LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'esprit dans les étoiles de Ali Bedrici : Un questionnement existentiel
Publié dans Le Temps d'Algérie le 30 - 12 - 2015

Parcours d'émotions. Ressentis. Questionnements existentiels. Perception et sensibilité… tant de mots pour les mots de Ali Bedrici.
Ali Bedrici est devenu poète par passion. Une passion qui l'a envahi à l'époque où il était encore lycéen. Depuis, il a aligné son verbe dans quatre ouvrages. Le dernier en date s'intitule L'esprit dans les étoiles. Il est paru en France chez Edilivre. Cet ouvrage, Ali Bedrici le veut à l'image d'une toile inondée de couleurs. Il le considère aussi un chant d'espoir pour la vie et la condition humaine.
L'école de la vie
L'esprit dans les étoiles est une suite de poèmes qui étreint ce quotidien fait d'amour, d'émotivité, de dérives. «Comme beaucoup de jeunes lycéens, j'alignais des vers sur mes émotions, mes sentiments. La beauté de la nature. L'espoir, les joies et les peines. Voilà, tout ça est venu très tôt, a confié l'auteur. Il n'y a pas eu un moment précis pour Ali Bedrici. Comme il n'y a pas eu de professeur mentor.
La seule chose qui a stimulé son imaginaire, c'est l'école de la vie. Cette école n'a jamais cessé de l'inspirer. Aujourd'hui encore, il y puise la force de ses écrits. Ali Bedrici a beaucoup voyagé.
En Algérie, d'abord, il en connaît presque tout le territoire. Ailleurs, il est allé dans beaucoup de pays. De ses escales dans le temps et dans une dimension existentialiste où il s'est interrogé longtemps sur le fait d'être là, sur la meilleure façon de rendre ce monde meilleur. «Les poètes ont un monde parallèle effectivement au réel mais le secret est d'aller et de revenir entre les deux sans subir au passage de dégâts. Seulement si jamais on se laisse emporter par la vision d'un monde idéalisé, on risque de se perdre. Et cela devient de la schizophrénie», a souligné le poète. Ali Bedrici a malgré une carrière très sérieuse en l'occurrence dans les collectivités locales qui l'ont amené à une retraite après avoir occupé le poste de wali, choisit l'écriture.
L'écriture de nouvelles, de romans mais aussi de poésies. Il a l'art et la manière d'exulter dans un lit de verbes, ce que beaucoup n'osent faire. Dans L'esprit dans les étoiles, il se raconte et raconte ce qu'il perçoit d'un monde dans lequel il a plongé son âme, son être et son art absolu.
Liberté
Cet ouvrage apporte un certain regard, selon son auteur. Il peut être sombre tout en étant libre. Libre d'expression et de digressions. Soixante et un poèmes sont allongés sur soixante et une pages. Des poèmes qui s'intitulent entre autres Doutes, Sous la pluie, Pour la paix et L'arbre témoin, un paquet de mots pour des mots. Un paquet d'émotions pour un vécu amoureux de la vie. Parce que en fin de compte, il est toujours question de la vie. Une question d'instinct naturel mais si en plus il est poétique, le plaisir est doublé. Ali Bedrici est originaire d'un village qui fait face au Djurdjura. Sa formation, il l'a suivie à l'Ecole nationale d'administration (ENA). Il est l'auteur d'un recueil de poèmes Fleurs de feu, d'un ouvrage de nouvelles Carnet d'émotions, et d'un roman Les exilés de l'amour, parus chez Alpha Editions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.