Tipasa : interdiction de la circulation automobile de et vers la wilaya sauf les véhicules de transport de marchandises    Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Terreurs d'été
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 05 - 2015

L'année passée à la même période, c'est une association agréée qui, à l'orée de l'ouverture de la saison estivale, avait appelé à la moralisation des plages en battant le rappel de ses troupes.
Evidemment, toutes les (autres) bonnes volontés étaient les bienvenues pour mettre la main à la pâte et contribuer à cette entreprise salutaire de rédemption de la société qui, en dépit d'un niveau de soumission assez rare n'a pas encore donné suffisamment de preuves de résignation aux intégristes résolus à… éradiquer toute expression de vie moderne dans le pays. Livré en pans entiers à leur diktat, chaque jour un peu plus, l'espace public leur est désormais entièrement conquis, en dehors de quelques parcelles concédées à la marginalité ou à l'inaccessibilité matérielle.
Ça va venir. D'abord, parce que quand on peut faire main basse sur l'essentiel, on ne va pas s'occuper des «détails». Ces îlots, de plus en plus isolés et singuliers peuvent même servir. Le jour où le corps de la société aura dit tous ses renoncements, il s'occupera lui-même de donner le coup de grâce à ses recoins oubliés qui n'ont pas la réputation d'être des sanctuaires de résistance.
Si l'intégrisme a fini par s'installer au cœur de la société par les effets conjugués de la violence, de la puissance financière et de la complaisance intéressée au sommet de l'Etat, il ne va pas s'inquiéter outre mesure parce que quelques marginaux souvent autoculpabilisateurs et quelques privilégiés prêts à prendre leurs jambes s'adonnent dans des cercles clos à quelques jeux interdits.
A l'orée de l'été passé, une association légalement constituée a entrepris de purifier nos plages des quelques femmes qui peuvent encore s'y aventurer en maillot de bain et de rares jeunes encore assez téméraires pour oser un aparté câlin. Mais les «frères» dont on a sollicité la mobilisation pour la réussite de l'opération pouvaient être aussi bien les inquisiteurs islamistes organiques que de jeunes «branchés», habillés de dernier cri et le casque à musique collé aux oreilles mais toujours vigilants sur la bonne morale des filles du quartier.
D'ailleurs, le modus operandi utilisé ces derniers jours à l'approche du Ramadhan et – un bonheur n'arrivant jamais seul – de l'été, est symptomatique du «renouvellement du personnel» rédempteur. C'est maintenant sur les réseaux sociaux – eh oui, on n'arrête pas le progrès – que la campagne a été lancée. Mais qu'on ne s'y méprenne pas. Si l'outil est moderne, le discours n'a pas changé, l'objectif encore moins.
Parce qu'ils ne voient pas de raison de s'arrêter en si bon chemin, ils vont plus loin. Dans le propos rédempteur, on ne retrouve même plus le minimum argumenté par la recommandation religieuse et l'incantation morale, on passe directement aux… choses sérieuses, dont la menace est l'essentiel.
C'est l'été mais ce n'est plus de maillots de bain et de câlins qu'il s'agit. Comme pour nous dire que ceci est déjà acquis et donc une vieille histoire, on met en garde les femmes qui oseraient d'autres tenues que le hidjab réglementaire. Pourquoi d'ailleurs s'occuper du maillot de bain, les «zommes» l'interdisent eux-mêmes à leurs femmes. Quant aux câlins, la police et la gendarmerie s'en occupent très bien et à longueur d'année. Sinon, il y a le Sheraton et Club des pins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.