Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement durcit les conditions d'importation
Marché de l'automobile
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 09 - 2014

Le gouvernement durcit les conditions et les modalités d'importation des véhicules neufs. Les concessionnaires et les importateurs d'automobiles sont désormais tenus de n'importer que les marques de véhicules mentionnées dans leur cahier des charges.
Selon un arrêté ministériel, signé par le ministre de l'Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, publié au Journal officiel, les concessionnaires automobiles «ne peuvent importer que les marques de véhicules mentionnées dans leur cahier des charges.
Les services habilités du ministère de l'Industrie doivent communiquer aux services concernés des ministères des Finances et du Commerce la liste des marques commercialisées par les concessionnaires», précise l'arrêté qui a pour objet de fixer les conditions d'exercice de l'activité d'importation et de commercialisation de véhicules de tourisme ou utilitaires ainsi que les engins roulants.
Le gouvernement veut ainsi donner du fil à retordre aux importateurs multimarques de voitures, mais sans pour autant interdire cette pratique commerciale qui tend à se généraliser en Algérie, au grand dam des autres concessionnaires, représentants officiels de marques de véhicules.
Par ailleurs, en application des dispositifs de la loi de finances 2014 ayant trait à la commercialisation de véhicules en Algérie, les concessionnaires automobiles, rappelle l'arrêté, sont tenus de réaliser un investissement dans l'activité industrielle et/ou semi-industrielle portant notamment sur la fabrication d'ensembles et/ou sous-ensembles de pièces destinées à l'industrie automobile.
Cet investissement «doit être réalisé dans un délai maximum de trois ans, et ce, à compter du 1er janvier 2014 pour les concessionnaires qui sont en activité. Pour les autres concessionnaires, l'investissement doit être réalisé dans un délai maximum de trois ans à compter de la date d'octroi de l'agrément définitif», explique le même texte.
S'agissant des modalités de cet investissement, la même source précise que celui-ci peut être réalisé par le concessionnaire lui-même ou en partenariat avec des opérateurs nationaux ou étrangers activant dans les secteurs liés à l'automobile, selon les critères fixés par le cahier des charges.
Tout concessionnaire n'ayant pas réalisé cet investissement sera soumis au retrait de l'agrément par les services habilités du ministère chargé de l'Industrie, conformément à l'article 52 de la loi de finances 2014, rappelle l'arrêté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.