Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le commandant de la wilaya IV historique arrêté samedi.. Bouregaâ placé sous mandat de dépôt
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

C'est un mandat de dépôt de trop. Lakhdar Bouregaâ, grand moudjahid, a été placé hier, en détention préventive, après son arrestation la veille de façon musclée.
Selon un communiqué du procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs, Bouregaâ est accusé de «démoralisation et outrage à corps constitué». «Après avoir entendu le mis en cause, le procureur de la République a soumis le dossier de procédures au juge d'instruction pour répondre des chefs d'accusation de participation, en temps de paix, à une entreprise de démoralisation de l'armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale et à un corps constitué, des faits mentionnés et passibles de sanctions, cités dans les articles 75, 144 bis et 146 du code pénal», pouvait-on lire dans le document repris par l'APS. Lakhdar Bouregaâ avait été arrêté samedi, aux environs de 14 heures, dans son domicile familial à Alger, par deux individus des services de sécurité, avant d'être conduit vers une destination inconnue. Agé de 86 ans, Bouregaâ n'était pas en possession de ses médicaments lorsqu'il a été arrêté. Ce qui a poussé les services de sécurité à retourner encore une fois dans son domicile pour les demander auprès de sa famille.
Et c'est à ce moment-là, raconte l'activiste Fodil Boumala, après insistance des membres de la famille que les «officiers» ont déclaré qu' «ils n'étaient que des chargés de mission pour enquêter». La précision vient par la suite du communiqué du parquet. Lequel précisera que «l'enquête préliminaire diligentée par la police judiciaire relevant du service territorial d'instruction judiciaire de la ville d'Alger concernant des faits à caractère pénal reprochés au nommé Bouregaâ. Après avoir écouté le prévenu lors de la première comparution, le juge d'instruction a décidé son placement en détention provisoire». L'arrestation et le placement sous mandat de dépôt de Bouregaâ, marquent un tournant grave dans les événements depuis le début de la révolution du 22 février. Elle intervient au lendemain d'une série d'arrestations ciblant les porteurs de l'emblème amazigh, après que le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, ait donné l'ordre de l'interdire durant les marches. Jusqu'à présent, l'on ignore les raisons de l'arrestation du commandant de la wilaya IV historique, et les faits pour lesquels il a été inculpé pour «démoralisation des troupes».
Mais, tout porte à croire que cela est lié à sa dernière sortie médiatique, lors de la rencontre des partis de «l'alternative démocratique», tenue au siège du RCD. «Ce régime cherche à se sauver», a déclaré Bouregaâ qui, évoquant l'institution militaire, a accusé qu'au lendemain de l'indépendance «une milice s'est formée en dehors du terrain de la lute et s'impose jusqu'à nos jours». «On nous dit que l'ANP est héritière de l'ALN. C'est faux !», avait lâché le moudjahid, estimant que pour cette armée soit vraiment une armée nationale populaire, «elle doit accompagner, comme nous l'avons entendu, le Hirak». Nombre de partis politiques ont déjà dénoncé cette dérive. L'arrestation de Bouregaâ «participe d'un plan pour semer la peur, la confusion et la division dans les rangs des populations», a accusé le RCD.
Tout en dénonçant «l'instrumentalisation de l'administration et de l'appareil judiciaire à des fins de pouvoir», le RCD a exigé dans un communiqué «la libération du chef de la wilaya 4 historique et de tous les détenus d'opinion et l'arrêt des harcèlements policiers et judiciaires à l'encontre des membres du soulèvement populaire». Pour sa part, le FFS qui a appris «avec beaucoup de colère et consternation» cette arrestation, «considère qu'aucun prétexte n'est recevable devant ce déni de l'histoire et de ses braves artisans». D'ores et déjà, un large élan de solidarité s'est constitué autour du grand moudjahid, notamment sur les réseaux sociaux où les algérien(e)s ont dénoncé «un grave dérapage».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.