Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Evoquant une violence politique contre le FLN.. Djemai affiche son soutien à l'Armée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 29 - 06 - 2019

Le FLN soutient l'institution militaire et approuve les appels du chef d'état-major de l'ANP, au dialogue, à même de solutionner la crise politique que vit le pays, dans le cadre constitutionnel.
Lors d'une réunion tenue hier, avec les mouhafedhs, le secrétaire général du parti du Front de libération national (FLN), Mohamed Djemai a salué la teneur du discours du général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), dans lequel il a mis en garde contre la période de transition. «Nous soutenons totalement le chef d'état-major de l'ANP, dans ses appels à la vigilance et au dialogue constructif pour une sortie de crise sereine et certaine pour le pays», a-t-il souligné. Djemai s'est félicité tout autant du fait que l'ANP «ait pris en charge les revendications légitimes du peuple de manière démocratique». Saluant l'institution militaire, qui a – selon le SG du FLN – pris position aux cotés du peuple durant la crise politique, Djemai a fustigé les parties ayant critiqué l'APN.
S'agissant des attaques ciblant l'état-major, il les a considérées comme attaques ciblant notamment, les militants et l'ensemble du peuple algérien. «Nous connaissons les intentions de certaines parties voulant nuire aux efforts entrepris par l'ANP, en propageant des mensonges et des rumeurs», a-t-il lancé. «L'histoire confirme qu'habituellement, les militaires investissent dans les crises politiques de leurs pays afin de brader le pouvoir aux civiles. Il faut reconnaître que la position de l'état-major est honorable. Nous saluons la position de Gaid Salah qui a assuré que l'institution militaire n'a aucune ambition politique», a-t-il souligné. Dans cette lancée, Djemai affirmera que «les solutions susceptibles de faire sortir le pays de la crise doivent être envisagées dans le cadre de la Constitution et des lois de la République algérienne», mettant l'accent sur l'importance d'accélérer l'organisation de l'élection présidentielle. Il relèvera à ce propos, que l'Algérie «n'est pas un champ d'expérimentation pour les aventuristes».
Le sg de l'ex-parti unique a martelé que «la solution ne réside pas dans l'adoption de l'expérience des périodes transitoires, menée par d'autres pays, et dont on a vu les retombées». Djemaï a mis l'accent sur l'importance du dialogue, qui doit être axé sur «un seul point», à savoir «les modalités de mise en place des mécanismes sérieux et essentiels devant faire sortir l'Algérie de sa crise, et ce à travers l'organisation d'une élection présidentielle». Il appellera les algériens à faire «réussir le dialogue constructif et inclusif ouvert à toutes les parties, devant être sanctionné par l'organisation des élections présidentielle dans les plus bref délais, faisant référence au dialogue auquel à appelé le chef d'état-major et vice-ministre de la défense». «L'Histoire nous a appris qu'une minorité ne peut imposer ses idées et ses agendas importés de l'étranger», a-t-il soutenu.
Dissolution du FLN
Par ailleurs, Mohamed Djemai a évoqué l'épineux sujet de la dissolution du FLN, indiquant que c'est au peuple de décider. Il condamnera d'emblée avec force les appels lancés à cet effet, et fustigé les demandes de certains patrons de formations politiques, réclamant sa dissolution. «Ceux qui visent le FLN, veulent une rupture avec l'histoire», a-t-il estimé. «Il existe une violence politique de la part de partenaires et concurrents politiques qui veulent effacer le FLN. Nous leur disons que nous avons entendu la voix du peuple. Nous le laisserons décider, et tout décision sera accueillie avec satisfaction», a-t-il relevé. Toutefois, Dejmaï a reconnu la confiscation du parti durant une certaine époque. Ce dernier a souffert, d'après lui, de décisions individuelles et d'instructions données par des parties hautement placées dans la hiérarchie étatique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.