Man City : Un intérêt pour Harry Kane    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS ne fera pas partie du prochain gouvernement (Laskri)
Politique
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 05 - 2014

Le Front des forces socialistes (FFS) ne fera pas partie du nouveau gouvernement a affirmé vendredi à Alger, Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle du Front, soulignant que l'organisation d'une conférence nationale de consensus était la "priorité" du parti.
M. Laskri qui intervenait à l'ouverture d'une session ordinaire de deux jours du Conseil national du parti a souligné que le FFS avait été contacté pour entrer dans le prochain gouvernement, mais qu'il avait "décliné" cette proposition, considérant que "la priorité va vers la reconstruction d'un consensus
national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus".
"L'instance présidentielle du FFS a été contactée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pour lui proposer d'entrer dans le gouvernement avec deux postes ministériels +pour appliquer le programme du président+", a indiqué M. Laskri, précisant que "la direction du parti a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d'un consensus national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus".
"Le FFS n'envisage pas d'entrer dans un gouvernement avant l'aboutissement de ce projet qui vise à élaborer avec l'opposition politique, la société et le Pouvoir un programme consensuel de sortie de crise", a encore soutenu M. Laskri.
Rappelant que son parti "analyse" les résultats de l'élection présidentielle 2014 et le dernier discours du chef de l'Etat, M. Laskri a indiqué que le FFS se "projette dans l'après 17 avril". En ce sens, il a indiqué qu'il rendra "public et au moment opportun" les "contacts" avec des formations politiques, des candidats à l'élection présidentielle, des personnalités indépendantes et universitaires et des animateurs des organisations sociales qui ont, a-t-il dit, manifesté un "intérêt pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale".
De son côté, le Premier secrétaire national du FFS, Ahmed Betatache, a réitéré la "priorité" de son parti d'aller vers "un consensus national", affirmant que le FFS disposait d'un "agenda à respecter". S'exprimant devant la presse en marge du Conseil national du parti et à une question relative à l'initiative de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (lancée récemment par des partis et des personnalités politiques), M. Betatache a rétorqué que "la logique du FFS diffère de celle de cette Coordination".
Il a indiqué que cette Coordination a déjà fixé le lieu et la date de la conférence nationale pour la transition démocratique, les 17 et 18 mai 2014, affirmant que le FFS "refuse" les initiatives "individuelles et isolées", Selon M. Betatache, une délégation du FFS a déjà pris connaissance de la teneur de l'initiative de la Coordination, soulignant que la logique du parti consistait à établir au préalable une "entente et un consensus entre les différentes parties, y compris le pouvoir, pour que cette initiative réussisse".
A une question sur la révision de la constitution et l'organisation éventuelle d'élections législatives anticipées, M. Betatache a réaffirmé que la reconstruction d'un consensus national était un "préalable" à toute initiative. Par ailleurs, le FFS a réaffirmé sa revendication pour que Tamazight
soit une langue nationale et officielle, "dénonçant et condamnant" aussi "l'empêchement" de la marche pacifique commémorant le 34e anniversaire du printemps amazigh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.