Nahda participera avec une trentaine de listes    Installation d'un nouveau directeur de la Sûreté de wilaya    Et la prochaine étape ? Le pantalon et le caleçon aux chevilles ?    Le contrat avec Suez risque de ne pas être reconduit    Les travailleurs de l'ETRHB investissent la rue    L'Association des commerçants lance la sensibilisation    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Le derby face à l'USMA au stade du 20-Août    Ceferin fustige    JS Kabylie à Garoua pour la qualif' sous 43°    Gâteau de crêpes    Flambée des prix des fruits et légumes    Mécontentement    Naïma Ababsa    La grande avancée de la cause amazighe    Une alternative économique    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    La Badr s'ouvre au public    Le greffon de la liberté    Extension du tramway-Constantine: lancement des essais techniques de la 2e tranche    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Saignée de capital humain    LE RAMADHAN A BON DOS    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Le dossier sera s'implifié    Boumala victime de son paradoxe    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Brèves    Une AGE à refaire    Brèves    Révolution dans le football européen    La Tunisie secouée par la pandémie    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il a raté sa finale de Pékin: Makhloufi doit suivre l'exemple de Morceli
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 09 - 2015

Taoufik Makhloufi pouvait-il faire mieux à Pékin ? Relégué à la 4e place de la finale du 1500m des Mondiaux d'athlétisme, le champion algérien a raté l'objectif qu'il s'était fixé en début de saison, remporter la médaille d'or de cette compétition.
Il avait même prédit plus que cela, puisque dans des interviewes accordées à des confrères, il avait révélé qu'il ambitionnait de battre un jour le record du monde de la distance, qui est la propriété du Marocain Hichem El Guerroudj. C'est bien d'avoir autant de volonté mais l'expérience a toujours démontré que ce sont ceux qui parlent le moins dans le sport qui finissent par réaliser de grandes performances. Makhloufi est champion olympique, en titre, du 1500m. Il n'a jamais été champion du monde. Il peut le devenir car il n'a que 27 ans mais il faut qu'il apprenne à être plus stable et surtout à se montrer moins loquace sur ce qu'il vise.
Quand on parle de stabilité, on ne croit pas se tromper. Makhloufi, en tant que sportif, n'est pas un exemple dans ce domaine. Il avait quitté Souk Ahras sur les conseils de son coach Ali Redjimi pour venir à Alger se placer sous les ordres d'Amar Brahmia au sein d'un groupe qui comprenait de sacrés coureurs du 1500 m, chacun d'eux valant les 3:30. Des coureurs comme Tarek Boukensa, Antar Zerguelaïne et Kamel Boulahfane. Après une période qui lui a permis de s'aguerrir, il a choisi d'aller, en janvier 2012, s'entraîner sous la direction de l'Américano-Somalien Adem Jama. C'est avec celui-ci qu'il a réussi à devenir champion olympique du 1500m aux Jeux de Londres en 2012. Tombé malade en 2013, il a raté sa saison de compétitions cette année-là et une bonne partie de celle de 2014. En avril 2014, il a décidé de rompre avec son coach Adem Jama mais aussi avec son manager, le Suédois Ulf Salleti. Il avait, pourtant, demandé à la Fédération algérienne d'athlétisme de signer, en octobre 2012, avec Jama, un contrat de deux ans. En rompant prématurément, il a dû pousser la même Fédération à payer, rubis sur l'ongle, tout le dû de Jama car il nous étonnerait fort que ce dernier, fort du contrat qu'il avait sous la main, contrat auquel il y avait encore 7 mois à respecter, ait accepté de partir sans demander son reste. Il s'entraîne, alors, tout seul avec son sparring-partner, un certain Nacer Hellil. Makhloufi refait, par la suite, appel à son coach originel, celui qui l'avait découvert à Souk Ahras, Ali Redjimi. Mais cette nouvelle union n'a pas duré. Redjimi est remisé sur le côté et Makhloufi opte pour la méthode de s'entraîner tout seul au début de la présente saison. Une situation pour le moins cocasse pour un athlète de sa renommée. Quand des journalistes ont demandé au président de la Fédération algérienne d'athlétisme ce qu'il pensait de cette situation, il a répondu : «C'est un athlète ingérable.» En avril 2015, alors que les Mondiaux de Pékin approchent à grands pas, il consent à se placer sous la coupe de l'entraîneur français Philippe Dupont. Un coach qui reconnaîtra que l'échec de son athlète à la finale des Mondiaux de Pékin était dû à son mauvais début de préparation saisonnière lorsqu'il s'entraînait seul. Ce même Dupont déclarera, à partir de la capitale chinoise, juste après la finale de dimanche, que Makhloufi et lui n'avaient pas arrêté de stratégie pour cette course. Absolument effarant venant de la bouche d'un technicien que les Français présentent comme quelqu'un de très compétent. Cette aveu du coach français donne plus de valeur à l'avis d'un Noureddine Morceli qui a déclaré à un de nos confrères que Taoufik a failli dans cette finale parce qu'il n'avait pas de tactique précise.
On voit, donc, combien l'athlète algérien est instable. Nous avons connu Noureddine Morceli du temps de sa splendeur. Il disposait d'un groupe solidaire, uniquement composé d'athlètes algériens, avec lequel il est resté fidèle jusqu'au bout ainsi qu'avec son coach de frère Abderahmane et son manager Amar Brahmia. Voilà comment s'explique l'extraordinaire réussite de cet athlète. Makhloufi se doit de suivre cet exemple d'autant qu'il ne dispose ni du talent ni de la vélocité d'un Morceli qui dominait, de la tête et des épaules, les 1500m dans lesquels il était aligné.
On verra bien, ce jeudi, au meeting de la Diamond League de Zurich, où il s'alignera dans le 800m, s'il a retrouvé un peu de moral, dans une course où il sera confronté à cinq des huit finalistes de Pékin dont le vainqueur, le champion olympique et recordman du monde, le Kenyan David Rudisha, le médaillé d'argent de Pékin, le Polonais Adam Kszczot et le quatrième de cette même finale, le Kenyan Ferguson Rotich Cheruiyot.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.