Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Détention des citoyens pour avoir brandi l'emblème amazigh.. Le RCD dénonce «une rafle de la honte»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 06 - 2019

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), a dénoncé une rafle de la honte suite à l'arrestation par les services de sécurité de 17 personnes pour le seul ‘'délit'' d'avoir porté l'emblème amazigh lors des marches de vendredi 21 juin. Le parti de Mohcine Belabbas, rappelant un ‘'ordre'' donné par le chef d'état-major de l'armée lors de son discours prononcé depuis Béchar «d'interdire aux femmes et aux hommes de ce pays d'exhiber publiquement l'emblème de leur identité millénaire», parle d'un déploiement des forces de répression sur les axes routiers et dans les centres-villes «pour traquer les porteurs de l'étendard amazigh». «Pire, le zèle des agents de police est poussé jusqu'à la fouille de personnes portant des sacs pour dénicher l'étoffe suspecte et conduire ainsi "les malfaiteurs débusqués en flagrant délit de désobéissance'' dans les commissariats», s'insurge le RCD dans un communiqué publié hier matin, alors que les concernés étaient présentés devant le procureur de la république. Et de dénoncer les résultats de ce qu'il qualifie de «rafle de la honte» puisque des des dizaines de citoyens sont «astreints à la garde à vue avant leur présentation devant la justice».
Pourtant, le parti estime que dans cette affaire, il est «aisé» pour la justice de constater que les personnes incriminées par les services de police sont, dit-il encore, «victimes d'abus fomenté par un général finissant en violation des lois en vigueur et de la constitution». Ce que le RCD considère aussi comme «provocation» ne s'arrête pas là. Il va, semble-t-il, jusqu'à l'incident du 18e vendredi lorsque le Bureau régional d'Alger du parti avait été encerclé par la police. «Dans ce chapitre de la provocation permanente entretenue par le pouvoir, issu des résidus du système, pour détourner la détermination populaire sur le préalable du départ de tous les symboles du régime, l'encerclement par la police du siège du RCD, le vendredi 21 juin ne peut être le fait d'une décision prise lors du déroulement de la marche populaire», admet-il dans le communiqué. Il accuse l'armada de policiers en civil qui ont organisé la tension, dès les premières heures de cette journée, autour du bureau régional du parti, d'avoir «comme instruction de créer l'insécurité et la confusion autour de l'édifice du parti pour installer un climat propice aux manipulations dans le but de divisions dans le mouvement».
C'est calculé sans la conscience des citoyens qui ont fait face, à en croire le RCD, à cette tentative de manipulation, puisque «les marcheurs qui ont renfloué en masse, pour lever le siège sur le bureau régional ont fait avorter la provocation et imposer le retrait du dispositif policier», se réjouit le parti de Belabbas. Le RCD va plus loin en s'estimant visé par le pouvoir en place, car voyant en son organisation et sa mobilisation chaque vendredi un élan. Dans la capitale, écrit-il, et au fil des vendredis, «les carrés des marcheurs du RCD, à leurs tête le président du parti, constitue un lieu de ralliement pour de nombreux citoyennes et citoyens», s'enorgueillit le RCD, relevant «une fierté» pour tous les militants du parti qui engagent le débat avec l'ensemble des manifestants. Enfin et sur une note positive, le RCD rappelle que son objectif – dépassant l'intérêt partisane pour l'instant – est «d'œuvrer au rassemblement le plus large des forces vives du pays pour imposer pacifiquement la rupture avec le système politique en place à travers une phase de transition qui garantie toutes les libertés fondamentales, l'égalité en droit et l'alternance démocratique». Une fois passée cette étape, et «en son temps, le RCD défendra son programme pour une Algérie libérée des mythes inhibiteurs, réconciliée avec son histoire et résolument engagée dans la voie du progrès», conclu-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.