Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Coronavirus: 204 nouveaux cas, 140 guérisons et 7 décès    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il est en proie à une crise interne.. Le FFS tient son nouveau premier secrétaire
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 06 - 2019

Secoué par une crise interne depuis quelques temps, le Front des forces socialistes (FFS) vient encore de changer de premier secrétaire.
En effet, un nouveau premier secrétaire a été plébiscité, en l'occurrence, Belkacem Benamar, qui succède à Hakim Belahcel, à l'issue de la réunion du conseil national du parti. M. Benamar a donc été plébiscité hier, par les membres du Conseil national du FFS. Le parti a, jusque-là, une direction bicéphale. En effet, ces derniers temps, le Front des forces scoliastes est scindé en deux «clans» et est «géré» par deux directions. Celle de l'Instance présidentielle chapeautée par un Ali Laskri «controversé» et Mohamed Amokrane Cherifi «indésirable» lui aussi comme l'ont réitéré hier, des militants, et l'autre «clan» à sa tête le désormais ex-premier secrétaire, Hakim Belahcel.
Le FFS, qui a toujours appelé à un «consensus national», n'arrive même pas à unir ses rangs en cette période cruciale du Hirak, chaque partie s'estime légitime. En tout cas, oubliant les querelles «intestines» sauf peut-être ce rappel à qui de droit qu' «aucune personne et aucune manœuvre ne saurait dévier notre parti de cette ligne tracée par notre éternel président, Feu Hocine Aït Ahmed, le Conseil national du FFS est, dans une résolution politique sanctionnant ses travaux, revenu sur la crise qui secoue le pays». Pour lui, «la formidable mobilisation pacifique des Algériennes et des Algériens depuis le 22 février a permis la résurgence de l'esprit d'indépendance et vu renaître l'espérance de voir s'accomplir le rêve de l'édification d'une Algérie Libre et Démocratique, tel qu'elle est pensée et voulue par nos pères libérateur».
Le FFS pour qui la crise est «politique» estime que cette dynamique «a remis au centre des préoccupations nationales la question cruciale du rapport entre peuple, Etat et pouvoir et repose d'une façon claire les piliers sur lesquels l'Algérie de demain devrait être édifiée». Fustigeant les décideurs sans les nommer, le FFS estime qu'ils «se réfugient derrière la légalité constitutionnelle et au mieux tentent d'accréditer l'idée que l'élection d'un nouveau président réglera tous les problèmes du pays». «Cette démarche n'est qu'une tentative de recomposition clanique visant à pérenniser un système finissant, rejeté par tout un peuple», juge le Conseil national du parti, pour qui l'enjeu et le défi majeur, aujourd'hui, «est d'assurer le passage pacifiquement et d'une manière graduelle et consensuelle, de ce système autoritaire fermé à un système démocratique ouvert qui permettra l'autodétermination individuelle de chaque Algérienne et Algérien et l'autodétermination collective de notre peuple». Sur le plan pratique, le FFS propose d'œuvrer «à amorcer un processus constituant et un nouveau contrat politique et social qui aboutira à l'édification d'une deuxième République et d'un Etat de droit», comme il a réaffirmé que «la nécessité de l'élection d'une Assemblée nationale constituante qui est un impératif de stabilité politique et un prélude qui marquera le retour à la légitimité populaire».
Considérant que la légitimité populaire «est au-dessus de la légalité constitutionnelle». Le FFS estime que «seul le recours au peuple pour fonder la légitimité démocratique et l'Etat de droit est en mesure de sortir notre pays de la crise». «Dans cette situation, deux options s'offrent à notre pays : ou bien l'enlisement dans la lutte du pouvoir pour le pouvoir et la consécration de l'alternance clanique qui aboutira à la reproduction de la dictature et ses maux, ou bien le retour à la légitimité populaire et la construction de l'alternative démocratique», tranche le FFS, considérant que «les manœuvres visant réduire la dynamique populaire à de basses confrontations idéologiques, régionalistes ou claniques ne sauraient parvenir à détourner la marche du peuple algérien de l'essentiel».
Il met en garde dans ce sens contre «les apprenties sorciers et les aventuriers de tous bords, qui veulent instaurer la division, attiser la haine, saper le moral du peuple et de dresser les Algériens les uns contre les autres, et considère que ces tentatives désespérées s'inscrivent dans la stratégie de Contre-révolution ayant pour objectifs détourner ou mettre fin à la mobilisation de notre peuple». «Jouer encore cette carte du pourrissement pourrait déboucher sur des scénarios dont les conséquences sont imprévisibles», avertit le FFS qui appelle «tous les acteurs à la raison et cesser toute agissement pouvant compromettre la paix civile et la cohésion de notre Etat national».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.