"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le torchon brûle entre Ould Abbas et la Forem
A cause d'un différend sur le chiffre de 1,3 million d'enfants exploités en Algérie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 06 - 2009

Rien ne va plus entre le ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale à l'étranger, Djamel Ould Abbas, et la Fondation nationale pour la promotion de la santé et de la recherche (Forem). Intervenant jeudi à l'Assemblée populaire nationale (APN) lors de la séance plénière consacrée aux questions orales, M. Ould Abbas n'a pas pu retenir sa colère contre la Forem qui, dans son dernier rapport sur le travail des enfants en Algérie
a avancé le chiffre alarmant de 1,3 million d'enfants exploités dont 300 000 dans le secteur du commerce. Evoquant cette question devant les députés, le ministre de la Solidarité a démenti les chiffres de la Forem, en affirmant que les auteurs de ces «allégations» ne cherchent qu'à «ternir l'image de l'Algérie à l'étranger».
Sur sa lancée, l'intervenant a affirmé qu'il est en possession d'un dossier compromettant sur les sources de financement de la Forem. «Je détiens un dossier qui a trait à la source de financement de cet organisme», a déclaré le ministre, en promettant de révéler prochainement le contenu des documents liés au financement étranger de l'association mise en cause.
«Les documents seront remis au Premier ministre et au président de la République», a ajouté M. Ould Abbas. L'accusation du ministre est lourde de sens, sachant que les financements étrangers des associations algériennes sont réglementés, sinon interdits. L'article 28 de la loi 90/31 relative aux associations stipule que «les dons et legs d'associations ou d'organismes étrangers ne sont recevables qu'après accord de l'autorité publique compétente qui en vérifie l'origine, le montant, la compatibilité avec le but assigné par les statuts de l'association et les contraintes qu'ils peuvent faire naître sur elle».
Contacté hier, le président de la Forem, Mustapha Khiati, a affirmé que les chiffres avancés par l'organisme qu'il dirige sur le travail des enfants sont le résultat d'une étude réalisée sur le terrain. D'ailleurs, a souligné notre interlocuteur, le secrétariat de l'UGTA dans la wilaya de Constantine vient de conforter la Forem dans ses chiffres. En effet, le secrétaire de wilaya de l'UGTA a affirmé, hier à l'occasion de la tenue d'une journée d'étude autour du thème de «la prévention et la lutte contre le travail des enfants», que le nombre d'enfants qui travaillent en Algérie a atteint 1 million.
Par ailleurs, concernant la source de financement de la Forem, M. Khiati a affirmé que son organisation n'a jamais reçu de subvention du département de M. Ould Abbas. Se défendant de faire de la politique, le président de la Forem a refusé de répondre aux accusations du ministre. «La réponse viendra du conseil de la Forem qui se réunira prochainement», a indiqué notre interlocuteur. Mustapha Khiati est presque sûr qu'Ould Abbas ne va rien révéler, d'autant plus qu'avant lui, «Bouguerra Soltani avait promis de rendre publics des dossiers de corruption».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.