Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghlamallah défend Benghebrit : «Nous devons juger les compétences pas la foi»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Sans la citer nommément, le président du Haut conseil islamique (HCI), Bouabdallah Ghlamallah, a pris la défense de Nouria Benghebrit, ministre de l'Education nationale, cible des attaques islamistes.
«Lorsqu'une erreur se produit, il ne faut pas se précipiter en accusant les gens et en portant atteinte à leur foi», a soutenu Ghlamallah, en réponse à une question sur l'erreur commise dans le manuel de géographie de la 1re AM. «Nos jugements devront viser leurs compétences professionnelles», a-t-il précisé. S'exprimant, hier, sur les ondes de la radio culturelle, le nouveau président du HCI estime que l'erreur qui s'est produite ne mérite pas tout ce tapage, du moment qu'elle peut être corrigée. «L'erreur est commise, mais ça se corrige», insiste-t-il, en soulignant que cela relève des tâches de la commission chargée de cette mission. Ghlamallah a affiché, dans le même contexte, la disponibilité de l'organe qu'il préside à donner ses observations sur les programmes dits de deuxième génération. «Le conseil peut contribuer en donnant ses avis et ses observations sur le contenu des nouveaux manuels», soutient-il, tout en rappelant le partenariat reliant son institution et le ministère de l'Education. Dans un autre volet, relatif aux missions du HCI, l'ex-ministre des Affaires religieuses et des Wakfs explique que le conseil a un rôle consultatif, en émettant des avis sur les questions et préceptes religieux. De ce fait, il ne peut en aucun cas imposer son avis aux institutions de l'Etat. Mais, précise-t-il, il a le droit de solliciter et saisir la présidence de la République au cas où son avis fait l'objet d'opposition. Cela, tout en soulignant qu'«il n'est pas forcément nécessaire de se concerter, sur toutes les questions religieuses, avec le ministère des Affaires religieuses». A propos de l'émergence du courant chiite dans notre pays, l'invité de la radio a minimisé son impact. Il estime, dans ce sens, que le nombre de chiites est minime et ils pratiquent leur rituel clandestinement dans des endroits connus par les services de l'Etat. «Nous ne disposons pas de chiffres sur le nombre de ces individus mais ils sont de petits groupes qui se rencontrent dans des endroits connus par l'Etat comme Tixeraïne (Alger), Oran et Batna», indique-t-il avant de mettre l'accent sur l'importance de les «conseiller» afin qu'ils reviennent au référent religieux algérien, c'est-à-dire l'Islam sunnite. Pour le conférencier, ce courant n'est pas nouveau en Algérie. «Le phénomène remonte à la période d'après l'indépendance où l'Algérie avait fait appel à des enseignants de 73 nationalités», explique-t-il. Ce dernier évoque aussi le rôle des séminaires sur la pensée islamique et leur impact sur les étudiants qui assistaient à ces événements. Par ailleurs, le président du HCI a insisté sur l'importance d'encadrer la fatwa en respectant les principes dogmatiques et notre référent religieux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.