Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Bouchareb tente de reprendre la main    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elle met son grain de sel à la visite de Tayeb Zitouni en France : L'ONM appelle à rouvrir les dossiers qui fâchent
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

L'Organisation nationale des Moudjahidine (ONM) a réitéré sa demande à la France de présenter des excuses au peuple algérien. Le ministre des Moudjahidine ne l'entend pas de la même oreille.
C'est au moment même où le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectue une visite officielle en France - une première historique - que l'Organisation nationale des Moudjahidine (ONM) monte au créneau pour remettre sur le tapis les contentieux historiques algéro-français restés jusqu'ici en suspens. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l'ONM a appelé, hier, à «l'ouverture du dossier sur les graves répercussions des expériences nucléaires effectuées par la France dans le Sahara algérien». Pour cette organisation, la visite du ministre algérien, Tayeb Zitouni, en France, peut ouvrir de sérieuses perspectives entre l'Algérie et la France afin d'établir des relations saines et constructives entre les deux pays, à condition, estime-t-elle, qu'il y ait une réelle prise en charge de ces dossiers à l'origine de plusieurs périodes de froid diplomatique entre les deux capitales.
«Le secrétariat général de l'ONM saisit l'occasion de la visite officielle qu'effectuera le ministre des Moudjahidine en France pour rappeler ses positions de principe, susceptibles d'ouvrir des perspectives devant les deux pays pour établir des relations saines et constructives qui servent les intérêts des deux peuples», lit-on dans le document. Ces positions, ajoutent les auteurs du document, concernent également «les excuses que la France doit présenter au peuple algérien pour les crimes qu'elle a commis lors de la période coloniale, l'indemnisation des victimes et la restitution des archives». Il s'agit, par ailleurs, pour l'ONM, de «connaître le sort des milliers de disparus durant la guerre de Libération nationale».
Une visite historique
Si à Paris comme à Alger la question de la repentance de la France n'est pas à l'ordre du jour, les dossiers inhérents aux archives et aux disparus algériens durant la Guerre de libération ainsi que l'épineuse problématique des essais nucléaires ont par contre toutes les chances d'aboutir entre les deux pays. Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, en visite en France, la première depuis l'indépendance, avait affirmé dimanche à Alger que sa visite sera consacrée à trois principaux dossiers : les archives, les disparus algériens durant la Guerre de libération nationale et l'indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués dans le Sahara algérien. Le ministre algérien avait soutenu à ce propos qu'«il est grand temps que l'Algérie et la France se penchent sur ces dossiers en suspens».
Par contre, au sujet de la demande formulée par la famille révolutionnaire pour que la France présente des excuses au peuple algérien pour les crimes qu'elle a commis lors de la période coloniale, Tayeb Zitouni a estimé que «le règlement des dossiers en suspens passe avant, ensuite on pourra parler d'excuses». Comprendre : dans un contexte de réchauffement sans précédent entre Alger et Paris, il n'est pas bon d'évoquer les questions qui fâchent. D'ailleurs, Tayeb Zitouni n'a pas omis de rappeler, sur ce plan précisément, les quelques timides avancées de la position de Paris qui ont été réalisées.
Le ministre des Moudjahidine a parlé d'une avancée dans la position française concernant la mémoire nationale, en témoigne, précisera-t-il, la visite effectuée par le Secrétaire d'Etat français aux anciens combattants en Algérie. Lors de cette visite, rappelle-t-on, le Secrétaire d'Etat français avait déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative des victimes des manifestations du 8 Mai 1945 à Sétif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.