Le juge demande un complément d'enquête    Tergiversations au Conseil de la Nation    La situation s'améliore nettement à Alger    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    «Le Maroc doit tirer les leçons de son arrogance»    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Le choc USMA-ESS fixé à samedi prochain    LDC : Le programme de ce mardi    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    L'Université russe des relations internationales organise une conférence sur la lutte du peuple sahraoui    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Le procès de l'ex-wali Bouderbali Mohamed reporté au 7 décembre    L'Opep et ses alliés pourraient réajuster leurs accords    Djerad annonce des mesures pour assurer l'approvisionnement en eau    L'héritage    Les non-dits    Les Sanafir recevront le WAT à Benabdelmalek    7 conseils pour vaincre la fatigue matinale de façon naturelle    Les habitants pris au dépourvu    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Cité des 1046 logements (Douéra) : Dégradation et absence d'entretien    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    Béchar : Cap sur le reboisement    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    120 employés de la Santé décédés du Covid    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le "ministère de la Santé n'a pas le pouvoir de prendre cette décision"    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Restitution des cranes des résistants algériens.. Le débat refait surface en France
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 06 - 2019

Le débat sur les crânes des résistants algériens refait surface en France.
Alain Froment, qui a dirigé pendant dix ans les collections d'anatomie du Musée de l'Homme de Paris, estime qu'ils doivent être restitués à leur pays d'origine, soulignant le symbole que représentent ces résistants algériens. «Bien sûr, on voit le symbole que représentent ces résistants algériens. Nous en avons hérité pour des raisons historiques, mais il faut évidemment les rendre, il n'y a aucun débat là-dessus», a affirmé ce docteur en anthropologie biologique, chargé de la gestion du dossier de la restitution des crânes à Algérie, dans une interview à l'hebdomadaire Le Journal des arts, paru vendredi. Il a indiqué que le musée «n'a pas la main» pour la restitution, en raison des modalités du véhicule juridique qui restent «en suspens». «C'est la raison de cette commission franco-algérienne», a-t-il expliqué, précisant dans ce cadre que «la politique est distincte selon que les restes sont nommés ou anonymes».
Il a ajouté que la commission, dirigée par le médecin légiste le professeur Belhadj, fait en quelque sorte un «travail d'identification judiciaire». «Ensemble, nous examinons les cadavres un à un pour déterminer leur âge, leur sexe. Ce travail collectif est salutaire puisqu'il nous a permis de documenter de manière approfondie nos collections», a-t-il souligné, indiquant que des archivistes algériens «étudient par ailleurs les archives coloniales à Aix», qui ont déjà trouvé des éléments que «nous n'avions pas ici et qui permettent d'identifier des crânes». «Nous avons un mandat de la présidence, puisque Emmanuel Macron a dit que nous restituerons les crânes des résistants algériens. Et il a bien dit ‘résistants'», a-t-il tenu à souligner en réponse à une question sur la restitution des autres restes d'Algériens conservés en France. Il a précisé que la plupart des crânes sont «anonymes» et qui «ne rentrent pas dans la négociation». «Si c'est un anonyme documenté comme victime d'une exaction, il est possible de discuter : il rentre dans un fait de résistance ou d'exaction, donc il y a réparation», a-t-il expliqué, indiquant qu'il y a «381 crânes algériens, dont la grande majorité proviennent des fouilles archéologiques».
Par ailleurs, il a fait savoir que toute procédure de restitution est encadrée par des circuits juridiques «complexes» que sont chargés de démêler les membres de la commission franco-algérienne en lien avec les autorités des deux pays. Dans une interview à l'APS, en avril 2018, le chercheur algérien Ali Farid Belkadi, à l'origine de la découverte au Musée de l'Homme de Paris des crânes des résistants algériens, avait indiqué, rappelle-t-on, que «parmi les 536 restes mortuaires d'Algériens recensés, il y a 70 crânes appartenant aux résistants de Zaâtcha (Biskra)». «Les 70 crânes de Biskra, sont bel et bien ceux de résistants de Zaâtcha, qui furent décapités à la fin du siège de l'oasis par les soldats du corps expéditionnaire français», avait précisé ce chercheur en histoire et anthropologie, soulignant que certains ossements concernent la préhistoire. «La présence de ces crânes et de divers ossements en provenance d'Algérie est bel et bien établie et vérifiée dans la base de données du musée où figurent les ‘spécimens' informatisés et non l'intégralité des collections qui restent encore à repérer et à cataloguer», avait-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.