Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un document de 2026 mots
19 Mars 1962 : Il y a 47 ans, les accords d'Evian
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 03 - 2009

Voici quarante sept ans, jour pour jour, le «gouvernement de la République» française et «le FLN» signaient les accords d'Evian au terme d'un conflit meurtrier, suivi d'une longue négociation.
Krim Belkacem, chef de la délégation algérienne et ministre des Affaires extérieures du GPRA, et Luis Joxe, ministre des Affaires algériennes de de Gaulle, apposaient leur signature au bas d'un document de 2026 mots. Immortalisée par les reporters-photographes des agences internationales et diffusée en boucle par les télévisions du monde, l'image est lourde de sens. Son contenu la destine de facto à un cours de sémiologie de l'image.
Krim Belkacem, chef de la délégation algérienne aux négociations d'Evian, pose pour les capteurs de clichés et de séquences filmées. Ses accompagnateurs du moment, Mohamed Seddik Benyahia, Tayeb Boulahrouf, Lakhdar Bentobal, Redha Yazid, font de même.
Dans quelques secondes, ils s'engouffrent dans la salle de réception de l'hôtel du Parc d'Evian. Là où, à l'abri des regards, ils vont négocier avec les représentants du gouvernement français. Sans triomphe tapageur, les «missionnaires» du GPRA goûtent aux plaisirs de l'instant.
Et quel instant : des «Français musulmans» privés des droits les plus élémentaires par la France coloniale enfin parés du plus symbolique des droits. Discuter d'égal à égal de l'avenir de l'indépendance de l'Algérie, contraindre Luis Joxe, le ministre des Affaires algériennes de de Gaulle, à une négociation serrée. Et sans concessions sur l'intégralité territoriale.
Décrétés «hors-la-loi» par les gouvernements successifs, ils vont agir pendant de longues semaines en militants-diplomates. De l'hiver 1961 au printemps 1962, la ville-source sera la théâtre d'une des négociations les plus longues dans l'histoire des conflits contemporains. Une «grande confrontation» où se joue «le destin de l'Algérie, et aussi celui de la France, pour des années», selon un négociateur algérien. Le 18 mars 1962 au soir, Krim Belkacem et Luis Joxe apposent leur signature au bas d'un document officiel. Les accords d'Evian proclament un cessez-le-feu dès le lendemain, suivi d'un référendum d'autodétermination sur le sort des «trois départements français».
Couverts à distance — huis clos oblige — par plusieurs centaines d'envoyés spéciaux de la presse internationale, les pourparlers d'Evian restent pour l'histoire comme la facette la plus médiatisée du mouvement national. Longtemps réduite par la presse «ultra» à une confrontation entre des «forces de l'ordre» et des «criminels» et autres «terroristes», la guerre sans nom se voit du coup créditée de comptes rendus sur les «pourparlers» entre deux belligérants.
Véritable «psychodrame», selon Reda Malek, membre de la délégation algérienne, la négociation prend l'allure d'un «feuilleton à rebondissement» (*). De «suspension en reprise, de pourparlers publics en conciliabules secrets», elles dureront une petite année. Entamé secrètement via un intermédiaire, la diplomatie suisse en l'occurrence, le processus d'Evian a permis de dénouer le plus meurtrier et le plus sanglant des conflits de décolonisation.
Loin d'être la première négociation du genre entre Français et dirigeants du FLN, les accords d'Evian avaient été précédés de plusieurs épisodes de pourparlers. Les unes secrètes, les autres publiques ou semi-secrètes, les discussions avaient commencé dès janvier 1956, un an à peine après le déclenchement de la révolution de novembre 1954.
Confrontée à un adversaire réduit à un groupe de «hors-la-loi», affaiblie économiquement par le coût de la guerre, en butte à l'internationalisation du conflit, la France change de stratégie. Après avoir testé vainement la «politique de pacification», une option derrière laquelle se cache une intensification des opérations militaires, de Gaulle se résigne à négocier. Dans sa série sur la guerre d'Algérie, le journaliste Yves Courrière avait rappelé combien, au quotidien, le général avait l'esprit à Evian, tout en étant à l'Elysée. «Alors, c'est pour bientôt», disait-il à plusieurs reprises au téléphone à Luis Joxe, pressés d'en finir avec un conflit qui risquait d'exposer la France au coup d'Etat permanent.
(*) Reda Malek. L'Algérie à Evian. Histoire des négociations secrètes 1956-1962. Paris, Le Seuil, 1995


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.