La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS ne fera pas partie du prochain gouvernement (Laskri)
Politique
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 05 - 2014

Le Front des forces socialistes (FFS) ne fera pas partie du nouveau gouvernement a affirmé vendredi à Alger, Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle du Front, soulignant que l'organisation d'une conférence nationale de consensus était la "priorité" du parti.
M. Laskri qui intervenait à l'ouverture d'une session ordinaire de deux jours du Conseil national du parti a souligné que le FFS avait été contacté pour entrer dans le prochain gouvernement, mais qu'il avait "décliné" cette proposition, considérant que "la priorité va vers la reconstruction d'un consensus
national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus".
"L'instance présidentielle du FFS a été contactée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pour lui proposer d'entrer dans le gouvernement avec deux postes ministériels +pour appliquer le programme du président+", a indiqué M. Laskri, précisant que "la direction du parti a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d'un consensus national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus".
"Le FFS n'envisage pas d'entrer dans un gouvernement avant l'aboutissement de ce projet qui vise à élaborer avec l'opposition politique, la société et le Pouvoir un programme consensuel de sortie de crise", a encore soutenu M. Laskri.
Rappelant que son parti "analyse" les résultats de l'élection présidentielle 2014 et le dernier discours du chef de l'Etat, M. Laskri a indiqué que le FFS se "projette dans l'après 17 avril". En ce sens, il a indiqué qu'il rendra "public et au moment opportun" les "contacts" avec des formations politiques, des candidats à l'élection présidentielle, des personnalités indépendantes et universitaires et des animateurs des organisations sociales qui ont, a-t-il dit, manifesté un "intérêt pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale".
De son côté, le Premier secrétaire national du FFS, Ahmed Betatache, a réitéré la "priorité" de son parti d'aller vers "un consensus national", affirmant que le FFS disposait d'un "agenda à respecter". S'exprimant devant la presse en marge du Conseil national du parti et à une question relative à l'initiative de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (lancée récemment par des partis et des personnalités politiques), M. Betatache a rétorqué que "la logique du FFS diffère de celle de cette Coordination".
Il a indiqué que cette Coordination a déjà fixé le lieu et la date de la conférence nationale pour la transition démocratique, les 17 et 18 mai 2014, affirmant que le FFS "refuse" les initiatives "individuelles et isolées", Selon M. Betatache, une délégation du FFS a déjà pris connaissance de la teneur de l'initiative de la Coordination, soulignant que la logique du parti consistait à établir au préalable une "entente et un consensus entre les différentes parties, y compris le pouvoir, pour que cette initiative réussisse".
A une question sur la révision de la constitution et l'organisation éventuelle d'élections législatives anticipées, M. Betatache a réaffirmé que la reconstruction d'un consensus national était un "préalable" à toute initiative. Par ailleurs, le FFS a réaffirmé sa revendication pour que Tamazight
soit une langue nationale et officielle, "dénonçant et condamnant" aussi "l'empêchement" de la marche pacifique commémorant le 34e anniversaire du printemps amazigh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.