Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Terreurs d'été
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 05 - 2015

L'année passée à la même période, c'est une association agréée qui, à l'orée de l'ouverture de la saison estivale, avait appelé à la moralisation des plages en battant le rappel de ses troupes.
Evidemment, toutes les (autres) bonnes volontés étaient les bienvenues pour mettre la main à la pâte et contribuer à cette entreprise salutaire de rédemption de la société qui, en dépit d'un niveau de soumission assez rare n'a pas encore donné suffisamment de preuves de résignation aux intégristes résolus à… éradiquer toute expression de vie moderne dans le pays. Livré en pans entiers à leur diktat, chaque jour un peu plus, l'espace public leur est désormais entièrement conquis, en dehors de quelques parcelles concédées à la marginalité ou à l'inaccessibilité matérielle.
Ça va venir. D'abord, parce que quand on peut faire main basse sur l'essentiel, on ne va pas s'occuper des «détails». Ces îlots, de plus en plus isolés et singuliers peuvent même servir. Le jour où le corps de la société aura dit tous ses renoncements, il s'occupera lui-même de donner le coup de grâce à ses recoins oubliés qui n'ont pas la réputation d'être des sanctuaires de résistance.
Si l'intégrisme a fini par s'installer au cœur de la société par les effets conjugués de la violence, de la puissance financière et de la complaisance intéressée au sommet de l'Etat, il ne va pas s'inquiéter outre mesure parce que quelques marginaux souvent autoculpabilisateurs et quelques privilégiés prêts à prendre leurs jambes s'adonnent dans des cercles clos à quelques jeux interdits.
A l'orée de l'été passé, une association légalement constituée a entrepris de purifier nos plages des quelques femmes qui peuvent encore s'y aventurer en maillot de bain et de rares jeunes encore assez téméraires pour oser un aparté câlin. Mais les «frères» dont on a sollicité la mobilisation pour la réussite de l'opération pouvaient être aussi bien les inquisiteurs islamistes organiques que de jeunes «branchés», habillés de dernier cri et le casque à musique collé aux oreilles mais toujours vigilants sur la bonne morale des filles du quartier.
D'ailleurs, le modus operandi utilisé ces derniers jours à l'approche du Ramadhan et – un bonheur n'arrivant jamais seul – de l'été, est symptomatique du «renouvellement du personnel» rédempteur. C'est maintenant sur les réseaux sociaux – eh oui, on n'arrête pas le progrès – que la campagne a été lancée. Mais qu'on ne s'y méprenne pas. Si l'outil est moderne, le discours n'a pas changé, l'objectif encore moins.
Parce qu'ils ne voient pas de raison de s'arrêter en si bon chemin, ils vont plus loin. Dans le propos rédempteur, on ne retrouve même plus le minimum argumenté par la recommandation religieuse et l'incantation morale, on passe directement aux… choses sérieuses, dont la menace est l'essentiel.
C'est l'été mais ce n'est plus de maillots de bain et de câlins qu'il s'agit. Comme pour nous dire que ceci est déjà acquis et donc une vieille histoire, on met en garde les femmes qui oseraient d'autres tenues que le hidjab réglementaire. Pourquoi d'ailleurs s'occuper du maillot de bain, les «zommes» l'interdisent eux-mêmes à leurs femmes. Quant aux câlins, la police et la gendarmerie s'en occupent très bien et à longueur d'année. Sinon, il y a le Sheraton et Club des pins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.