Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Terreurs d'été
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 05 - 2015

L'année passée à la même période, c'est une association agréée qui, à l'orée de l'ouverture de la saison estivale, avait appelé à la moralisation des plages en battant le rappel de ses troupes.
Evidemment, toutes les (autres) bonnes volontés étaient les bienvenues pour mettre la main à la pâte et contribuer à cette entreprise salutaire de rédemption de la société qui, en dépit d'un niveau de soumission assez rare n'a pas encore donné suffisamment de preuves de résignation aux intégristes résolus à… éradiquer toute expression de vie moderne dans le pays. Livré en pans entiers à leur diktat, chaque jour un peu plus, l'espace public leur est désormais entièrement conquis, en dehors de quelques parcelles concédées à la marginalité ou à l'inaccessibilité matérielle.
Ça va venir. D'abord, parce que quand on peut faire main basse sur l'essentiel, on ne va pas s'occuper des «détails». Ces îlots, de plus en plus isolés et singuliers peuvent même servir. Le jour où le corps de la société aura dit tous ses renoncements, il s'occupera lui-même de donner le coup de grâce à ses recoins oubliés qui n'ont pas la réputation d'être des sanctuaires de résistance.
Si l'intégrisme a fini par s'installer au cœur de la société par les effets conjugués de la violence, de la puissance financière et de la complaisance intéressée au sommet de l'Etat, il ne va pas s'inquiéter outre mesure parce que quelques marginaux souvent autoculpabilisateurs et quelques privilégiés prêts à prendre leurs jambes s'adonnent dans des cercles clos à quelques jeux interdits.
A l'orée de l'été passé, une association légalement constituée a entrepris de purifier nos plages des quelques femmes qui peuvent encore s'y aventurer en maillot de bain et de rares jeunes encore assez téméraires pour oser un aparté câlin. Mais les «frères» dont on a sollicité la mobilisation pour la réussite de l'opération pouvaient être aussi bien les inquisiteurs islamistes organiques que de jeunes «branchés», habillés de dernier cri et le casque à musique collé aux oreilles mais toujours vigilants sur la bonne morale des filles du quartier.
D'ailleurs, le modus operandi utilisé ces derniers jours à l'approche du Ramadhan et – un bonheur n'arrivant jamais seul – de l'été, est symptomatique du «renouvellement du personnel» rédempteur. C'est maintenant sur les réseaux sociaux – eh oui, on n'arrête pas le progrès – que la campagne a été lancée. Mais qu'on ne s'y méprenne pas. Si l'outil est moderne, le discours n'a pas changé, l'objectif encore moins.
Parce qu'ils ne voient pas de raison de s'arrêter en si bon chemin, ils vont plus loin. Dans le propos rédempteur, on ne retrouve même plus le minimum argumenté par la recommandation religieuse et l'incantation morale, on passe directement aux… choses sérieuses, dont la menace est l'essentiel.
C'est l'été mais ce n'est plus de maillots de bain et de câlins qu'il s'agit. Comme pour nous dire que ceci est déjà acquis et donc une vieille histoire, on met en garde les femmes qui oseraient d'autres tenues que le hidjab réglementaire. Pourquoi d'ailleurs s'occuper du maillot de bain, les «zommes» l'interdisent eux-mêmes à leurs femmes. Quant aux câlins, la police et la gendarmerie s'en occupent très bien et à longueur d'année. Sinon, il y a le Sheraton et Club des pins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.