a dirigé pendant dix ans les collections d'anatomie du Musée de l'Homme de Paris, estime qu'ils doivent être restitués à leur pays d'origine, soulignant le symbole que représentent ces résistants algériens. «Bien sûr, on voit le symbole que représentent ces résistants algériens. Nous en avons hérité pour des raisons historiques, mais il faut évidemment les rendre, il n'y a aucun débat là-dessus», a affirmé ce docteur en anthropologie biologique, chargé de la gestion du dossier de la restitution des crânes à Algérie, dans une interview à l'hebdomadaire Le Journal des arts, paru vendredi. Il a indiqué que le musée «n'a pas la main» pour la restitution, en raison des modalités du véhicule juridique qui restent «en suspens». «C'est la raison de cette commission franco-algérienne», a-t-il expliqué, précisant dans ce cadre que «la politique est distincte selon que les restes sont nommés ou anonymes».
Il a ajouté que la commission, dirigée par le médecin légiste le professeur Belhadj, fait en quelque sorte un «travail d'identification judiciaire». «Ensemble, nous examinons les cadavres un à un pour déterminer leur âge, leur sexe. Ce travail collectif est salutaire puisqu'il nous a permis de documenter de manière approfondie nos collections», a-t-il souligné, indiquant que des archivistes algériens «étudient par ailleurs les archives coloniales à Aix», qui ont déjà trouvé des éléments que «nous n'avions pas ici et qui permettent d'identifier des crânes». «Nous avons un mandat de la présidence, puisque Emmanuel Macron a dit que nous restituerons les crânes des résistants algériens. Et il a bien dit ‘résistants'», a-t-il tenu à souligner en réponse à une question sur la restitution des autres restes d'Algériens conservés en France. Il a précisé que la plupart des crânes sont «anonymes» et qui «ne rentrent pas dans la négociation». «Si c'est un anonyme documenté comme victime d'une exaction, il est possible de discuter : il rentre dans un fait de résistance ou d'exaction, donc il y a réparation», a-t-il expliqué, indiquant qu'il y a «381 crânes algériens, dont la grande majorité proviennent des fouilles archéologiques».
Par ailleurs, il a fait savoir que toute procédure de restitution est encadrée par des circuits juridiques «complexes» que sont chargés de démêler les membres de la commission franco-algérienne en lien avec les autorités des deux pays. Dans une interview à l'APS, en avril 2018, le chercheur algérien Ali Farid Belkadi, à l'origine de la découverte au Musée de l'Homme de Paris des crânes des résistants algériens, avait indiqué, rappelle-t-on, que «parmi les 536 restes mortuaires d'Algériens recensés, il y a 70 crânes appartenant aux résistants de Zaâtcha (Biskra)». «Les 70 crânes de Biskra, sont bel et bien ceux de résistants de Zaâtcha, qui furent décapités à la fin du siège de l'oasis par les soldats du corps expéditionnaire français», avait précisé ce chercheur en histoire et anthropologie, soulignant que certains ossements concernent la préhistoire. «La présence de ces crânes et de divers ossements en provenance d'Algérie est bel et bien établie et vérifiée dans la base de données du musée où figurent les ‘spécimens' informatisés et non l'intégralité des collections qui restent encore à repérer et à cataloguer», avait-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.